ACTUALITÉLigue 1RC Strasbourg Alsace

RC Strasbourg : Le conte de fées strasbourgeois

0

Sur le papier, pas de stars, pas de noms évocateurs. Et pourtant, l’équipe tient plus que la route sur ces 22 premières journées de championnat. Le treizième budget de Ligue 1 avec 35-40 millions d’euros a réalisé un mercato assez cohérent pour en arriver-là (14 départs pour 10 arrivées à l’intersaison). Les 14 millions d’euros récupérés du transfert d’Aholou à l’AS Monaco ont été utilisés à bon escient pour recruter d’autres joueurs comme Matz Sels, septième meilleur gardien de Ligue 1 selon les notes de l’Equipe depuis le début de saison, débarqué de Newcastle ou encore Lebo Mothiba, arrivé en provenance du LOSC, meilleur buteur du RCSA avec 8 buts, ce qui fait de lui le huitième meilleur buteur de Ligue 1.

D’autres recrues font bonne figure et prennent place dans le onze type de Thierry Laurey : Stefan Mitrovic (19 matchs), Lamine Koné (16 matchs, 1 but, 1 passe décisive), Ibrahim Sissoko (21 matchs, 3 buts, 1 passe décisive) mais aussi Adrien Thomasson, qui est à l’origine de 10 buts alsaciens (20 matchs, 5 buts, 5 passes décisives) ou encore Ludovic Ajorque qui prend ses marques dans l’attaque alsacienne (11 matchs, 4 buts). En comptant aussi les jeunes et les plus expérimentés, le Racing a donc fière allure dans notre championnat. Après 22 journées, l’équipe se retrouve cinquième avec 35 points pour 9 victoires, 8 nuls et 5 défaites. Elle possède la deuxième attaque du championnat avec 38 buts et la septième meilleure défense ex-aequo avec 25 buts encaissés. Très fort pour une équipe qui vit seulement sa deuxième saison consécutive dans l’élite du football français. Pour continuer dans cette voie-là, les joueurs peuvent compter sur des supporters de taille, bien présents à la Meinau et sur l’ensemble du territoire.

Les inconditionnels de la Meinau

Ils sont-là, partout, tout le temps. Même lors de la rétrogradation judiciaire, la Meinau affichait une moyenne de 15000 spectateurs par match en National et plus de 25000 pour le derby contre Colmar. Aujourd’hui, la ferveur est toujours là, les Ultras Boys 90 font vivre leur tribune et le stade strasbourgeois tout entier. La saison dernière, l’affluence moyenne était de 24083 spectateurs soit une capacité de stade remplie à 83%. Cette saison, l’affluence grimpe à 25160 spectateurs de moyenne, ce qui donne un taux de remplissage de quasiment 87%. Et ce n’est pas les résultats actuels du club qui vont inverser la tendance. De plus, Strasbourg a joué à 12 reprises à la Meinau en Ligue 1 Conforama pour 11 guichets fermés. Seul le match contre Amiens n’a pas fait le plein.

Dernier match à domicile de la saison dernière

Les supporters sont présents et leurs joueurs leurs rendent bien la pareille. La Meinau n’est pas une forteresse imprenable étant donné que le RCSA a perdu 2 fois sur ses terres (2-3 contre Nantes et 0-1 face à Nîmes) mais l’équipe a tout de même pris 19 points en 11 matchs avec 5 victoires et 4 nuls. Paris a dû se contenter du nul (1-1) tandis que Nice s’est cassé les dents avec une défaite juste avant la trêve (2-0). L’an passé, en 19 matchs à domicile, les Strasbourgeois avaient engrangé 27 points soit seulement 8 de plus que cette saison avec 8 matchs en plus. À l’extérieur aussi, Strasbourg cartonne avec de grosses victoires comme à Rennes (1-4) ou encore à Louis II contre Monaco (1-5), qui a eu pour conséquence le limogeage de Thierry Henry dans la foulée. En 11 matchs à l’extérieur, les hommes de Thierry Laurey ont été cherchés 16 points hors de leurs bases, ce qui est déjà plus que l’année dernière avec les 11 points récoltés.

Ce soir, la Meinau sera une nouvelle fois vêtue de son grand manteau bleu : le stade ne sonnera pas creux, puisque toutes les places ont été vendues. L’objectif est d’aller chercher une place en finale de Coupe de la Ligue, mais pour cela il faudra passer l’obstacle bordelais. Avant d’en arriver-là, les « Bleus » se sont payés le dauphin lillois à domicile puis ont bien négocié leurs déplacements chez les deux Olympique : Marseille et Lyon. Strasbourg va donc tenter d’accéder à cette finale, une première depuis la victoire en Coupe de la Ligue face à Caen en 2005 sur le score de 2-1.

Thierry Laurey, un homme de caractère

En mai 2016, Marc Keller, président du Racing Club de Strasbourg, décide de faire confiance à Thierry Laurey, coach qui n’avait pas réussi à maintenir le Gazélec Ajaccio en Ligue 1. Ses débuts avec Strasbourg sont fructueux puisque le club est sacré champion de France de Ligue 2 la même saison, et remonte donc dans l’élite, dix ans après.

À 54 ans, Laurey marque son empreinte sur la Ligue 1 avec ses phrases chocs comme lors de la réception du PSG en 2017 : « A part si vous leur payez du vin chaud quand ils arrivent et qu’ils sont torchés, je ne vois pas comment on va y arriver ! ». Ou plus récemment après un déplacement à Grenoble en Coupe de France, en février 2018 : « C’est vrai que les coiffeurs qui savent jouer au football, c’est quand même intéressant. Si tu veux qu’on se parle, il va falloir que tu sois un peu plus précis sur les mots que tu choisis. J’aimerai que tu respectes un peu plus Grenoble, parce qu’on ne vient pas à Grenoble avec une équipe de coiffeurs, on vient avec une équipe de Ligue 1 pour se qualifier. » Apprécié ou non avec ses discours, il apporte quoi qu’il en soit sa touche dans notre championnat. Sur le terrain, il aide beaucoup l’équipe en étant le plus souvent debout pour les encourager, ou s’énerver si nécessaire. Hyperactif, il ne lâche jamais ses joueurs et comme le disait Dimitri Foulquier : « Le coach est comme ça mais il n’est pas méchant. Ça se voit, il aime ses joueurs.

© Gilles Varela

En tout cas, ses choix sont très souvent payants. Selon l’Equipe, Strasbourg est la troisième meilleure équipe depuis le début de saison au niveau des notes et Thierry Laurey se retrouve quatrième meilleur coach. La saga de la cigogne alsacienne semble bien partie dans son envol mais jusqu’à quand ? Affaire à suivre…

Lire plus…



You may also like

More in ACTUALITÉ