Angeline Da Costa (FC Twente) : « une compétitrice dans l’âme »

À bientôt 19 ans (le 26 juin prochain), Angeline Da Costa a déjà connu la D1 Féminine, les équipes jeunes de l’Équipe de France, et, depuis début 2018, une première expérience à l’étranger. Compétitrice dans l’âme, la jeune joueuse a accepté de revenir sur son parcours et d’évoquer ses objectifs pour Stadito.

De la découverte du football aux débuts en Division 1 Féminine

« J’ai découvert le football grâce à ma famille. Mon père et mon frère étaient joueurs, donc j’étais souvent au bord des terrains pour les regarder. Et, c’est à l’âge de 4 ans que l’entraîneur des débutants du club de mon frère m’a proposé d’essayer. Depuis ce jour je n’ai jamais retiré les crampons ». Les gênes du football sont donc bien présentes chez Angeline Da Costa. Ceci la mènera rapidement au haut niveau dans le football féminin. Mais, avant cela, revenons sur son parcours qui l’a menée à ses débuts en D1 Féminine. Comme beaucoup de jeunes filles, l’actuelle joueuse du FC Twente a débuté le football dans une équipe mixte, filles et garçons. « J’ai évolué en mixité jusqu’à la catégorie maximale autorisée (U15), donc jusqu’à mes 13 ans, ce qui a pour moi été une grande richesse ». Elle aura donc, pendant près de dix ans, côtoyé les équipes mixtes, dont elle garde de très bons souvenirs. « Les souvenirs que j’ai du football en mixité sont justes indescriptibles. Ce sont des moments riches tant sur le plan footballistique que émotionnel. J’ai toujours été bien intégrée et les garçons de mon équipe me protégeaient toujours », résume la joueuse.

Crédit image : stagevfc

Par la suite, Angeline Da Costa va régulièrement être surclassée, jusqu’à connaître ses débuts en première division avant ses 15 ans. Après « avoir eu la chance d’intégrer le Montauban FC et de jouer en U14/U15 Ligue élite », la jeune femme a dû rejoindre un club féminin. Elle trouve son bonheur avec le club du Toulouse Football Club, club phare de sa région natale, où elle a découvert le Championnat U19 National et le monde du football féminin. C’est après toutes ces expériences qu’Angeline Da Costa rejoint l’ASPTT Albi où elle découvrira le haut niveau. « Je me suis dirigée vers l’ASPTT Albi car ce qui prime pour moi c’est le projet de jeu. Et à ce moment là, l’entraîneur était David Welferinger qui propose un jeu à la Nantaise. Amoureuse de ce football, je me suis laissée séduire par le projet », nous explique-t-elle. Tout va aller très vite pour Da Costa qui devient la plus jeune joueuse à avoir débuté un match de D1 féminine, à 14 ans et quelques mois. « C’est un plaisir d’avoir ce titre, mais je n’y accorde pas tellement d’importance car il faut un contexte tout autour de cela. Je pense qu’une autre joueuse peut également le faire si le contexte y est favorable », estime-t-elle. Si « passer des U19 Nationaux à la D1 féminine est un décalage physiquement assez important », Angeline Da Costa s’est appuyée sur ses qualités pour s’exprimer, avec notamment une agilité technique. Puis, elle a pu compter sur le soutien de ses coéquipières plus expérimentées. « J’étais très jeune par rapport aux autres filles, donc j’étais un peu le « bébé de l’équipe » ».

Toujours plus haut, toujours plus loin … Toujours plus fort ?

Alors qu’un bel avenir semble se dégager pour Angeline Da Costa, la jeune femme ne veut pas griller d’étapes et veut se montrer patiente, mais pas moins ambitieuse. Preuve en est lorsqu’elle décide de quitter l’ASPTT Albi, à l’été 2016, pour rejoindre l’équipe de Rodez, un club mieux classé dans l’élite du football féminin français. « Étant une compétitrice dans l’âme, j’aime les challenges. Et, celui d’être dans un groupe de D1 en faisait partie. Je pars du principe qu’être aux côtés de joueuses de très bon niveau pousse vers le haut et mène à la progression. Ainsi, Rodez étant assez proche géographiquement du domaine familial, c’était pour moi l’occasion de rester assez proche de ma famille », nous dit-elle. La famille est quelque chose d’important pour Angeline Da Costa, qui a toujours été soutenue par celle-ci, avec notamment des « parents bienveillants. Toutefois concernant mon projet, je prends les décisions moi-même et ils sont là pour me conseiller et m’accompagner », précise-t-elle. Son passage dans le club ruthénois a été long de dix-huit mois. Un temps suffisant pour progresser et repartir pleine de souvenirs et de bons moments passés. « À Rodez, j’ai pu m’imprégner de cette agressivité sur le terrain. C’est un club qui a une mentalité de guerrier et qui ne lâche jamais. Ce sont des valeurs qui me correspondent. Mais aussi, c’est un club très familial avec beaucoup de solidarité, ce qui se retrouvaient sur le terrain ».

« Comme je dis, le football est un langage universel, donc même si on ne parle pas la même langue sur le terrain, on se comprend. »

En janvier 2018, à 18 ans, Angeline Da Costa fait le choix de rejoindre le FC Twente, aux Pays-Bas. Elle s’éloigne ainsi de sa famille et découvre sa première expérience à l’étranger. Un pari osé pour elle, amoureuse du football. « Partir à Twente était pour moi le moyen de découvrir un autre football et développer mes qualités athlétiques. J’ai toujours souhaité faire une expérience à l’étranger. L’occasion s’est présentée donc je l’ai saisie ». La jeune femme n’a donc pas perdu de temps et s’avoue ravie de son choix. Cependant, Angeline Da Costa ne s’est pas jetée sur l’occasion juste parce qu’il s’agissait de partir à l’étranger. Non ! C’est le projet de jeu qui lui a été présenté qui l’a convaincue de tenter sa chance dans son nouveau club de Twente, comme elle nous l’explique. « J’ai remarqué qu’ils demandaient du jeu avec beaucoup de mouvements, beaucoup de liberté de déplacement, du jeu dans les espaces réduits, avec peu de touches de balles. Je savais donc que j’allais me fondre dans ce football ». Pour elle qui a occupé différents postes au milieu de terrain, ce football semble parfaitement convenir à ses qualités. Si, concernant son positionnement sur le rectangle vert, ses entraîneurs l’ont utilisée différemment, Angeline Da Costa nous donne sa préférence pour l’avenir. « Mon profil correspond davantage à un milieu défensif ou milieu relayeur. Je préfère milieu défensif car j’aime toucher tous les ballons, organiser le jeu, servir mes partenaires et être face au jeu pour me projeter grâce à des combinaisons de passes. Mais quel que soit le poste où l’on me met je donne toujours le maximum », précise-t-elle. On sent encore là une jeune femme ambitieuse et déterminée. Après une adaptation « rapide, avec un accueil chaleureux », la milieu de terrain est encore en course pour le titre de champion avec son équipe. Alors qu’elle n’a signé qu’un contrat de six mois avec son nouveau club, elle ne veut pas encore penser à ce qu’il adviendra pour elle la saison prochaine. Priorité aux objectifs de cette fin de saison.

« Tout vient à point à qui sait attendre ».

Alors que le parcours en club est déjà riche, celui en sélection pourrait au moins l’être tout autant dans les années à venir. En effet, Angeline Da Costa a déjà porté la tunique bleue avec les équipes jeunes de l’Équipe de France, et l’objectif d’atteindre l’Équipe de France A est bel et bien présent dans sa tête. « Porter le maillot bleu est évidemment un rêve pour moi. C’est à la fois une récompense pour tout le travail que j’accomplis au quotidien mais aussi un honneur de représenter le pays ». Cependant, la milieu de terrain ne se donne pas un temps déterminé pour le graal qui est de rejoindre la sélection française, actuellement entraînée par Corinne Diacre, où l’on retrouve les meilleures joueuses françaises, telles que Wendie Renard, Amandine Henry ou Eugénie Le Sommer, par exemple. « Je me laisse porter par le destin. Je fais le nécessaire sportivement mais aussi en dehors du terrain pour progresser un maximum et développer mes qualités ». Est-il possible de la voir apparaître dans le groupe d’ici la Coupe du Monde 2019 qui se déroulera en France ? Seul l’avenir nous le dira.

« Je souhaite remercier Stadito Football pour son intérêt à mon égard. C’était un plaisir d’échanger sur mon parcours et en espérant que nos chemins se croisent dans le futur pour vous faire part de mon évolution. »

Stadito remercie Angeline Da Costa d’avoir accepté de prendre de son temps pour répondre gentiment aux questions.

Lire plus…

Kévin Davoust (CM du Mans FC) : « C’était un moment unique, j’avais des étoiles dans les yeux »

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *