Stadito TourSwiss Football League

Stadito Tour : Au cœur de la capitale suisse

0

La Suisse est un pays où j’apprécie me rendre pour aller voir du football. Ce dimanche, je m’y suis rendu pour visiter mon sixième stade en première division. Après Bâle, Sion, Neuchâtel, Zurich, Lucerne, c’était au tour de Berne, la capitale, de m’accueillir, le temps d’un match. Les locaux accueillaient le mythique FC Zürich.


La Zytglogge (ou Tour d’Horloge) a été construite au XVIème siècle.

« Le Stade de Suisse, lieu de résidence des Young Boys de Berne »

Comme souvent, la journée a commencé avec une petite visite de la ville. Nous nous sommes rendus au centre-ville de Berne pour admirer l’architecture et le patrimoine culturel et profiter de la gastronomie locale. Nous nous sommes ensuite rendus en voiture au Stade de Suisse, lieu de résidence des Young Boys de Berne.

Le Schweizerhof  (ou Palais Fédéral) est à la fois le siège du Conseil fédéral (gouvernement) et de l’Assemblée fédérale (parlement).

Pour stationner gratuitement, ce n’est pas évident. La plupart des supporters locaux se rend au stade en transport en commun ou à pied. Nous nous sommes garés dans le parking du Parc des Expositions, situé non loin du stade mais payant.

Notre arrivée au stade s’est faite très tardivement puisque nous arrivons devant seulement cinq minutes avant le coup d’envoi. Étonnement, malgré l’heure tardive, les abords du stade sont encore pleins de supporters. Il faut préciser qu’en Suisse, la fouille n’est pas pratiquée dans la plupart des stades. De fait, l’entrée dans le stade est très rapide.

Le Stade de Suisse vu du ciel.

Le Family Corner

Nos billets numériques scannés, nous entrons enfin dans la tribune située face à la tribune des ultras locaux et adjacente au virage réservé aux visiteurs. Cette tribune est réservée pour les familles. Il y a souvent un secteur famille, appelé « family corner », en Suisse. Les places y sont moins chères. Pour ce match, nous avons payé 25 CHF en tarif normal.

La tribune présidentielle du Stade de Suisse.

Zurich prend le dessus en tribune

Au coup d’envoi, le bloc des ultras bernois réalise un beau tendu d’écharpe et les premiers chants commencent à retentir. La puissance vocale est très bonne. Il faut dire que le bloc des locaux est imposant (environ 4000 personnes).

Entrée des joueurs en bas de la tribune des ultras bernois.

Dans le parcage, l’ambiance est excellente. Visuellement, c’est très beau. L’agitation des drapeaux est constante, les gestuelles sont suivies par tous.
Les zurichois sont environ 500 en parcage mais la puissance est quasiment égale à celle des bernois. Les supporters locaux n’arrivent à prendre le dessus que lorsque les autres tribunes les suivent. Comme sur le modèle allemand, ou strasbourgeois, les tribunes latérales chantent également sur certains chants, à l’invitation des ultras.

La Suisse, terre de football ?

On ressent, en Suisse, le football populaire. Même si le pays n’a pas la réputation d’un territoire très « populaire », il faut se méfier des apparences. Le mouvement ultra suisse s’est bien développé et s’est implanté aisément dans les tribunes helvètes. Dans certains clubs, ils ont pris une place prépondérante dans la gestion des institutions. Berne et Zurich font partie des très bons mouvements en Suisse.

Niveau football, la Suisse n’est pas non plus en reste. Même si on est évidemment pas au niveau des plus grands championnats européens, on est sur un niveau de milieu et bas de tableau français. Cependant, il est clair que le FC Bâle et les Young Boys de Berne sont très nettement au dessus.

Après 8 titres d’affilée remportés par Bâle, Berne a récupéré le trophée l’année dernière, en terminant avec 15 points d’avance sur le tenant du titre bâlois. Les deux clubs se sont qualifiés pour les tours préliminaires de la Ligue des Champions et les Young Boys ont même réussi à se qualifier pour les phases de poules, ce qui lui a permis de rencontrer Manchester United, Valence et la Juventus.

Le mouvement ultra Suisse

En terme de ferveur, Bâle est le club le plus populaire en Suisse avec une affluence moyenne de 28 000 spectateurs ces dernières années. Les Young Boys et le FC Zurich montent sur les deux autres marches du podium. Si on ne s’attache qu’au mouvement ultra, il est difficile de départager Bâle et le FC Zurich, bien au dessus des autres.

Sur ce match, la supériorité de Zurich s’est faite, pour moi, ressentir. Les visiteurs, malgré un nombre moins important, ont réussi à créer une très belle ambiance et se sont fait entendre. Je fus déjà impressionné lors du derby de Zurich auquel j’ai assisté en début de saison et j’ai confirmé ma bonne impression ce dimanche.

A l’inverse, j’ai été un peu déçu, par la prestation des ultras de Berne. Dans un stade bien rempli, et avec un match qui a vite tourné en leur faveur, ils n’ont pas su profiter de la situation pour enflammer le stade. Pire, ils ont eu de nombreux blancs, ce qui a profité aux supporters zurichois.

Belle agitation de drapeaux dans le secteur zurichois.


Quoi de plus difficile de se faire dominer par un parcage de 500 personnes lorsqu’on est plus de 4000, à domicile…
J’avais pourtant été très impressionné du parcage réalisé par les bernois l’année dernière, lors des dernières journées de championnat, à Bâle. Dominés 7-1 sur la pelouse du deuxième, le parcage n’avait cessé de chanter et d’allumer de la pyrotechnie.

Un peu de pyrotechnie dans le parcage visiteur.

« Berne totalise déjà 19 points d’avance sur Bâle »

Sur le rectangle vert, les bernois ont dominé tout le match, et ont fini par s’imposer 2-0. Guillaume Hoarau, attaquant des Young Boys, était absent car blessé au mollet. Il n’est sans dire que, footballistiquement, Berne était très au-dessus et marche cette année encore, sur le championnat, et totalise déjà 19 points d’avance sur Bâle, le second.

Tendu d’écharpe dans le kop bernois.

Le Stade de Suisse est un stade très moderne, dans le même style que le St. Jakob Park, de Bâle, avec un centre commercial à l’intérieur. Le stade offre de multiples services. Des petites boutiques du club sont installées dans les tribunes, où, preuve de l’importance des ultras dans le club, des tirelires sont à la disposition des supporters voulant participer financièrement aux tifos.

Nous avons encore une fois passé un très bon moment en Suisse. L’ambiance qui règne dans les tribunes helvètes est vraiment bonne. Pour une fois, très peu de pyrotechnie a été utilisée, puisque seulement 2 torches dans le parcage, en deuxième mi-temps.

Young Boys Bern - FC Zürich

7.4

On a aimé :
  • - L'ambiance populaire qui règne autour et dans le stade.
  • - Le parcage zurichois, une prestation remarquable.
  • - La ville de Berne.
  • - La ferveur des tribunes "non-ultras".
On n'a pas aimé :
  • - Le manque de ferveur dans le bloc des ultras Bernois.
  • - L'absence de pyrotechnie... ça change l'ambiance.
  • - Le manque de choix à la boutique du club.
  • - L'absence de stationnement gratuit à proximité.
Timothée Milhano
Login/Sign up