Ligue 1 : Nice – Rennes, deux rivaux pour un objectif

Malgré les matchs du PSG, Monaco ou Marseille, la véritable affiche de cette semaine se jouera ce dimanche à 15h : à l’Allianz Arena, l’OGC Nice reçoit Rennes dans un choc entre deux équipes dont les objectifs sont clairs : terminer aux places européennes.

La forte rivalité comptable

La semaine dernière, nous vous parlions de Nantes – Saint-Étienne (0-3) comme d’un affrontement majeur dans cette fin de saison : après le succès des Verts face aux Canaris et leur nul au Parc vendredi (1-1), et après la défaite de Nantes à Monaco (1-2), la Ligue 1 nous offre une autre affiche importante. Respectivement 5e et 7e, Rennes et Nice se tiennent en 1 point (46 points pour les Bretons contre 45 pour les Aiglons) et pourraient devancer les Jaunes et Verts d’une avance non négligeable en cas de succès. Rennes, par exemple, pourrait s’échapper à 49 unités, soit 5 de plus que Nantes et 6 de plus que Sainté. Ceci alors que dans le même temps, Montpellier, 6e,devra gérer un déplacement périlleux à Marseille. Dans ce contexte, le match de cette semaine sent déjà le souffre.

Rennes voyage bien, Nice mise sur Pléa

C’est d’autant plus vrai que Nice comme Rennes ont des arguments à faire valoir. Rennes se déplace sur la pelouse niçoise, notamment, dans une forme resplendissante. En dehors du match impeccable rendu par les hommes de Sabri Lamouchi contre Monaco (1-1), match que le technicien a vu comme « le plus abouti » de la saison, les Rennais ne perdent plus en Ligue 1 depuis 7 matchs. A l’extérieur, ils restent sur 4 matchs sans défaite, et ont pris depuis le début de la saison plus de points hors de leurs terres (25), qu’au Roazhon Park (21). Un goût pour le voyage avantageux, pour une équipe qui doit encore se déplacer à Nantes et Paris.

Les Rennais sont invaincus depuis 7 matchs en Ligue1. ©Maxppp

Cela pourrait peser lourd face à une équipe de Nice dont Lucien Favre reconnait la fragilité : la semaine dernière, le Suisse parlait de matchs qui « tiennent à peu de choses » pour ses joueurs. Défaits à domicile face au PSG (1-2), les Aiglons ont péniblement gagné à Troyes (0-2) la semaine dernière. A domicile, ils ne scorent en moyenne qu’à 1,44 reprises ; Rennes a marqué lors de ses 11 derniers déplacements et atteint 1.56 buts/match de moyenne hors de ses bases. Mais Lucien Favre peut néanmoins compter sur des individualités en forme, au centre desquelles émerge Alassane Pléa : dans l’ombre de Mario Balotelli, le Français a scoré 6 fois sur les trois derniers matchs : quatre fois contre Guingamp, dans une position d’avant-centre ; deux fois contre Troyes, en tant qu’ailier. Peut-être l’homme clé de son équipe, dans une affiche qui a vu Nice l’emporter cinq fois sur les 6 derniers championnats.

Alassane Pléa, homme fort du Gym, a marqué 6 buts sur ses 3 derniers matchs de Ligue 1.

Deux équipes, deux écoles tactiques

Sur un plan plus tactique, ce match sonnera aussi comme une véritable opposition de style : Nice pratique un football basé sur la possession, dur sur l’homme (55% de duels aériens remportés). Mais les Aiglons pourraient, face à la forme rennaise, s’en remettre à la vitesse d’un Saint-Maximin, ou d’un Pléa, comme l’ont fait sur les 3 buts marqués cette saison en contre (0 pour Rennes). En face, Rennes devra profiter des ailes, là où le 4-3-3 niçois laissera des espaces. D’autant plus que cette saison, les actions de but bretonnes partent à 42% de l’aile droite, et à 39% de l’aile gauche, des statistiques très au-dessus de la moyenne du championnat. La capacité de Sarr à percer les lignes, ou de Khazri à se mouvoir en deuxième attaquant, entre Seri et Dante, pourrait décider des situations créées par les Rennais ; ces deux joueurs auront un rôle majeur à jouer, dans une rencontre qui promet déjà beaucoup de spectacle.

Lire plus :

Ruben Aguilar, le guerrier montpelliérain

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *