A LA UNEArsenalEquipe de France

Mattéo Guendouzi, un talent pur

0

Poissy, Avril 1999. Un jeune garçon naît d’un père marocain et d’une mère française : Mattéo Guendouzi. La région parisienne voit naître de nombreux talents depuis des années. Le Pisciacais d’origine en fait partie. Succombant à la forte tentation locale du football, Mattéo commence très jeune à titiller le ballon rond, avant de s’engager avec le club phare du coin, le Paris Saint-Germain, en 2005. Dans le club de la capitale, le Franco-Marocain côtoie de nombreux coéquipiers. En effet, il est resté au club jusqu’en 2014, soit 9 saisons ! Sabri Haddadou a justement été l’un d’eux. Il témoigne, d’un joueur impressionnant pour son âge : « Mattéo c’est quelqu’un qui depuis tout jeune a une grande détermination. À 10 ans environ, il avait déjà la gagne en lui, mais il était aussi très mature. On aurait dit qu’il était plus âgé que nous et qu’il avait environ 16 ans. Honnêtement, ça se voyait que c’était un talent pur. » Avec de telles qualités, tout laisse présager un grand futur pour Mattéo Guendouzi. Mais, au PSG plus qu’ailleurs, il est de plus en plus difficile de s’imposer au fil du temps. Ce dernier joue moins et décide de rejoindre la Bretagne en s’engageant au FC Lorient en 2014. « Je pense que Mattéo est parti de Paris car il voulait voir d’autres horizons. Par la suite, ça lui a plutôt réussi car c’est à Lorient qu’il a vraiment explosé. », justifie son ex-coéquipier, et ami, aujourd’hui joueur de Poissy (N2).

Un avenir certain promis

En rejoignant la cité aux cinq ports à 15 ans, Mattéo Guendouzi franchit un nouveau cap. Il lui faut à peine deux ans pour passer toutes les classes jeunes. Régis Le Bris, directeur du centre du FCL a vu l’ex-Parisien grandir. Il témoigne d’un garçon avec une grande détermination : « Mattéo est un joueur qui a toujours envie de gagner. Il est frustré quand il perd. Mais attention, cela ne se caractérisait pas qu’en match, c’était aussi présent lors des jeux, ou matchs, à l’entraînement. Forcément, cela complexifiait la chose des fois car il a une grande énergie, mais il fallait la canaliser. » Avec une envie constante de bien faire, en plus d’une bonne humeur toujours présente, Guendouzi conquit tant les supporters, que ses coéquipiers de Lorient. « J’ai joué avec lui en U19 et en réserve et il était déjà au-dessus du lot. Son intelligence de jeu était impressionnante. Il voulait toujours tenter la passe qui nous permet d’aller de l’avant, qui en même temps fait mal à l’adversaire. » appuie Lee Marving Kouakou.

Les difficultés du haut niveau

15 octobre 2016, Lorient-Nantes. Mattéo Guendouzi effectue sa première apparition en professionnel, et en Ligue 1, sous la houlette de Sylvain Ripoll. Cela semble être la première d’une grande série. Malheureusement pour lui, Ripoll est remercié par le Président Féry et est remplacé par Bernard Casoni, beaucoup moins séduit par le profil du milieu.

En mai 2017, le FC Lorient est relégué en Ligue 2. Un nouvel entraîneur arrive : Mickaël Landreau. Tout semble réuni pour que Guendouzi joue. Le début de saison se passe de manière idyllique. Le numéro 4 joue de nombreux matches. Mais, d’un coup d’un seul, il est mis à l’écart par le coach. La raison est encore inconnue. Seules des suspicions demeurent telles qu’une altercation avec certains de ses coéquipiers à la mi-temps d’une rencontre contre Valenciennes, ou alors un refus de prolonger son contrat. Durant cette période, le néophyte est de retour avec la réserve. « Il a réellement mal vécu cette période. Il n’y a rien de pire pour un footballeur. Mais il a su se relever, travailler dur, et il a été récompensé par la suite. » confie Haddadou. Régis Le Bris partage plus ou moins cette opinion : « Je trouve qu’il a vite géré cette période. Il a joué avec moi, avec la réserve, et je trouve qu’il a même fait de bons matches. Tout footballeur rencontre des obstacles dans sa carrière. Il faut juste être capable d’en faire quelque chose de positif. C’est justement ce que Mattéo a fait en continuant à vouloir progresser. ». Sur la fin de la saison, Guendouzi retrouve du temps de jeu et ressort grandi de cette épreuve.

Une destination inattendue

À la fin de cette même saison (2017-2018), Guendouzi est (beaucoup) sollicité. Ses performances en Ligue 2 ne sont pas passées inaperçues. À tel point que des cadors Européens s’intéressent à son profil. Finalement, le milieu de formation choisit de plier ses bagages et de rejoindre Arsenal. À seulement 19 ans, le voilà donc dans l’un des meilleurs championnats, en Angleterre. « Il a toujours rêvé de jouer là-bas » précise Sabri Haddadou. Fraîchement arrivé de Ligue 2, difficile d’imaginer de le voir s’imposer en PL. Pour autant, il le fait, sous le regard médusé des experts. « J’ai été surpris de le voir s’imposer aussi vite en Premier League. » relate Arnaud Huchet, journaliste à Ouest-France, qui a suivi l’éclosion du talent lorientais. Benjamin, ex-rédacteur en chef de GodSaveTheFoot, et fan d’Arsenal appuie ce constat : « Il a très vite impressionné par ses performances et sa maturité. Pour être honnête, on ne s’attendait pas à ce qu’il joue autant de matches. » Mais, au fil du temps, sa progression n’étonne plus, et ses qualités sont d’ors-et-déjà connues des suiveurs du football anglais : « Cette année il a passé un cap en terme de maîtrise technique et de sérénité balle au pied. Il est vraiment impressionnant », enchérit Benjamin. Son ascension rapide ne se termine pas là. Septembre 2019, ce même Mattéo Guendouzi est appelé en Équipe de France A, une première. « Il a toujours rêvé de jouer en Équipe de France. C’était un rêve, mais aussi un objectif pour lui. Je pense que ce qui lui a permis d’arriver là c’est son mental. Il ne lâche rien et ça fait la différence. » confie Haddadou.

Mais, la question que tout le monde se pose : parviendra-t-il à s’imposer aussi rapidement en Bleu ?

Lire plus :

Florian Taulemesse : « En Espagne, après une défaite, les joueurs rigolaient »

You may also like

More in A LA UNE