Coupe de FranceCoupe de la LigueEdito

Edito : Le PSG tue son charme

0

Mais qui a cru un instant que le PSG de Neymar, Mbappe ou Cavani pouvait perdre cette finale contre le club vendéen ? Même Monaco, l’équipe la plus proche du niveau des parisiens ces deux dernières saisons, s’est fait balayer 4-1 et 3-0 en finale de Coupe de la Ligue en 2017 et 2018.

En 2000, le Gueugnon FC surprend le PSG. 15 ans plus tard, le club de la capitale est invaincu depuis cinq éditions.

Ces deux coupes permettaient, à des clubs de secondes zones ou d’autres passant à côté de leur saison, de sauver une saison ou de lui donner du piquant. Au début des années 2000, les vainqueurs surprises sont nombreux : Strasbourg (2005), Nancy (2006) en Coupe de la Ligue ; Strasbourg (2001), Lorient (2002) en Coupe de France. Et malgré un OL dominateur, les Rhodaniens n’ont remporté que deux coupes nationales lors de cette période. Aujourd’hui, même pour un club de cette trempe, remporter une coupe devient difficile. Tellement le PSG fait figure de cannibale.

La Coupe de la Ligue est devenue un lotto grandeur nature. Les clubs ne la jouent qu’à partir des 1/2e finale … pour offrir une grande fête l’espace d’une soirée à ses supporters. À défaut de remplir l’armoire à trophée. Illustration, les derniers 1/16e de Coupe de la Ligue ont été d’une pauvreté. Sur la majorité des matchs, le « favori » s’est fait sortir. Le charme de la Coupe de France, elle, ne se résume plus qu’au petit rencontrant le gros. Le prof de sport qui rencontre le professionnel. Certes, mettant en avant ces parcours atypiques, souvent d’anciens de centre de formation passés à côté d’une carrière professionnelle.

Landreau et Richert avaient offert aux supporters une séance de tirs au but d’anthologie. On se souviendra longtemps de cette panenka loupée par le gardien nantais.

Mais revivrons-nous des finales historiques où émotion et suspense se mêlent ? Ces finales qui font ressentir la tension même depuis notre canapé. Nantes-Sochaux en 2004 nous a offert le duel Landreau/Richert aux tirs au but. Eduardo qui renvoi les Rennais chez eux en classe éco un soir de mai 2009. Ou Vikash Dhorasoo qui envoi un missile sorti de nulle part en 2006 pour offrir la coupe aux parisiens face à l’OM. Je vous mets au défi de ressortir le souvenir d’une des finales remportées par le PSG sous l’air Qataris. On veut juste de l’émotion ! C’est ça la coupe !

Lire plus :

You may also like