A LA UNEACTUALITÉCoupe GambardellaFranceInterviewitoTours FC

Thomas Berthelot (Tours FC) : “Thomas nous a donné beaucoup de force depuis là-haut”

0

Frappé par le décès de leur coéquipier Thomas Rodriguez, les U19 du Tours FC avancent en Gambardella le cœur lourd mais l’âme renforcée. Thomas Berthelot, buteur lors du quart de finale disputé le jour où le défunt aurait eu 19 ans, raconte la force de caractère qui les a poussé jusqu’en demies à coup de victoires au finish. Dimanche, face à Orléans, ils auront la possibilité d’aller au Stade de France, pour Thomas.

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Thomas Berthelot, j’ai 19 ans, je joue au Tours Football Club et suis originaire de Senonches près de Chartres.

À quel âge êtes-vous arrivé au Tours FC ?

Je suis arrivé au Tours FC à l’âge de 15 ans après notamment 3 saisons passées à Chartres.

Votre équipe fait-elle une bonne saison en championnat ?

Nous avons bien commencés la saison en championnat puis nous avons eu un moment plus difficile durant la période hivernale. Depuis quelques matchs, nous sommes sur une bonne dynamique et le maintien est désormais acquis donc nous pouvons nous concentrer sur la Coupe Gambardella.

Votre parcours jusqu’à ces 1/2 finales est un véritable parcours du combattant : vous avez éliminé Caen, Bordeaux et Toulouse dans des circonstances assez folles. Quels ont été les meilleurs moments de ce parcours ?

Le meilleur moment de notre parcours, c’est le but de la victoire contre Bordeaux et Toulouse. Lors des 2 matchs, nous marquons dans les 5 dernières minutes donc la sensation est encore plus forte. D’un point de vue individuel, mon but contre Toulouse à la 90e minute restera comme un moment fort.

La joie des joueurs de Tours et de Thomas Berthelot, buteur à la 90′ du quart de finale face à Toulouse. © Tours FC

Dans une saison difficile pour l’équipe professionnelle, avez-vous l’impression que vous pouvez “sauver” la saison du club ?

Sauver le club, je ne pense pas. Par contre, cela montre que le Tours FC est un bon club formateur et les résultats mettent en lumière le bon travail du Centre de Formation.

L’immense tristesse qui s’est abattue sur le club avec la nouvelle du décès de Thomas Rodriguez donne-t-il un sens supplémentaire à votre épopée, le “devoir” de réussir pour lui?

Le décès de Thomas a été un moment très difficile pour tout le monde. Cependant, nous avons su relever la tête et ne pas s’arrêter là-dessus. Au contraire, cela nous a boosté et nous rend aujourd’hui plus fort. Nous devons nous battre pour nous mais aussi pour Thomas et sa famille qui nous soutient. Oui, le décès de Thomas nous donne le devoir de réussir pour lui.

Comment abordiez-vous ce match contre Toulouse ?

Nous avons abordé ce match comme une rencontre très difficile puisque Toulouse est une très bonne équipe qui a notamment éliminé le vainqueur de la précédente édition de la Coupe Gambardella, Montpellier. Cette équipe réalise également un très bon championnat jusque-là. L’objectif était d’être sérieux après une grosse semaine d’entraînement pour préparer le match.

Quelles ont été les clefs pour revenir dans ce match, alors que vous avez concédé l’égalisation en fin de match ?

Je pense que la clef du match est mentale : nous n’avons rien lâché, nous nous sommes battus jusqu’au bout, nous avons su y croire jusqu’à la dernière minute que ce soit contre Bordeaux ou contre Toulouse. Je pense que Thomas nous a donné beaucoup de force de là-haut.

Le scénario fou face à Bordeaux vous aide-t-il à s’accrocher, à se dire que ce n’est pas fini ?

C’est sûr que le match à Bordeaux nous aide à nous accrocher et nous montre que rien n’est jamais perdu avant le coup de sifflet final. A 15 minutes de la fin de la rencontre, nous perdions 2-1 mais nous n’avons cessé d’y croire en montrant une grosse détermination. Grâce à ça, nous avons pu arracher la victoire.

Racontez-nous ce qu’il s’est passé dans vos esprits au moment du but libérateur. Est-ce la plus grande émotion de votre carrière ?

Après mon but, je n’ai pensé à rien d’autre qu’à Thomas. Je lui ai dédié mon but puisque le 1er avril (jour du match) était le jour de son anniversaire. Cela a été l’une des plus grandes émotions de ma carrière, des choses qu’on ne ressent qu’une fois dans sa vie. Ce sont des moments magiques qui resteront à jamais gravés dans mon esprit.

L’hommage des U19 tourangeaux rendu à leur coéquipier Thomas Rodriguez, récemment décédé. © Tours FC

Désormais, quel est votre objectif ? On imagine que vous pensez fort à aller au Stade de France, dont un seul match vous sépare.

Notre premier objectif aujourd’hui, c’est de gagner contre l’US Orléans pour pouvoir aller en finale et jouer au Stade de France. Le second est de remporter cette Coupe Gambardella.

Que pensez-vous de l’US Orléans, votre adversaire, qui a sorti l’OM en quarts de finale ? Partez-vous favoris ?

Évidemment, ça ne va pas être un match facile. L’US Orléans a su battre l’Olympique de Marseille, ancien finaliste de la Gambardella. S’ils sont là, c’est qu’ils ont leur place dans le carré final mais à partir de maintenant, il n’y a plus de favori. L’équipe qui mettra le plus d’envie et d’application accédera à la finale. Cela va être un match très compliqué.

Avez-vous ressenti un surplus de notoriété lors de cette épopée ? Un changement de statut ?

Non, je ne pense pas. Cela ne change rien, nous sommes toujours les mêmes. On fera les comptes à la fin.

Espérez-vous que ce parcours en Gambardella vous permette de passer un cap au sein de votre club ?

Tout d’abord, je souhaite de tout cœur que nous réussirons à gagner cette Coupe Gambardella. Individuellement, si je suis amené à jouer, je vais devoir montrer au coach qu’il peut me faire confiance. Il faudra évidemment faire un gros match pour ensuite espérer intégrer le groupe professionnel sur quelques entraînements et pourquoi pas espérer un contrat de stagiaire professionnel par la suite.

 

Lire plus :

Lucas Benezet (US Orléans) : « Mon frère m’a dit : ‘tu sais ce que tu as à faire’ »

Jonathan Tunik

You may also like

More in A LA UNE