BelgiqueStadito Tour

Stadito Tour : Sous la grêle du Stade des Éperons d’Or (Courtrai)

0

Une arrivée mouvementée 

L’aventure du jour a débuté au départ de Wasquehal, à une dizaine de kilomètres au Nord du centre de Lille. 0°c au compteur de la voiture, je me prépare à combattre le froid. Le GPS indique une trentaine de minutes de route pour arriver au Stade des Éperons d’Or de Courtrai (Kortrijk dans cette belle langue flamande). 

17h35 – bloqué dans les bouchons du centre ville de Courtrai, je me rends compte de la direction anormale que le GPS semble m’indiquer. En rentrant “Stadion“, notre cher Google nous dirige vers la “Station“, autrement dit, je me retrouve à la gare alors que le match débute dans 25 minutes. Ni une ni deux, je bifurque à toute vitesse en direction du stade que j’aurais dû atteindre sans quitter l’autoroute, en contournant ainsi le centre ville. 

L’heure est grave, il n’est pas question d’arriver en retard à un match. Cela n’arrive jamais et cela n’arrivera pas aujourd’hui ! Après avoir retrouver ma trajectoire, je parviens à me stationner aux abords du stade. Entouré de bus, je comprends rapidement que je suis du côté des supporters adverses, peu importe, filons au stade !

Un stade à l’anglaise

Après une marche d’une belle intensité, et oui, dans ces moments-ci on pense très fort à Yohan Diniz, la marche devient plus fluide et se transforme même en petite foulée à la Mekhissi, nous voici sur le point de valider notre ticket. 

17h53 – L’entrée est très fluide, la fouille se fait rapidement et la plupart des spectateurs sont déjà soit dans le stade, soit une bière à la main dans une Fan Zone bien fournie que l’on détaillera un peu plus loin. 

Un poil pressé, je suis désorienté et ne sais pas très bien comment me situer et accéder à ma tribune. Un premier escalier me fait face. Je monte et me retrouve au cœur de la tribune active où il est impossible de pénétrer tant les fans y sont denses (photo ci-dessous). Je contourne donc la tribune et pour la première fois, je prends connaissance de ce bel écrin un brin arrosé.

Les tribunes y sont bondées, le club local du KV Courtrai (10ème) reçoit le FC Bruges (3ème). L’herbe est grasse, gorgée de cette pluie entremêlée de grêle qui s’abat sur la Belgique depuis le début de la journée. 

Le bonheur des tribunes debout

Mission accomplie, les joueurs pénètrent sur la pelouse du Guldensporenstadion (nom flamand du stade … oui ça fait long on est d’accord). Accoudé au bord de la main courante, il m’a été impossible d’accéder à la tribune couverte dans laquelle je devais aller. C’est donc parti pour une bonne mi-temps, au moins, à combattre le froid et la grêle qui fend le ciel belge.

Autour de moi, des pères avec leur fils, des personnes âgées, des chants en flamand, d’autres en français, tout le monde est dans le même bateau. Seule la passion semble pouvoir nous faire tenir notre place. Sur le terrain, les conditions de jeu sont difficiles et les “Blauw & Zwart” dominent logiquement le match. 

Elles arrivent peu à peu en France (à Lens, Strasbourg et Amiens notamment) , les tribunes debout sont assez communes chez nos amis belges (Champions du monde du beau jeu). Dans ce stade, l’ensemble du virage (Tribune 2) est dépourvue de sièges. Ainsi, les fans se tiennent debout, actifs quelque soit leur âge et déterminés à pousser leur équipe. 

Des spectateurs consommateurs 

Je l’avais remarqué à mon arrivé au Stade, la Fan Zone à l’entrée principale du stade est très bien fournie. En son centre, un DJ y met l’ambiance pour faire monter la température. Un peu comme nous pouvons le voir en Angleterre, les fans sont très présents au cœur de cet espace festif où l’avant-match prend une autre saveur. 

A la pause, une grosse partie de la tribune dans laquelle je me trouve prend avec moi la direction de cette Fan Zone. Nous pouvons y retrouver des points de restauration, des boutiques du club mais aussi bien évidemment des bars.

De mon côté j’opte pour une traditionnelle “Waffle” (gaufre au sucre). 

Je profite également de ce moment pour me trouver une place au sein de la tribune couverte pour passer la seconde mi-temps du match au sec. Sur le rectangle vert, les brugeois croient ouvrir le score mais le parcage bien garni est arrêté par la VAR dans sa célébration. Les deux équipes ne parviennent pas à se départager malgré les offensives des joueurs du KVK, menés par le français Teddy Chevalier, très apprécié dans les tribunes. 

Pour conclure, malgré le 0-0, nous avons apprécié ce beau moment de football où l’ambiance a permis de contre-balancer les conditions météorologiques compliquées. La proximité entre les tribunes et le terrain sont de réels atouts pour ces stades de taille moyenne. Elle contribue à amplifier l’intensité des matchs et fait du football un véritable spectacle

Stade des Éperons d'Or (Courtrai)

7.4

On a aimé
  • La proximité entre les tribunes et la pelouse
  • L'activité des fans dans les tribunes
  • La diversité des choix de restauration au sein de la Fan Zone
On n'a pas aimé
  • Les conditions météorologiques dantesques
  • L'orientation pour arriver dans le stade
Basile Brigandet
Fondateur de Stadito avec pour seul religion le football. Heureux dans un stade quelque il soit, je suis né à Troyes et idolâtre Benjamin Nivet depuis mon plus jeune âge.
Login/Sign up