Stadito Tour

Stadito Tour : Le “combo ch’ti” Bollaert/Pierre Mauroy

0

Au programme de la journée, le match entre le RC Lens (3ème) et l’AC Ajaccio (17ème) comptant pour la 19ème et dernière journée de la phase aller de Domino’s Ligue 2 (15h) et la rencontre entre le LOSC (2ème) et le Toulouse FC (15ème) de Ligue 1 Conforama (21h). Deux matchs qui, sur le papier, ont plutôt l’air déséquilibré. Pourtant Bollaert et Mauroy ne savent pas encore ce qui les attends…

En route pour Bollaert

Nous sommes le samedi 22 décembre 2018, la journée est agréable et ensoleillée (ce qui est rare dans le Nord pour un tel moment de l’année). La température est douce, 10°c, et nous prenons la direction du Stade Bollaert-Delelis, la première étape de notre journée 100% football, la dernière de l’année 2018.

Pour se rendre au stade, une grosse quarantaine de minutes entre la N41 et la N47. Le soleil toujours bien présent, J’arrive doucement aux abords du temple Sang et Or, et me gare “Chemin de Loos” (petite astuce parking très intéressante si vous souhaitez vous rendre au stade).

Un Bollaert en fête

14h13 – Une arrivée en tribunes bien moins mouvementée que la semaine passé lors de notre première au Stade du KV Courtrai et me voici dans une antre dont j’ai déjà eu l’occasion de prendre la pleine mesure. Il s’agit de mon 12ème match à Bollaert et pourtant, je ne cesse d’être émerveillé par la ferveur populaire qu’il s’en dégage.

Le stade se remplissant petit à petit.

14h55 – Le stade s’est bien rempli. Il est l’heure pour le speaker du Racing d’appeler les joueurs en annonçant les compositions des équipes. Pour cela, à l’initiative du RCL, il est accompagné d’un jeune supporter aillant remporté un concours photo. Micro en main, le minot fait vibrer la Marek et tout le stade de sa petite voix entraînante. Un moment de rêve.

En ce samedi ensoleillé, ce sont plus de 25 000 lensois qui ont fait le déplacement à Bollaert pour soutenir les Sang et Or. 25 000 âmes réunis pour vivre leur passion et chanter haut et fort leur amour pour leurs couleurs.

Écharpes brandis, la “Lensoise” résonne à l’entrée des 22 acteurs.

Sur le terrain, les acéïstes sont les premiers à prendre les devant grâce au but de Coutadeur rapidement dans le match (13′). Loin d’être refroidi, la tribune Marek dégage une puissance vocale extraordinaire (certainement dans le top 3 de la saison à domicile à mon appréciation). 

Il fallut attendre la 27′ pour que le jeune Mounir Chouiar inscrive, d’une frappe enroulée sublime, son premier but en Domino’s Ligue 2. Malgré les nombreuses offensives lensoises et les encouragements de tout un stade, ce sont les corses qui parviennent à réaliser le Hold-Up en remportant le match grâce à Naoto Sawai (77′).

Magnifique soleil sur les 25 000 supporters du Racing Club de Lens.

Transiter entre le Racing et le LOSC

Je quitte Bollaert un peu amer après ce revers concédé contre le cours du match mais pas de temps à perdre, je ne suis qu’à la moitié de mon périple.

18h – Me voici de retour chez moi, le match du LOSC étant à 21h, je me repose le temps d’une petite heure avant de remettre ça.

INFO TIMING – Généralement les matchs du samedi en Ligue 1 sont programmés à 20h. Etant rentré à 18h et ayant une bonne demi-heure de transport pour arriver au Stade Pierre Mauroy, ce doublé est tout de même possible en cas de second match à 20h.

Direction le stade Pierre Mauroy

19h40 – Je prends la direction du Stade Pierre Mauroy. Pour cela, j’empreinte le métro lillois afin de rejoindre la station relais Les Prés au niveau de laquelle la Métropole Européenne de Lille propose un dispositif de navettes très pratique. A chaque événement se déroulant au Stade PM, la MEL met à disposition des lillois une navette GRATUITE à destination du stade et assure également le retour des supporters. Un service plutôt pratique lorsque l’on veut éviter de payer un des parking du stade.

Après une quinzaine de minutes de bus entouré de supporters du LOSC, me voici sur le parvis du stade. Les différentes buvettes et friteries bordant le stade tournent à plein régime. Le public lillois est bien au rendez-vous et espère que son équipe terminera sa phase aller invaincu à domicile (6 victoires, trois nuls avant ce match).

Dogues de Noël

Pour Noël, de nombreux bonnets du Père Noël aux couleurs du LOSC ont été disposés sur les sièges de l’enceinte lilloise. De nombreuses animations ont également été disposés pour faire de ce match une belle fête de fin d’année. En tribunes, des milliers de petits lutins entonnent l’hymne du LOSC. L’animation en tribune est plutôt réussie.

Opération bonnet de Noël au Stade Pierre Mauroy.

Côté ambiance, le public lillois est comme à son habitude davantage spectateur qu’acteur. En ayant fait les deux stades nordistes dans la même journée, le contraste est assez frappant.

Les milliers de bonnets ont fait le bonheur des petits et des grands.

Sur le terrain, outrageusement dominé par des toulousains très entreprenant, le LOSC parvient à ouvrir le score grâce à la troisième réalisation du jeune portugais Rafael Leão. Bien servi dans la profondeur par Thiago Maia, l’attaquant de 20 ans trompe Baptiste Reynet d’une frappe croisée puissante. Entrés en mode de gestion, les Dogues se font surprendre au retour des vestiaires.

Rafael Leão célèbre son 3ème but sous le maillot Lillois.

L’incursion anodine de l’ivoirien Max-Alain Gradel bien suivi par Corentin Jean se transforme en penalty suite à la semelle du lillois Edgar Ié. Gradel ne se fait pas prier et trompe “Magic Mike” d’un contre pied. Quelques minutes plus tard, ce même Gradel s’introduit seul dans la surface des Dogues et s’effondre sous les yeux de la tribune Sud dans laquelle je me situe. Tout le monde se replace, Mike Maignan s’apprête à relancer le jeu d’un six mètre tandis que le public réclame un jaune pour simulation de l’attaquant toulousain. L’arbitre fait signe au gardien lillois de patienter et porte sa main à l’oreille pour la seconde fois du match.

Stupeur dans le public, l’arbitre du match, M.Millot se rend devant son écran et suite à la VAR accorde un second penalty pour le TFC. Gradel récidive et le Téfécé prend l’avantage. L’incompréhension est totale. Autour de moi tout le monde se soulève. Malgré de nombreuses tentative, comme le RC Lens plus tôt dans ma journée, le LOSC s’incline deux buts à un.

Pour conclure cette belle journée de football, j’ai nettement apprécié les différentes initiatives des deux clubs pour apporter un plus à leurs fans en cette période de fêtes. Si les résultats sportifs des deux équipes nordistes n’ont pas été bons, le ressentie que j’ai eu en tribune a été à la hauteur de mes attentes. Sans grande surprise, le RCL remporte la bataille en tribune contre le LOSC grâce à sa Marek de folie et surtout grâce à l’ensemble de son public qui est davantage acteur que son homologue lillois.

EDITO

Basile Brigandet
Fondateur de Stadito avec pour seul religion le football. Heureux dans un stade quelque il soit, je suis né à Troyes et idolâtre Benjamin Nivet depuis mon plus jeune âge.
Login/Sign up