ACTUALITÉInterviewito

Florian Gautier (Deux Nuits Avec) : « Je pense être à un tournant »

0

Bonjour Florian, tout d’abord peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Florian, j’ai 23 ans. Cela fait un an et demi que je travaille pour « Deux Nuits Avec ». A la base, j’ai fait deux années en école de journalisme. J’ai toujours voulu être journaliste sportif depuis mon stage de 3ème, effectué avec Karl Olive, actuel maire de Poissy et ancien directeur des sports de Canal +. A partir de là, j’ai régulièrement travaillé avec lui avant d’intégrer l’école de journalisme et de créer « Deux Nuits Avec ».

Raconte-nous un peu ta chaîne « Deux Nuits Avec ». Comment t’es venu ce concept ? T’es-tu inspiré de quelqu’un ?

Je pourrais difficilement répondre à cette question. C’est vrai que je ne sais pas vraiment à quel moment j’ai eu cette idée. J’ai toujours voulu travailler dans le sport, dans le journalisme sportif et pour moi-même. Cependant, j’ai tout de même été inspiré par « J’irai dormir chez vous » d’Antoine de Maximy. j’aimais beaucoup ce qu’il faisait et Intérieur Sport qui est un peu la Mecque du reportage sportif. A mon échelle, j’essaie de mélanger ces deux formats et d’en créer un sur le sport qui n’existait pas.

Dès le départ, des sportifs assez reconnus dans leur sport t’ont accueilli chez eux. Tu t’attendais à ce que les athlètes soient aussi réceptifs ?

Au début, ça n’était pas évident parce qu’il n’y avait pas d’épisodes sortis donc les sportifs ne savaient pas à quoi s’attendre. Je remercierai toujours Kentin Mahé (joueur international français de handball) qui m’a permis de me lancer sinon ça aurait été assez compliqué. Mais là, ça commence à bien prendre, les sportifs comprennent ce que j’attends et voient un peu plus à quoi ça peut leur servir. Toutefois, ça reste encore compliqué de trouver des sportifs parce que c’est un format assez lourd, assez prenant et dans le sport, ils ont peu de temps. Heureusement, j’ai peu attendu avant le début des démarches et de lancer le premier épisode grâce à Kentin.

Ce n’est pas trop compliqué de vivre avec eux durant trois jours, avec leurs occupations personnelles ?

Non, parce que globalement ils jouent le jeu donc ont est 24h/24 ensemble. On parle tout le temps, et les sportifs prennent vraiment soin de moi. Il y a quelques offs quand même mais ils font vraiment attention. Je me suis toujours très bien entendu avec tous, ça se passe vraiment bien et c’est marrant de vivre avec eux quelques jours.
J’ai vu des joueurs en couple, avec de la famille, des amis, donc ça permet d’avoir d’autres avis.

Tu as aussi pu visiter d’autres pays et voir d’autres cultures différentes.

Plus on part loin, plus c’est sympa ! Les joueurs sont très heureux d’avoir un français et c’est beaucoup plus riche pour tourner. Quand je suis parti au Kazakhstan et en Chine pour voir Mathias Coureur (ancien joueur du FC Nantes, formé au Havre AC)et Kevin Tillie (joueur de volley, international français), ils vivent le moment à 200%, ils sont hyper contents de montrer leur ville et ça leur fait un souvenir de leur passage à l’étranger. C’est le mieux d’aller à l’étranger mais ça coûte cher…

Comme tu parles du prix, cela ne t’a jamais bloqué pour faire un voyage ?

Non, jamais. Mine de rien, les deux fois, c’était en Asie et ça ne coûte pas si cher pour un si long voyage. J’aurai pu pousser des reportages mais il n’y avait pas forcément d’intérêt maintenant et le rapport prix/voyage n’aurait pas été terrible. Globalement, je n’ai jamais freiné à cause de ça.

Si ce n’est pas indiscret, comment arrives-tu à les contacter ?

Je passe par les réseaux sociaux bien souvent mais je passe aussi par les familles pour faire les démarches. Ça reste très compliqué avec les agents même si certains sont très sympas. Pour le moment, je n’ai pas beaucoup travaillé avec. Ils sont assez fermés pour la plupart donc j’essaie d’avoir le sportif directement.

En 19 épisodes, tu as eu l’occasion de rencontrer 7 footballeurs. Lequel t’as le plus marqué et pourquoi ?

Chaque épisode est unique, chaque épisode m’a marqué. Avec les footballeurs, je me suis très bien entendu avec tous. A chaque fois, ce fut des ambiances différentes. J’avais vraiment apprécié d’être avec Geoffrey Jourdren, car même moi je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi sympa.

Il y a eu aussi Mathias Coureur avec qui le feeling est très bien passé et avec qui je suis en contact assez souvent. Avec lui c’était incroyable car c’était vraiment le profil parfait, un peu fou, et qui n’a pas peur de raconter des anecdotes au fin fond du Kazakhstan. Il y avait tout pour que ça soit un des meilleurs épisodes.

@2nuitsavec

Cela fait quelques temps que tu ne vois pas de victoire pour les équipes dans lequel ton interviewé joue. Tu vis bien ce statut de « chat noir » ? Les athlètes t’en parlent après le tournage ?

C’est compliqué, je leur dis pas. Je me dis que si je vois perdre Aymeric Laporte (Manchester City), c’est qu’il y a un problème. À part ça, je n’avais jamais vraiment fait attention, mais pour le moment je ne leur ai pas dit. Il y a juste avec Julien Caminati (joueur de rugby), lors du dernier épisode, qui voulait que je reste au match. Je lui ai dit qu’il ne valait mieux pas. Au final, ils ont gagné sur un dernier essai après la sirène. Je pense qu’il y a bien un joueur qui va me faire mentir et qui va arrêter ce statut. Mais c’est marrant de jouer là-dessus pour le moment. Dans une prochaine vidéo, si j’ai l’occasion d’assister au match, je le dirai avant qu’on rigole un peu et on verra ce qu’il se passe après.

Dans tes rêves les plus fous, quel serait l’athlète avec qui tu voudrais faire un épisode ? Pourquoi cette personne ?

J’aimerais beaucoup tourner avec Hatem Ben Arfa ou Thomas Meunier car ça reste des footballeurs qui n’ont pas peur de s’exprimer, qui font très peu de langue de bois. Ils ont aussi des parcours vraiment intéressants, des passions intéressantes donc je pense que l’épisode le serait tout autant. J’aimerai bien aller voir Jérémy Menez au Mexique et/ou tourner avec des étrangers, j’aimerai bien m’y mettre. Sinon, j’aurai adoré tourner avec Clément Chantôme, mon idole, qui joue maintenant au Red Star, mais qui est un peu timide.

Personnellement, quel lien as-tu avec le football ?

Quand j’étais jeune, j’en ai fait pendant un an puis j’ai repris quand j’étais en école de journalisme. J’avais d’ailleurs fait le tournoi des écoles de journalisme où on avait fini en finale. J’ai dû d’ailleurs terminer meilleur buteur de la compétition avec 5 ou 6 buts (rires). A part ça, j’en ai refait une année après l’école et maintenant je fais juste du futsal avec les amis. Je m’entretiens avec le foot !

Quel est ton club de football préféré en France ? et à l’Etranger ? Quel regard portes-tu sur cette équipe par rapport aux résultats ?

Je ne sais pas si je peux répondre à cette question, après je vais être marqué. J’ai grandi en région parisienne donc j’ai toujours été voir le PSG. A l’étranger, je suis un très grand fan de Tottenham en Angleterre.
Concernant les résultats, pour le PSG, ça sera l’éternel débat de la Ligue des Champions. On espère que pour cette année ça le fera. Chaque année, on le dit, mais quand on regarde l’effectif, l’entraîneur et même le jeu produit, c’est un niveau au-dessus cette année. Même sans Neymar, je pense très honnêtement qu’on peut battre Manchester (United). Si on n’arrive pas à les battre sans lui, c’est qu’il y a un souci (l’interview a été faite avant le match aller Manchester United-PSG).

Pour Tottenham, je suis très frustré de n’avoir jamais gagné le titre. Et pourtant je suis un très grand fan de Pochettino, que j’aurai adoré voir au PSG. J’ai l’impression qu’il y a toujours une marche qu’on n’arrive pas à franchir. C’est dommage car il y a un très bel effectif avec des joueurs que j’adore comme Moussa Dembélé, Harry Kane. Il manque peut-être un peu de profondeur de banc. J’espère qu’on y arrivera un jour.

Avais-tu un attachement particulier pour Emiliano Sala ?

C’est toujours plus simple de dire qu’on l’aime bien une fois qu’il disparaît mais pour le coup j’aimais beaucoup cet attaquant pour deux raisons. Tout d’abord, j’ai un attachement particulier au FC Nantes, j’ai de la famille là-bas ce qui m’a permis d’aller à la Beaujoire assez souvent. La deuxième est que je ne trouvais pas son style de jeu si moche que ça. Ce n’est pas Ronaldinho mais il était très efficace et n’était vraiment pas ridicule balle au pied. Du coup, oui, j’avais un attachement particulier pour Emiliano.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

🙏💛 ~ #fcnno #emilianosala #sala #prayforsala #emiliano #fcnantes #nantes #naoned #ligue1 #ligue1conforama #beaujoire #stadedelabeaujoire #tribuneloire #football #stadito Photo : Arnaud Duret

Une publication partagée par Stadito.fr (@stadito.fr) le

Quels sont tes objectifs pour la suite sur ta chaîne Youtube ?

On peut me souhaiter plein de choses. Tout d’abord de faire les épisodes avec les joueurs que j’ai cité précédemment avec qui j’aimerai tourner. J’aimerai toujours un maximum d’abonnés épisode après épisode. Ça commence à bien prendre donc ne pas lâcher ça car je pense être à un tournant. L’idée aussi serait de commencer à en vivre véritablement. Je pense que d’ici quelques mois, ça devrait bien se passer donc on peut me souhaiter que du positif.

Stadito tient à remercier Florian pour sa disponibilité et lui souhaite bon courage pour la suite de « Deux Nuits Avec ».

Lire plus :
Login/Sign up