ACTUALITÉCoupe du Monde 2018Quotidienne

Mondialito – Quotidienne : Retour sur l’actu des quarts de finale

0

LA RETRO DU JOUR :

Il y a 20 ans quasiment jour pour jour se déroulait ceci. Oui, vous vous en souvenez tous. Un certain 8 juillet 1998, soir de match entre la France et la Croatie au Stade de France. Une rencontre totalement inédite et historique puisque la Croatie participait à sa première phase finale de Coupe du Monde, avec un étonnant Davor Suker. Mais la lumière viendra ce soir-là d’un français. Le latéral Lilian Thuram. Certes, il n’était pas un buteur comme l’avant-centre croate, mais le défenseur tricolore viendra à lui seul à bout de Ladic et de toute son équipe. Un doublé de Thuram, une victoire 2-1, des buts mémorables et une célébration authentique. Mythique. Légendaire. Inoubliable.

LE TWEET DES QUARTS :

Un proverbe Dafonsecien validé par la mif. #Oui.

L’éQUIPE DES QUARTS :

La Belgique, héroïque. Portés par un Thibaut Courtois de gala et un Eden Hazard qui a réalisé l’un des meilleurs matchs de sa carrière internationale, les Diables Rouges ont fait sensation en éliminant le Brésil de Tite. Quintuple champions du monde, les Auriverdes ont essayé de résister tant bien que mal, dans un match très offensif, face à une équipe alliant défense de fer et assauts en contre-attaque. Dès la 13e minute, sur un corner frappé Nacer Chadli, Kompany vient toucher de peu le ballon et changer la trajectoire de ce-dernier. Il surprend ainsi Fernandinho, qui marque contre son camp à bout portant. A la demi-heure de jeu, c’est au tour de Kevin De Bruyne de se mettre en évidence. Sur une attaque rondement menée par Romelu Lukaku, l’avant-centre parvient à décaler le ballon pour le joueur de Manchester City qui déclenche une énorme frappe des vingt mètres petit filet opposé. Alisson ne peut rien faire. Le Brésil ne réduira la marque qu’à la 76e minute sur une tête de Renato Augusto, trop tard pour des Belges en pleine confiance, à l’image d’Eden Hazard qui continuera d’impressionner par des percussions jusqu’au bout du temps réglementaire.

Crédit image : @CapturedFooty – Twitter

L’IMAGE DES QUARTS :

Neymar et le Brésil sont tombés. Effondrée, abattue, la star des Auriverdes n’a clairement pas convaincu et s’est montrée en deçà de ce qu’on attendait de lui. Ni les statistiques en leur avantage, ni le cours du jeu n’auront suffi pour faire pencher la balance. Une possession beaucoup plus franche (58,4%), de nombreux tirs en plus (27 contre 9), également plus de passes (520 contre 376), mais rien dans le jeu qui ne se voyait et qui faisait penser à une nette victoire du Brésil. Tout avait pourtant bien commencé avec, dès la 8e minute, un poteau brésilien. Sur un corner de son numéro 10, Miranda dévie de la tête puis Thiago Silva de la cuisse. Mais, comme tout au long du match, il manquait cruellement de réalisme pour les joueurs de Tite. Ni à la 37e minute sur une frappe enroulée de Coutinho, ni à la 63e et à la 70e sur des actions de Douglas Costa, le Brésil n’est parvenu à ouvrir la marque. Il aura fallu attendre la 76e minute et la tête d’un remplaçant pour voir le Brésil ouvrir le score. Finalement, à la 84e minute, sur une percussion et un centre en retrait de Neymar, c’est une nouvelle fois Philippe Coutinho qui voit son tir passer complètement à travers du cadre. Décevant, c’est logiquement que le pays que beaucoup considérait comme probable futur champion quitte la Russie. La tête basse, ils n’ont pas su se rattraper du naufrage de 2014.

Crédit image : @CapturedFooty – Twitter

L’ (AUTRE) IMAGE DES QUARTS :

Les joueurs russes, héros de la nation. Nombreux sont les supporters fiers de leur pays et les Russes l’ont bien fait comprendre aux yeux de la planète football. Peu de temps après l’élimination aux pénaltys face à la Croatie en quart de finale, la Sbornaya s’est présentée à la FIFA Fan Fest de Moscou. L’occasion pour beaucoup de fans de découvrir pour la première fois en vrai les visages de ceux qui les ont fait vibré pendant quasiment trois semaines. Ainsi, des milliers de supporters se sont réunis pour les remercier et le féliciter de leur beau parcours. La défaite en quart n’est qu’anecdotique et c’est très rapidement que la tristesse et la déception ont laissé place à la joie et à la fierté. Avoir passé les poules, avoir fait tombé l’Espagne, se faire éliminer aux portes des demi-finales… Il est clair que les russes peuvent être heureux d’avoir vu leur équipe aller aussi loin.

Crédit image : FIFA

LE BUT DES QUARTS :

Denis Cheryshev. Encore une fois. Bijou.

LE JOUEUR DES QUARTS :

Ou plutôt le gardien des quarts. Car s’il y a bien un joueur qui s’est montré et qui a clairement permis à son équipe d’être là où elle est aujourd’hui, c’est bien Jordan Pickford. Le portier de l’Angleterre a littéralement brillé face à la Suède, réussissant trois parades dignes des plus grands. D’une part, à la 47e minute. Du bout du gant de la main gauche, le gardien des Three Lions a réussi à repousser la tête puissante de Marcus Berg. D’autre part, à la 62e minute. Une nouvelle fois, c’est Marcus Berg qu’on retrouve puisqu’il sert dans de bonnes conditions Claessen. Ce-dernier se retrouve seul au point de pénalty après un superbe mouvement collectif suédois, mais une fois de plus, Pickford sauve au sol sur sa droite. Finalement, dix minutes plus tard, sur un contre rudement mené par la Suède et John Guidetti, le ballon revient – encore et toujours – sur Marcus Berg au point de pénalty. L’avant-centre, dos au but, frappe tel un pivot du gauche. Mais Pickford, impérial jusque-là, réussit l’exploit de détourner ce ballon qui se dirigeait tout droit sous la barre transversale. Après les pénaltys face à la Colombie en huitièmes, Jordan Pickford a été exceptionnel face à la Suède en quarts. Assurance.

L’ARRêT DES QUARTS :

Hugo Lloris. 44e minute entre la France et l’Uruguay. Quelques instants après l’ouverture du score de Varane, l’Uruguay se voit déjà revenir au score par l’intermédiaire de Caceres. C’était sans compter sur Lloris, qui sort ici l’une des plus belles parades depuis qu’il porte le maillot tricolore. Main ferme, au ras du poteau, le portier français intervient d’une superbe manière sur le coup de tête uruguayen, permettant ainsi aux Bleus de repartir avec cet avantage considérable à la pause. Importance capitale. Goalkeeper class.

LE TABLEAU DES DEMI-FINALES :

Crédit image : Le Figaro – Sport24

L’épISODE PRéCEDENT :

https://stadito.fr/2018/07/04/mondialito-quotidienne-retour-sur-lactu-des-huitiemes-de-finale/

You may also like

More in ACTUALITÉ