A LA UNEAngleterreFUInsoliteInterviewitoLiverpoolParole aux supporterssupporter

Initiative populaire : « Le football sans spectateurs est une expérience sans âme »

0

Au City of Liverpool, loin des fastes d’Anfield ou de Goodison Park, un club s’épanouit en prenant soin de rester à l’écart du foot business et de ses dérives. « Nous sommes un club de football appartenant à des supporters, un club pour le peuple de Liverpool » nous confie-t-on. Par le peuple pour le peuple, le ton est donné.

Actuellement en North West Counties League Premier division (NWCL), le neuvième échelon du football anglais, le club pourtant très jeune, a remporté deux coupes l’an passé. Après une promotion acquise en play-offs à l’issue de l’exercice 2016-2017 (le club jouait alors dans la seconde division de la NWCL), le City of Liverpool a achevé sa saison 2018 à la quatrième place et est sorti vainqueur de la North West Counties Football League Champions Cup. Après ses débuts officiels au début de la saison 2017, ce club compte donc déjà trois trophées et une promotion.

A l’origine du projet, un constat. Au-delà des deux géants (Everton et Liverpool FC), la ville portuaire bordant la Mersey ne comptait pas de club véritablement populaire aux tarifs abordables.

Créer une alternative à la Premier League, à faible coût

« A Liverpool, il n’y a que les 2 grands clubs professionnels à regarder et puis pas d’autre alternative que « le football des parcs » (comme jouer avec vos potes), donc nous avons formé le club pour essayer de combler cette lacune, de sorte que les gens avaient une alternative à faible coût au football de Premier League. »

Si pour ce petit club, l’objectif à court terme est de « gagner le plus de matchs possibles » (ambition logique pour une bande de potes), le club souhaite « à long terme, construire un stade de football communautaire dans la ville ». Pourtant, la structure ne prétend pas vouloir « changer le football ou le point de vue des autres » mais « seulement faire les choses à (notre) manière et réussir là où (nous) le pouvons ».

Et parmi les réussites, l’engouement populaire. Ce club attire par son côté atypique et sans prétention. « Nous attirons des foules beaucoup plus importantes que pratiquement tous les clubs de notre niveau national et nous pensons que c’est parce que nous construisons un autre type de club de football, centré sur les supporters, mais nous ne prétendons pas être uniques. »

« Les grands clubs sont utilisés comme objets d’investissement par des propriétaires étrangers, plutôt que comme l’incarnation de l’esprit communautaire local… »

Dans le fond, la création de ce club est un véritable pied-de-nez au football business. Le City of Liverpool FC a justement débuté son aventure en s’appuyant sur les fans, grands oubliés de l’évolution du football moderne.  « Nous pensons que le business est un élément essentiel de la gestion d’un club à succès, mais nous pensons surtout que l’argent qui circule autour du football professionnel, en particulier au plus haut niveau, doit être utilisé pour améliorer l’expérience des fans. Tout se passe dans les poches des joueurs – le football sans spectateurs est une expérience sans âme » tacle-t-on du côté de ce petit club populaire, qui regrette le manque d’enracinement local dans la stratégie actuelle des mastodontes du football.

« Les grands clubs sont utilisés comme objets d’investissement par des propriétaires étrangers, plutôt que comme l’incarnation de l’esprit communautaire local… » regrette-t-on. Aujourd’hui il faudrait plus de propriétés des supporters, c’est aussi simple que cela. Le football est trop contrôlé par les intérêts financiers d’une élite très riche…

Photo principale : John Middleton

Autre lecture :

Librairito : Le racisme dans le football

Waldemar de Laage
Etudiant journalisme, passionné par le monde des tribunes. Twitter : @delaagewaldemar

You may also like

More in A LA UNE