A LA UNEACTUALITÉFranceInterviewitoLyon DuchèreNational

Hatim Sbaï (AS Lyon-Duchère) : “Tout le monde en rêve”

0
Quels sont les clés de ce début de saison réussi ?

L’important était d’avoir tout le groupe à la reprise. Le staff a travaillé pour disposer de l’ensemble du groupe rapidement, pour pouvoir faire la préparation dans de bonnes conditions, ce qu’on n’a pas pu faire la saison dernière. On a bien travaillé, on n’a pas eu de pépins physiques, il n’y a pas eu de grosses blessures, ce qui fait qu’on a réalisé un bon début de championnat par rapport aux autres équipes, car je pense que leur effectif n’était pas au complet. On a pris des points, mais je pense que le championnat sera plus clair à la trêve, parce que les grosses équipes ne se sont pas encore mises en route. On en saura plus en décembre. Rodez, l’an passé, avait environ dix points d’avance à la trêve. Ils ne sont pas montés. L’année d’avant c’était Concarneau, c’est pareil ils ne sont pas montés. Donc le championnat ne se joue pas maintenant. Certes les points sont importants à prendre, mais le plus important c’est d’être bien placé à la trêve. C’est un championnat qui est long et épuisant physiquement. C’est souvent les équipes qui sont bien situées géographiquement et qui ont les moyens financiers dans la récupération qui montent.

Vous n’avez pas connu la défaite pour le moment, une dynamique s’est installée…

Oui, on n’a pas perdu durant la préparation, le groupe actuel n’a pas encore connu la défaite, ça peut être une bonne chose. Maintenant, on sait qu’on va être amené à perdre, mais on va essayer de reporter la défaite le plus loin possible.

Certains changements sont-ils à l’origine de cette réussite ?

Le coach n’a pas bougé, il travaille toujours de la même manière, après il y a des saisons plus difficiles que d’autres. L’année dernière, encore une fois, on n’a pas commencé la saison avec tout l’effectif, on était dix joueurs sous contrat à la reprise donc c’était compliqué de travailler. Le travail est le même. On a travaillé six semaines ensemble, je pense qu’on a pris un temps d’avance sur beaucoup d’effectifs qui n’étaient pas prêts.

La préparation a donc été le déclencheur.

Oui, pour moi, c’est tout à fait ça, on fait deux saisons avec pratiquement les mêmes joueurs, on a récupéré que quatre recrues cette année, et l’année dernière on avait un effectif aussi  bon que cette année, mais pas dès le début.

Vous êtes premiers, on ne peut pas dire que vous jouez le maintien…

Oui, mais le plus important c’est de faire un point à la trêve. De voir où on en est, de voir s’il y a des pépins car on n’a pas un gros effectif. Il suffit qu’il y ait deux ou trois blessés pour que l’équipe soit moins performante. Il faut aussi beaucoup de réussite.

La Ligue 2, on y pense déjà ?

J’ai vu que certains membres de la direction en avaient parlé. Après, tout le monde en rêve dans le club, du monde professionnel. Mais il faut rester les pieds sur terre. On a fait que cinq matchs, cinq bons matchs, mais des équipes comme Laval, Quevilly qui vient de descendre ou Le Mans qui a un gros budget ils vont être là, ils vont se battre pour la montée.Ça reste une ambition, bien sûr, maintenant il faut voir si on a les moyens.

Ce soir face à Laval, 3ème, une victoire montrerait que vous êtes à votre place ?

Oui, si on arrive à gagner ce soir c’est important, mais on ne se maintient pas ou on ne monte pas avec 14 points. Donc même si ce soir on gagne, il faut rester tranquille. Je vous dit, l’an dernier Rodez, au mois de mars avant encore huit points d’avance sur le 4è. Ils avaient un gros temps d’avance mais vous avez vu comment ça finit, ils ne sont pas montés. Il faut être endurant, pas de blessure et il faut avoir un peu de chance.

Que visez-vous à titre personnel ?

Je veux enchaîner les matchs, l’année dernière j’ai été blessé longuement. Cette année, je veux jouer le plus de matchs possibles.

Et aller voir au niveau supérieur ?

Bien sûr, on aimerait bien faire monter le club au dessus, ce serait important pour moi, après tant d’années ici.

Lire plus :

Andrew Jung (US Concarneau) : « Franchir un nouveau pallier »

You may also like

More in A LA UNE