ACTUALITÉFranceLigue 1LOSCOM

Ligue 1 : Marseille-Lille, duel cardinal

0

Deux profils différents, deux pressions

Évidemment, il est certain que l’OM de Rudi Garcia ne vit pas la même période que le LOSC de Christophe Galtier : vainqueur en liesse contre Leipzig jeudi dernier (2-5), revenu à l’arraché et par deux fois contre Troyes (2-3) dimanche, les Marseillais arrivent lancés dans cette 34e journée de championnat. Appuyés sur des éléments forts et déterminants (Payet, Luiz Gustavo), ils ont en ligne de mire un nouveau succès que les parieurs leur accorderont bien volontiers.

En effet, en face d’eux se présentent des Dogues qui ont déjà un pied dans les limbes : 18e, à la faveur de la plus mauvaise série en cours après Troyes, ils n’ont plus gagné depuis 10 matchs en Ligue 1. Ce dernier succès étant celui obtenu face à Strasbourg (2-1), le 28 janvier. Les Dogues n’ont gagné que deux fois sous la houlette de Galtier, qui disait en conférence de presse cette semaine « qu’avec 3 victoires Lille se maintiendrait ». Une juste mesure de la difficile fin de saison qui attend le LOSC.

Samedi dernier, les Lillois ont mené 2-0 jusqu’à la 90′ face à Guingamp, avant de se faire rejoindre au score à la 90’+3 (2-2). © MadeinDogues

Lille à quelques encablures du déluge

D’autant plus qu’au-delà de l’aspect comptable (après tout, Toulouse, Metz et Troyes vont au même rythme), les Lillois semblent touchés psychologiquement, et pratiquent un football crispé. Ils ont concédé plus de 2 buts ou plus sur 8 de leurs 10 derniers matchs. C’est avec une terrible fébrilité qu’ils ont vu passer deux succès sous leurs yeux lors des deux dernières journées de Ligue 1 : menant 2-0 contre Guingamp, ils ont concédé deux buts en toute fin de match. Il y a deux semaines, contre Bordeaux, ils ont ouvert le score avant d’être plombés par une erreur de Koffi et un doublé express de Kamano.

Les mauvais signes se multiplient pour un groupe qui semble encore mal vivre, et si les Lillois sont sommés d’entamés une moisson pour tenter d‘obtenir le maintien, il semble que tout soit encore contre eux. Et Christophe Galtier de constater des « erreurs individuelles » qui empêchent « d’être récompensé ». Le coach nordiste en appelle finalement à l’énergie du désespoir, haranguant ses joueurs de « résister et de porter l’estocade ».

Au match aller, l’OM s’était imposé grâce à un but précoce de Morgan Sanson (0-1). © OM.net

Les faiblesses de l’OM ?

Résister, c’est effectivement ce que devrait principalement faire Lille, face à une équipe marseillaise en pleine forme. Sur les 28 derniers matchs, l’OM n’a perdu que 3 matchs. De façon plus précise, l’OM jouit d’une confiance à toute épreuve qui lui a permis d’arracher des points dernièrement. Le taux de conversion des tirs en buts est à Marseille de 12% ; c’est seulement 8% pour Lille. Ces 4% mesurent l’écart de confiance entre deux effectifs opposés.

Alors, comment imaginer que Lille puisse créer l’exploit ? Peut-être sur coup de pied arrêtés : si Marseille en a marqué 15 en phase offensive, grâce notamment à de bons tireurs, ils ont concédé plus d’un quart de leurs buts sur phase arrêtée (12 sur 40) ; dans le même temps, le LOSC n’en a concédé que 11. Lille devra peut-être aussi profiter de l’instabilité phocéenne en début de match : comme l’a rappelé Rudi Garcia, Marseille concède 30% de ses buts dans le premier quart d’heure. Une autre question est l’endurance de l’effectif marseillais : si Rolando est de retour, Sarr et Kamara resteront aux soins. L’OM enchaîne les matchs et les options du coach sont limitées par une profondeur de banc restreinte.

Si pour l’instant, les phocéens ont souvent réussi à gérer par un regain d’engagement et une grande confiance, ils pourraient laisser des points si Lille parvient à instaurer un véritable combat physique, comme Montpellier (0-0) avait réussi à le faire il y a quelques semaines. Or le faux pas est interdit pour les hommes de Rudi Garcia : Lyon s’étant imposé à Dijon (2-5), ils comptent 3 points de retard sur le podium. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’une tension parcourra le match : Rudi Garcia, l’homme du titre lillois en 2011, a expliqué aux Lillois qu’il serait « leur pire ennemi samedi ».

Lire plus :

https://stadito.fr/2018/04/18/om-les-fanatics-sanctionnees-par-le-club-olympien/

You may also like

More in ACTUALITÉ