Mondialito - Groupe B : Deux favoris, un outsider, et beaucoup de questions - Stadito

Mondialito – Groupe B : Deux favoris, un outsider, et beaucoup de questions

Ce vendredi, dès 17h, le match Maroc-Iran au Stade de Saint-Pétersbourg (69 500 places) donnera le coup d’envoi du groupe B de la Coupe du Monde. Portugal, Espagne, Maroc, Iran, peut-on espérer une surprise dans ce groupe ? Éléments de réponse à suivre.

Ce groupe B est relevé, c’est évident. Il comporte 2 des 3 recordmans du nombre de sélections en équipe nationale (Sergio Ramos, 151 et Cristiano Ronaldo, 149, derrière l’égyptien El Hadary, avec 158 sélections). C’est aussi un groupe où il y a beaucoup d’incertitudes, avec notamment le Maroc d’Hervé Renard, qui compte dans ses rangs le troisième plus jeune joueur de la compétition (Achraf Hakimi, le latéral droit du Real Madrid, 19 ans et 7 mois) et l’Espagne, favorite de la compétition, qui vient de changer de sélectionneur à l’avant-veille du premier match. La présentation des équipes vous permettra, d’ici ce vendredi, d’avoir toutes les informations avant de débuter la compétition.

Le Portugal

Depuis leur demi-finale de 2006, jamais les Portugais ne se sont retrouvés dans le dernier carré de la plus grande des compétitions de football. Pire encore, leur seul résultat probant remonte à 1966, avec une troisième place. Mais ils n’ont jamais été plus bas que huitième au classement FIFA depuis 2012. Leur victoire à l’Euro il y a 2 ans change la donne, et ils comptent dans leur rangs le quintuple Ballon d’Or, un des meilleurs joueurs de la planète, Cristiano Ronaldo. Le joueur de 33 ans s’avance vers ce qui pourrait être sa dernière Coupe du Monde. D’autres joueurs sont susceptibles d’être dans leur dernière grande compétition : Bruno Alves (36 ans), Pepe (35 ans), José Fonte (34 ans). CR7 pourrait également devenir le seul joueur à avoir marqué lors de 8 phases finales d’affilée.

Photo : Chris Brunskill/Getty Images

Une sélection expérimentée donc, mais qui inclut également quelques jeunes talentueux, à l’instar du joueur de Manchester City, Bernardo Silva, champion d’Angleterre cette saison où encore André Silva (AC Milan), Gonçalo Guedes (PSG/Valence), Gelson Martins (Sporting Portugal). Ces joueurs ont amené un changement de dispositif dans l’esprit de Fernando Santos, leur sélectionneur (le 4-3-3 est devenu un 4-4-2). De son côté, la défense centrale tiendra-t-elle le choc ?

Pour se qualifier, les joueurs du Portugal se sont facilement extirpés du Groupe B de la Zone Europe en terminant premiers, devant la Suisse, la Hongrie, les Îles Féroé, la Lettonie et Andorre (10 matchs, 9 victoires, 1 défaite, 32 buts marqués, 4 buts encaissés). La défaite inaugurale face à la Suisse (0-2) ne les a pas empêchés de terminer en tête. L’implication sans relâche de Cristiano Ronaldo (15 buts, 3 passes décisives) lors de ces éliminatoires – aucun autre joueur n’a fait mieux en termes de statistiques – leur a permis de travailler sereinement sur leur jeu, sans avoir de réelles pressions lors de ces qualifications.

L’Espagne

Tout allait plutôt bien jusque la. Andrès Iniesta, bijou du jeu espagnol et du Barça, allait entamer sa dernière compétition internationale, avant de filer vers d’autres horizons. Invaincue en éliminatoires (voir ci-dessous), la Roja était partie pour assumer, encore une fois, son statut de favori de la compétition. Mais le Real Madrid annonça en début de semaine la nomination de Julen Lopetegui, sélectionneur de l’Espagne jusqu’alors, en tant qu’entraîneur du club merengue la saison prochaine. Le Real a payé 2 millions d’euros pour s’attacher les services du technicien de 51 ans, sans en informer la Fédération au préalable. Cette nomination provoqua un tollé au sein de la Fédération, qui décida de limoger, avec effet immédiat, Lopetegui, et de nommer l’illustre ex-défenseur du… Real Madrid, Fernando Hierro, à sa place.

Fernando Hierro a été nommé sélectionneur de la Roja, suite au limogeage de Julen Lopetegui. (Photo : Sky Sports)

Avec quel style de jeu ? Quelle impulsion le nouveau sélectionneur va-t-il donner à son groupe ? Hierro était un meneur d’hommes exemplaire pendant sa carrière de joueur, un défenseur rugueux et buteur au sein de sa sélection (90 sélections, 29 buts entre 1989 et 2002), le tout avec une fidélité au Real (14 saisons entre 1989 et 2003, 3 Ligues des Champions gagnées). Que fera t-il en tant que coach ? Sa carrière hors des terrains se résume à une expérience en tant que directeur sportif de la sélection (entre 2007 et 2011 puis depuis 2017), et diodes expériences courtes à différents postes : Manager général de Malaga (2011-2012), adjoint de Carlo Ancelotti au Real (2014-2015) puis coach principal d’Oviedo (2ème division, 2016-2017), où il a terminé huitième du championnat. Nous pouvons supposer que les principes de jeu chers à l’Espagne depuis plusieurs années seront reconduits sous sa direction : un 4-3-3 modulable en 4-2-3-1 avec une possession de balle importante, et des meneurs tel qu’Iniesta, Thiago Alcantara, Isco ou encore David Silva, associé à la puissance de Diego Costa et à l’efficacité défensive de Busquets, Piqué, Ramos ou encore De Gea, le portier de Manchester United.

Pour se qualifier à la Coupe du Monde, l’Espagne a terminé premier du Groupe G de la Zone Europe devant l’Italie, l’Albanie, Israël, la Macédoine et le Liechtenstein (10 matchs, 9 victoires, 1 nul, 36 buts marqués, 3 buts encaissés). Un groupe, qui, excepté la Squadra Azzura, n’était pas très relevé, et qui donc n’a pas posé de problèmes à la Roja.

Andrés Iniesta dispute sa dernière grande compétition avec la Roja, à 34 ans. (Photo : AFP)

Le Maroc

Une des sélections les moins capées de la compétition (24 sélections de moyenne parmi les 23 joueurs) est devant un défi immense face à elle. Comment sortir de ce groupe qui comporte l’Espagne, vainqueur de la compétition en 2014, et le Portugal, champion d’Europe en titre ? Et comment accueillir l’Iran, qui n’est pas une équipe à négliger ?

Le 4-2-3-1 de son sélectionneur, le Français Hervé Renard, dispose de quelques cadres expérimentés : Mehdi Benatia (Juventus Turin, 56 sélections), Mbark Boussoufa (Al-Jazira, 57 sélections),  Karim El-Ahmadi (Feyenoord, 51 sélections) ou encore Nordin Amrabat (Leganès, 43 sélections). Quatre cadres expérimentés, associés au talent du joueur de l’Ajax Hakim Ziyech en meneur de jeu. La dynamique engendrée par le français et son groupe pourrait leur permettre de s’en sortir face à des nations moyennes. Mais le Maroc n’a que très peu d’expérience en phase finale de Coupe du Monde. Sa dernière participation remonte en 1998, et les Lions de l’Atlas étaient sortis au premier tour, en France. 5 défaites concédées lors de leurs 7 derniers matchs de phase finale, pour seulement 1 victoire et 1 nul. De plus, aucun joueur présent dans cette liste n’a joué de match en Coupe du Monde (à titre de comparaison, l’Iran en compte 7/23). La défense – composée de Nabil Dirar (s’il arrive à tenir sa place), Mehdi Benatia, Romain Saïss (ancien d’Angers) et Achraf Hakimi, le joueur du Real – qui n’a encaissé qu’un but lors des éliminatoires, tiendra-t-elle face à plus fort qu’elle sur le papier ? Pourront-ils faire mentir les statistiques ? Espérons le pour le pays, qui vient de se faire refuser sa candidature à l’organisation de la Coupe du Monde 2026 sur leurs terres.

Hervé Renard est le sélectionneur du Maroc depuis février 2016. (Photo : Adil Gadrouz/Le 360)

Comment le Maroc s’est-il qualifié pour la compétition ? Le pays africain a fini premier du Groupe C de la Zone Afrique, devant la Côte d’Ivoire, le Gabon, et le Mali (6 matchs, 3 victoires, 3 nuls, 11 buts marqués, 0 encaissés). Avant cela, les Lions de l’Atlas s’étaient débarrassés de la Guinée Équatoriale au deuxième tour, alors qu’ils avaient perdu le premier match (0-1, 2-1). Ils ont pu obtenir leur qualification grâce à une bonne défense, et surtout grâce à un important repli défensif de leurs joueurs offensifs. Le groupe était relevé, ils n’étaient pas forcément favoris, mais leur détermination sans faille associée aux multiples talents individuels devant leur a offert le rêve de disputer cette Coupe du Monde en Russie.

L’Iran

37ème pays au classement FIFA, 14 clean sheets dans les 18 rencontres éliminatoires pour se qualifier en Russie, un sélectionneur expérimenté (Carlos Queiroz, ex-sélectionneur du Portugal et ex-adjoint à Manchester United et au Real Madrid), des joueurs talentueux devant (Sardar Azmoun – Rubin Kazan, 34 sélections, 24 buts et Saeid Ezatolahi – Amkar Perm, 24 sélections, 1 but) : l’Iran se présente à sa troisième Coupe du Monde dans la peau d’une formation qui a tout à gagner. Articulée autour d’un 4-3-3 avec comme autre point fort son ailier, Alireza Jahanbakhsh (AZ Alkmaar, 38 sélections, 4 buts), les joueurs de Queiroz vont engranger de l’expérience et tenter de créer l’exploit. Comme le Maroc, la question de la solidité défensive face à des formations plus huppées va se poser. Dans tous les cas, l’opposition de style entre le Maroc et l’Iran sera très intéressante à regarder.

À 23 ans, Sardar Azmoun représente l’avenir du football iranien.

Les Iraniens ont terminé vainqueurs du groupe D du 2ème tour de la Zone Asie devant Oman, le Turkménistan, Guam et l’Inde, puis premiers du groupe A du 3ème tour devant la Corée du Sud, la Syrie, l’Ouzbékistan, la Chine et le Qatar. Le bilan total ? En 18 matchs, l’Iran a gagné 12 fois, concédé le nul à 6 reprises et n’a jamais connu la défaite (36 buts inscrits, 5 encaissés).

 

Calendrier des matchs :

1ère journée :

  • Vendredi 15 juin, Maroc-Iran à 17h (Stade de Saint-Pétersbourg (69 500 places)
  • Vendredi 15 juin, Portugal-Espagne à 20h (Stade Ficht de Sotchi, 47659 places)

2ème journée :

  • Mercredi 20 juin, Portugal-Maroc à 14h (Stade Loujniki de Moscou, 81 000 places)
  • Mercredi 20 juin, Iran-Espagne à 20h (Kazan Arena, 44 858 places)

3ème journée

  • Lundi 25 juin, Espagne-Maroc à 20h (Baltik Arena, Kaliningrad, 35 000 places)
  • Lundi 25 juin, Iran-Portugal à 20h (Saransk Stadium, 45 015 places)

 

L’épisode précédent :

Mondialito – Groupe A : Donner le ton

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *