A LA UNEACTUALITÉCoupe de FranceFranceInterviewitoN2Rêve de CoupeUS Granville

Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Yoan Benyahya (US Granville)

0

La Coupe de France est construite de belles histoires, avec des clubs, des joueurs, des dirigeants, des supporters, des villages ou villes entières qui se mettent à rêver pour leur club. Stadito vous propose aujourd’hui de partir à la découverte de l’équipe de l’US Granville, évoluant en N2. Appartenant, au district de la Manche, et à la Ligue de Normandie, celle-ci est parvenue à se qualifier pour les 1/16 de finale de la Coupe de France. Pour Stadito, Yoan Benyahya a accepté de revenir sur la belle aventure connue par son club, avant d’affronter l’US Concarneau

Le parcours de l’équipe

4ème tour : US Bricquebec (R2) 2-5 US Granville
5ème tour : US Granville 3-2 SU Dives Cabourg (N3)
6ème tour : FC Bayeux (N3) 0-2 US Granville
7ème tour : US Granville 3-2 FC Vierzon (N3)
8ème tour : US Granville 2-1 AS Vitré (N2)
1/32 de finale : US Granville 2-1 Girondins de Bordeaux

La Coupe de France et Yoan Benyahya
« une grande fierté »

« J’ai déjà eu la chance de connaître deux belles épopées en Coupe de France. La première était en 2012 avec le Gazélec Ajaccio où on avait été sorti en demi-finale face à l’Olympique Lyonnais (0-4). La deuxième il y a deux ans, déjà avec l’US Granville, où l’on avait atteint les 1/4 de finale où l’aventure s’était arrêté après un match face à l’Olympique de Marseille (0-1). Avoir de nouveau l’occasion de disputer un 1/16 de finale de Coupe de France cette saison est une immense joie parce que l’on fait partie des 32 dernières équipes encore en lice. C’est donc une grande fierté. »

Crédit image : US Granville

L’exploit face à Bordeaux
« on se sentait costaud »

« On avait bien préparé ce match et on sentait que l’exploit était possible face à cette équipe. Bordeaux n’était pas au meilleur de sa forme, mais si ça reste bien sûr une formation de l’élite. En Coupe de France tout est possible, donc a tout donné et ça a fonctionné puisque l’on a arraché notre billet pour les 1/16 de finale. Étrangement, pendant le match, malgré l’ouverture du score bordelaise, on se sentait costaud, fort. Ainsi, on sentait que l’on pouvait revenir dans le match et même l’emporter. J’ai vécu un des plus beaux matchs de ma carrière. »

Un monde différent
« On voit beaucoup de journalistes »

« On sent la ferveur, l’engouement monter ! Nous voyons beaucoup de journalistes venir à notre rencontre avec des caméras. C’est clair que nous sortons quelque peu de l’ordinaire avec ce parcours en Coupe de France. »

Prochaine étape, US Concarneau
« un tirage compliqué »

« Satisfait ? Oui et non. C’est un tirage compliqué face à une équipe au-dessus de nous hiérarchiquement parlant puisqu’elle évolue en National 1 tandis que nous sommes en National 2. Après, on a tout de même l’avantage de jouer ce match à domicile, donc ça rééquilibre un peu les choses. Pour moi, c’est du 50/50 sur cette rencontre. Ce sera autre chose que notre 1/32 de finale… Je pense que Concarneau va mettre plus d’impact et d’intensité, l’engagement, le comportement vont être différents de ceux de Bordeaux. Après, selon moi, le match se jouera aussi sur l’aspect technique. En effet, sachant que les deux équipes voudront être au niveau dans l’engagement, l’équipe qui prendra le dessus techniquement. »

Pas d’excès de confiance
« Concarneau reste quand même au-dessus de nous »

« De notre côté, il y aura plus de pression sur ce match par rapport à celui de Bordeaux. En effet, face aux Girondins nous n’avions rien à perdre. Maintenant que l’on a sorti une équipe de Ligue 1 Conforama, c’est certain que les personnes trouveront bizarre si nous nous faisons éliminer lors de notre 1/16 de finale. Après, il faut rappeler et ne pas oublier que Concarneau reste quand même au-dessus de nous. Et, malgré le fait que notre prochain adversaire en Coupe de France n’est pas encore eu de gros rendez-vous dans cette compétition, ce n’est pas forcément un avantage pour nous. On en est la preuve puisqu’avant notre exploit au tour précédent, nous n’avions pas vraiment eu de grand rendez-vous, en ayant même eu quelques difficultés parfois. »

L’épopée de 2012 dans les têtes
« c’était historique pour le club »

« A chaque que la Coupe de France revient au programme, on entend parler de notre épopée qui nous avait mené en 1/4 de finale il y a deux ans. Nous étions alors en CFA2, et c’était historique pour le club de réaliser ce genre de performance. Désormais, on rêve de rééditer cet exploit ! »

Le monde pro et la Coupe de France
« Tout joueur de football rêve d’atteindre le haut niveau »

« Entre découvrir le monde professionnel et une épopée en Coupe de France, le plus beau reste la première option pour moi. Tout joueur de football rêve d’atteindre le haut niveau et de devenir professionnel. Cependant, vivre une épopée comme j’ai déjà pu vivre auparavant ça n’a pas de prix non plus ! Mais, si maintenant je dois choisir entre ces deux options, je choisi de faire une carrière de footballeur professionnel. »

Crédit image : CHARLY TRIBALLEAU

La Coupe de France Yoan Benyahya c’est…
« quelque chose de magique »

« C’est une compétition où tout peut arriver, où tout le monde peut battre tout le monde sur un match. »

Un dernier mot
« il faut vivre ses rêves, et non rêver sa vie »

« Tout joueur de football rêve de faire un parcours, une épopée en Coupe de France. Quand un joueur amateur regarde les matchs à la télévision avec un petit poucet qui rencontre une grosse écurie du football français, il rêve d’être sur le terrain. Donc, comme nous sommes en train de vivre ce moment, je trouve que ces mots représentent bien ce que l’on vit aujourd’hui. »

Stadito remercie Yoan Benyahya pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour ce 1/16 de finale de Coupe de France.

 

Lire plus…

Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Théo Bloudeau (Stade Briochin)

You may also like

More in A LA UNE