0

Pierre Mauroy et Félix Bollaert, solides forteresses

17èmes et 14èmes du précédent épisode à domicile avec 24 et 27 points, Lillois et Lensois ont basé leur réussite de ce début de saison sur leur efficacité dans leur antre.  Lille s’est imposé à 6 reprises en 6 matchs au Stade Pierre Mauroy et se classe en seconde place du classement domicile. Du côté des voisins du RC Lens, le début de saison à domicile est tout aussi bon. En 6 matchs, les Sang et Or se sont imposés à 4 reprises et ont concédé un match nul et une défaite. Lille s’est montré à son avantage avec 2 grosses victoires contre Marseille 3-0 et Saint-Etienne 3-1. Lors de ses 6 matchs, les Dogues ont déjà scoré à 15 reprises pour seulement 3 petits buts encaissés, soit une différence de buts de + 12.

Le dernier derby au Stade Pierre-Mauroy, saison 2014/2015 ©️ Laurent Sanson/ Nord Sports Mag 

A Lens, pas de victoire notoire à domicile jusqu’à l’avant dernière journée avec une victoire 5-0 face au Gazelec Ajaccio. Les Lensois peuvent aussi compter sur une défense très solide et hermétique. Avec 10 buts inscrits et 1 seul encaissé, les Sang et Or possèdent la 3ème attaque ex-æquo avec Niort et Valenciennes et la meilleure défense à domicile ex-æquo avec le Paris FC. Avec ces 13 points pris à domicile, Lens se classe à la troisième place des équipes à domicile ex-æquo avec Niort et Grenoble On est donc loin des standards de l’année dernière pour ces deux équipes. Si les deux clubs du Nord vont mieux, c’est dû aussi à un mercato réussi pour le moment.

Un mercato presque parfait

La saison passée, Lille est passé tout proche de la catastrophe avec une descente en Ligue 2 sauvée in-extremis. Guère mieux pour Lens qui s’est contenté d’une bien maigre 14ème place. Christophe Galtier, Philippe Montanier et leurs équipes techniques ont donc tout mis en œuvre pour ne pas revivre une saison aussi galère.
Au domaine de Luchin, beaucoup de changements avec 10 arrivées et 16 départs. Par rapport à la saison dernière, seuls 3 joueurs ont été conservés dans l’équipe type : Maignan, Pepe et Mendes, les autres ont été mis sur la touche ou partis cet été comme Kevin Malcuit du côté de Naples, Hamza Mendyl à Schalke 04, Ibrahim Amadou au FC Séville. Sur les 10 recrues, 4 jouent très régulièrement : Jose Fonte, Mehmet Çelik, Jonathan Bamba ainsi que Jonathan Ikoné . Ajouter à cela, le retour de prêt de Xeka, ce qui donne une équipe lilloise très compétitive cette saison. C’est surtout le trio « Bib-Bip », Bamba-Ikone-Pepe qui marque les esprits en ce début de saison.

Le duo de choc Bamba-Pepe ©️ Stéphane Montagne / La Voix des Sports

Auteurs de 16 des 21 buts inscrits par le LOSC, ils sont en grande partie à l’origine de l’excellent début de saison du club avec 25 points pris en 11 journées et une 2ème place au classement. La complicité entre ces 3 joueurs est bien visible et l’arrivée d’Ikone et Bamba lors du dernier jour de mercato a permis de conserve Pepe, très convoité lors du mercato estival notamment par l’Olympique Lyonnais. Choix gagnants !

À la Gaillette aussi, le mercato a été particulièrement mouvementé. Ce n’est pas moins de 35 mouvements qui ont eu lieu chez les Sang et Or : 16 arrivées pour 19 départs. Sur le 11 type de cette saison, seuls Souleymane Diarra et Walid Mesloub arrivé lors du mercato hivernal étaient déjà présents la saison dernière. Pour le reste, 8 des 11 sont arrivés cet été avec l’éclosion du prometteur Cheick Doucouré qui vient de signer son premier contrat professionnel, il y a quelques semaines. A Lens, contrairement à Lille, aucun joueur se distingue particulièrement, c’est surtout une équipe très cohérente qui est à l’origine de cet excellent début de saison. En défense le quatuor défensif : Tahrat, Centonze, Haidara, Radovanovic ainsi que le gardien Leca font le job avec seulement 7 buts encaissés en 13 matchs. L’attaque portée par le duo Gomis-Ambrose est-elle aussi performante avec 20 buts, dont 11 rien que pour ces deux joueurs.

Grâce à une équipe aussi compétitive, cela n’est donc pas anodin de retrouver cette équipe sur la 3ème marche du podium avec 26 points (8 victoires, 2 nuls, 3 défaites). La« patte Montanier » arrivée en mai dernier porte donc ses fruits (pour le moment). Si ces deux clubs sont autant réputés, ceci est dû aussi à des supporters qui ont lutté contre vents et marées pour être présents dans les bons comme dans les mauvais moments.

Des supporters toujours présents

Un envahissement de terrain contre Montpellier le 10 mars dernier, une rétrogradation à titre conservatoire prononcée suite à des problèmes financiers, le LOSC n’était pas loin de la saison catastrophe l’an dernier.

Cependant, cela n’a pas empêché les supporters lillois portés par les Dogues Virage Est d’être toujours assez nombreux au Stade Pierre Mauroy. Depuis l’arrivée de Gérard Lopez à la tête du LOSC, le 26 janvier 2017, Lille a joué 32 matchs + 1 à huit-clos pour une affluence moyenne de 32343 spectateurs dans un stade qui peut compter jusqu’à 49082 spectateurs en format football soit un taux de remplissage de 66 %.

L’an dernier, il a donc fallu attendre la dernière journée pour voir le LOSC se maintenir avec de grosses affluences pour les deux derniers matchs à domicile contre des équipes qui n’attirent pas forcément les foules : 38429 spectateurs contre Metz et 46342 contre Dijon.
Concernant le nombre d’abonnés, le nombre diminue d’année en année mais reste assez conséquent par rapport aux autres clubs. Pour la saison 2013/2014, 28454 abonnés furent présents pour encourager leur équipe. Pour 2017/2018, ce sont environ 23000 abonnés qui étaient recensés au Stade Pierre Mauroy soit une perte d’environ 20% en 4 ans. Au 12 août, le club atteignait une nouvelle fois la barre des 20000 abonnés, belle preuve de pérennité pour une équipe nordiste qui n’est pas passé loin de la catastrophe.

Une dernière victoire face à Nantes 1-0, le 23 mai 2015 puis une descente en Ligue 2. Depuis, le club n’est pas remonté en Ligue 1 malgré le rachat de Hafiz Mammadov en septembre 2013. Tout comme Lille, Lens n’est pas passé loin de la catastrophe à plusieurs reprises. Notamment l’an dernier avec ces 7 défaites consécutives d’entrée qui laissaient mauvais présage pour la suite de saison. Au final, le club a su se redresser pour terminer 14ème comme dit précédemment. Quant à leurs supporters, ils sont bien présents que ça soit à domicile ou à l’extérieur. En ce début de saison, le Stade Bollaert-Delelis compte une moyenne de 29423 supporters pour une capacité maximale de 37705 soit un taux de remplissage d’environ 78% contre 23746 de moyenne l’an dernier soit une augmentation de plus de 20%. Exceptionnel, quand on sait que la majorité de leurs matchs se sont joués le vendredi ou le lundi. De plus, la Tribune Marek, une historique de Bollaert est redevenue une tribune debout pour le plaisir de ses habitués.

Twitter : Florent Nyanga 

A l’extérieur aussi, le parcage attribué aux Sang et Or sonne très rarement creux : A Auxerre, ce sont près de 1100 supporters qui étaient présents. A Valenciennes, ils sont attendus à plus de 5000 ce samedi !
Cette saison, 14670 chevronnés ont pris leur carte d’abonné pour cette nouvelle saison. C’est le 6ème club français qui accueille le plus d’abonnés derrière Marseille, Paris, Lyon, Lille et Strasbourg et donc le 1er club de Ligue 2. Le chiffre reste stable par rapport à l’an dernier puisque le club comptait 14700 abonnés.

Malgré leurs défaites du week-end dernier, 2-1 pour Lille à Paris et 0-1 pour Lens face à Châteauroux, les 2 clubs majeurs des Hauts de France ont de beaux jours devant eux s’ils confirment leur bon début de saison. A voir dès ce week-end s’ils rebondissement après cette déconvenue.

Lire plus : 

You may also like

More in ACTUALITÉ