ACTUALITÉLibrairito

Librairito : Le racisme dans le football

0
racisme

Un livre très complet

Joueurs, supporters, dirigeants, entraîneurs… l’auteur énumère les situations de racisme qui ont émaillé le football international ces 25 dernières années. Le racisme évoqué dans le livre est plutôt celui envers les personnes de couleur ou d’origine africaine, mais on n’oublie pas de parler d’autres discriminations : anti-portugais, anti-gitan, etc.

Plus qu’une liste d’actes honteux, Nicolas Vilas propose des pistes de réflexion, notamment via les dizaines d’entretiens qu’il a réalisé avec des personnalités du foot. Pour chaque “affaire”, il donne la parole à tous les protagonistes possibles afin de respecter la pluralité des points de vue.

Construit autour de grandes thématiques (représentativité des entraineurs, rôles des instances, etc.) le livre s’appuie à chaque fois sur ces entretiens, ce qui le rend très factuel.

Bien sûr, difficile de sortir un tel livre sans être accusé de courir après le buzz. Pourtant quand on lit cet ouvrage, on constate que l’auteur ne donne quasiment pas son avis sur les sujets évoqués et laisse plus de place à ses interlocuteurs. Le contenu est très satisfaisant et n’a rien d’un livre fait uniquement dans le but de créer la polémique.

En 410 pages, on revoit ainsi des événements plus ou moins connus qui sont survenus sur des terrains ou en coulisses. On ressent immédiatement l’implication de l’auteur (qui avait déjà écrit “Dieu Football Club”, 2014, Hugo Sport) et un énorme travail de recherche et d’enquête pour boucler son sujet. On ne peut cependant s’empêcher de penser en le lisant aux dizaines de pages que Nicolas Vilas a dû laisser de côté, tant certains sujets évoqués mériteraient plus de développement. Selon moi, chacun des chapitres aurait dû être un livre à part entière.

Photo : Nicolas Vilas sur Twitter.

Des sujets sensibles

Si les “cas” Benzema, Nasri ou Ben Arfa ont été assez médiatisés, on aborde également d’autres sujets moins documentés. Par exemple la discrimination des gitans dans le football, ou le “racisme anti-corse”.

On parle aussi des clubs antiracistes, de Paulo Di Canio, des supporters lyonnais et parisiens, et bien d’autres choses, jusqu’à des événements très récents comme le match ACA-HAC de mai dernier.

Cependant, deux parties du livre se détachent à mes yeux et valent largement le détour:

La première, celle sur la représentativité des entraîneurs “beurs” et “blacks” dans le football professionnel. En effet, sur le terrain le football est métissé, mais il l’est beaucoup moins sur les bancs de touche. Pour certains c’est la faute aux présidents qui n’osent pas engager d’entraîneurs pouvant repousser une partie des supporters, pour d’autres les instances ne facilitent pas les démarches des futurs coaches, d’autres encore se reposent sur le mérite et expliquent que les personnes concernées ne passent pas leurs diplômes ou ne s’impliquent pas assez dans le métier. Le sujet est longuement abordé dans le livre et est très documenté.

La seconde, celle sur l’affaire des quotas qui a fait scandale en 2011. Nicolas Vilas revient sur les faits survenus à l’époque. Pour rappel : plusieurs membres des instances décisionnaires (dont Laurent Blanc, sélectionneur à l’époque) ont, lors d’une réunion, évoqué la limitation du nombre de joueurs susceptibles de choisir une autre nationalité sportive après leur formation. En résumé, Clairefontaine ne devrait former que des jeunes qui joueront pour la France plus tard. Si un tel débat est déjà discutable, la discussion (enregistrée par un participant) dévira rapidement sur des remarques déplacées sur la qualité athlétique supérieure des africains entre autres. A l’époque, l’affaire avait suscité un tollé et 7 ans plus tard les propos restent toujours aussi choquants. Une fois les faits évoqués, l’auteur donne la parole à François Blaquart, mis en cause dans cette affaire. Un entretien qui en dit beaucoup sur les manières dont les affaires de racisme sont gérées par les instances, surtout en période d’élection.

Morceaux marquants:

“Il n’y a pas de racisme dans le football”

José Mourinho, cité p.111

“Je ne comprends pas grand chose à la politique et je ne cherche pas trop à comprendre. Je dirais qu’il y a trop d’impôts et trop d’immigration. La majeur partie des violences sont le fait des étrangers, ils ne causent que des dégâts”

Alberto Aquilani, cité p.150-151

“Le problème avec les Africains, c’est que quand on leur donne beaucoup d’argent, ils travaillent moins”

Anonyme, cité p.228

“Une forme de racisme [est] très répandue: le racisme anti-footballeur”

Jérémie Bréchet, cité p. 288

L’avis Stadito

A lire absolument si le sujet vous intéresse, à ma connaissance aucun ouvrage ne concentre autant de témoignages d’acteurs du football sur le racisme. S’ajoutent à cela une sélection pertinente des thématiques abordées, et un traitement  journalistique des faits très neutre. Le “défaut” majeur du livre : le sujet aurait peut-être mérité le double de pages et on aurait aimé voir certaines histoires plus développées !


N. Vilas, Enquête sur le racisme dans le football, Ed. Marabout, 410p. 18,90€

Lire plus :

Retour sur une soirée inoubliable au Stade de France

Lorisito
Le foot c'est plus intéressant dans les tribunes que sur le terrain "Ce que je sais de la morale, c'est au football que je le dois." - Albert Camus

    You may also like

    More in ACTUALITÉ