BelgiqueStadito Tour

Stadito Tour : Le Jan Breydel Stadion un soir de derby brugeois, découverte

0

Se garer et accéder au JanBreydel Stadion

Arrivant en provenance de la France et plus précisément de Lille, le trajet pour se rendre à Bruges est de 45/50 minutes. Sur une autoroute gratuite fendant le plat pays d’un trait, l’accès à l’agglomération brugeoise est simple. La situation du JanBreydel Stadion facilite également cet accès puisque lorsque l’on vient de France, il est situé à l’entrée sud de la ville et possède un accès direct avec l’autoroute.

Une fois l’autoroute quittée, vous arriverez dans le quartier Sint-Andries, quartier très agréable à première vue où verdure et maisons cosy forme un décor “à l’anglaise” plutôt accueillant. Pour se garer (sans parking prépayé), nous vous conseillons de suivre les supporters locaux et de vous garer en bordure des maisons pour n’être qu’à une dizaine de minutes à pied du stade.

L’avant-match, première impression de l’infrastructure

Arrivé aux abords du stade, la foule est belle et bien présente pour le retour de ce derby trois années après le précédent. Les bières et les frites remporte un succès habituel dans les entrailles du stade brugeois mais ne sont pas facilement accessible à tous.

Certainement une des seules frustrations de la soirée.

Désireux de goûter les snacks proposés aux spectateurs, nous avions décidé de commander quelques frites. Problème. Le paiement n’est possible uniquement via une carte “Cash-less” à recharger à l’entrée dans le stade après une attente importante. Contrairement à certain système de cette innovation débarquant dans une grande partie des stades, au Jan Breydel, le paiement “Cash-Less” est exclusif. Même si vous êtes de visite au stade pour la première fois et que vous souhaitez venir en “one-shot”, il vous faudrait aller vous créer une carte et ne pourrez pas payer votre commande avec votre Carte Bleu (en sans contact). Dommage.

Une fois avoir accédé à notre place, son architecture assez ancienne m’a permis de contempler un beau couché de soleil.

Installé à ma place une trentaine de minute avant le coup d’envoi, j’ai pu faire un petit point sur l’état général du stade. Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessus, toutes les place de ce stade inauguré en 1975, ne sont pas couverte. Les années passantes, cette ouverture a contribué à abîmer infrastructure et notamment les sièges à des tribunes hautes en virages.

Comme vous pouvez le voir ici, les sièges ont un peu vieilli mais je vous rassure, il ne sont pas si peu accueillant qu’ils en ont l’air. L’assise n’est pas si mauvaise.

Ambiance générale et contenu du match

Quelques minutes avant le début de la rencontre, comme cela peut être fait dans de nombreux grands stades européens, le mythique “You’ll Never Walk Alone” a été repris de vive voix par les locaux. Un moment toujours particulier lorsque le cœur d’un stade parle et exprime son attachement pour son équipe. Ces vibrations passées, le match n’a pas tardé à s’emballer. Les locaux, leader du championnat, ont très vite pris le dessus sur leur rival, lui classé au dixième rang.

Dés la 7′, le très bon buteur brésilien Wesley ouvrit la marque faisant chavirer tout ce stade.

Proche de sa pleine capacité (max. 29 000 places), le stade se souleva d’un seul Homme, célébrant le début d’un spectacle grandiose. Poussé par les chants de l’ensemble des tribunes et entre deux pics lancés vers la tribune visiteuse abritant les ennemis historiques, le FC Bruges pilonnait les buts du jeune gardien prêté par l’AS Monaco, Paul Nardi. Amoureux de leurs clubs, les belges sont davantage acteur de leurs matchs que nous français en tribunes. Du jeune gamin découvrant l’ambiance des tribunes aux vieillards accrochés à leurs couleurs, c’est tout un stade qui se soulève à chaque percée des Noir et Bleu.

Ultra dominateur, les Blauw en Zwart ont finalement asphyxié tout le match les Vert du Cercle pour s’imposer d’un 4-0 retentissant, confortant ainsi leur place de leader. A noté notamment la performance XXL du jeune Siebe Schrijvers, joueur qui m’a le plus marqué et qui a le plus marqué de ce match (deux buts). Une fin de soirée conclue dans l’ivresse de la ferveur Flamande.

Jan Breydel Stadion

7

On a aimé
  • Le quartier cosy aux abords du stade, plutôt rassurant lorsque l'on laisse sa voiture immatriculé en France quelques mois après une 2ème étoile.
  • La proactivité des fans des Bleu et Noir.
  • Le jeu ultra-offensif développé par les joueurs du FC Bruges.
On n'a pas trop aimé
  • L'obligation de se créer une carte "Cash-less" pour pouvoir consommer (CB sans contact impossible)
  • L'état global des gradins marqués par le temps.
Basile Brigandet
Fondateur de Stadito avec pour seul religion le football. Heureux dans un stade quelque il soit, je suis né à Troyes et idolâtre Benjamin Nivet depuis mon plus jeune âge.
Login/Sign up