Ligue 2Stadito Tour

Stadito Tour : Stade Bollaert-Delelis “une expérience à part entière”

0

“La fin d’une grève de 20 minutes”

20e minute. Le stade est presque muet, et pourtant Lens mène déjà trois zéro face au Gazélec Ajaccio. En Marek, les fidèles semblent bouillir d’impatience, frustrés de ne pas avoir pu exulter comme il se doit. Quelques secondes, le décompte est lancé, les capos prennent leur place sur l’estrade, les chants débutent. La fin d’une grève de 20 minutes, commune à presque tous les groupes de supporters français ce week-end. Pas de quoi gâcher la soirée de Bollaert toutefois, gâté par un onze en folie face à un Gazélec impuissant et bien trop limité pour exister face à une équipe qui ambitionne la L1. Par cinq fois les Lensois feront trembler les filets. D’abord Camara contre son camp, avant un doublé de Gomis, une réalisation d’Ambrose et un autre -assez rare pour être mis en exergue- but contre son camp du Gaz’, par le malheureux Blayac.

Nous suivre sur Instagram

Il est rare de sentir l’odeur des frites à 8 kilomètres d’un stade. A Lens, le parfum du gras vous chatouille les narines dès l’autoroute, pour ne plus vous quitter une fois installé dans les travées d’un stade qui ne semble jamais vide.

Collation à Bollaert
Bollaert sans ses frites … impossible

Lundi soir, nous étions près de 28 000. Soit la cinquième affluence de France sur l’ensemble du week-end. On ne le répète jamais assez, c’est extraordinaire pour une équipe de L2. Dans les tribunes, les banderoles fusent, quelques fumigènes craquent. La LFP en prend pour son grade, bien fait. La communion ne s’éteint jamais. Frustrés par 20 minutes de silence, les ultras donnent de la voix pendant la mi-temps et encore quinze minutes après le coup de sifflet final. Célébration avec des joueurs, visiblement émerveillés de bénéficier d’une telle ambiance, oblige. Bollaert n’est pas qu’un stade. C’est une expérience à part entière. Et pour cela, pas besoin de sièges connectés, de formidable outil ou d’escape game dans les tribunes. Non, à Lens l’atmosphère se suffit à elle même pour définir ce qui plait à tout amateur de football.

Un des message de la Marek au Stade Bollart-Delelis
“Notre fumée vous enfume t’elle la tête ?” message de la Marek aux autorités répressives envers les supporters

Il est coutume de dire que le football moderne est aseptisé et sans âme. Quelques fiefs subsistent en France. Comme Guingamp ou Saint-Etienne, pour citer des ambiances magnifiques que j’ai pu connaître, Lens en fait partie.

Rédacteur Stadito Bollaert-Delelis

Lire plus : 

Stade Bollaert-Delelis

8

On a aimé
  • L'ambiance
  • L'accès au stade
  • La communion en tribunes
  • La diversité des animations en tribunes également
  • Les frites
  • La vitesse des contrôles d'accès
  • Le speaker
  • Les toilettes
On n'a pas aimé
  • Le manque de place pour les jambes
  • Les courants d'air
  • Le sandwich saucisse était sec
Waldemar de Laage
Etudiant en IUT de Journalisme, je consacre une grande partie de mon temps libre à suivre l'actualité sportive. Grand passionné de Football et de Cyclisme, je suis également amateur de cinéma à mes heures perdues. Twitter : @delaagewaldemar
Login/Sign up