Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Gaëtan Roehr (FC Still)

La Coupe de France est construite de belles histoires, avec des clubs, des joueurs, des dirigeants, des supporters, des villages ou villes entières qui se mettent à rêver pour leur club. Stadito vous propose aujourd’hui de partir à la découverte de l’équipe du FC Still 1930, évoluant en R3. Appartenant au district d’Alsace, et à la Ligue du Grand-Est, celle ci est parvenue à se qualifier pour les 1/32 de finale de la Coupe de France. Pour Stadito, Gaëtan Roehr a accepté de revenir sur la belle aventure connue par son club, avant d’affronter l’ESTAC.

Le parcours de l’équipe

4ème tour : FC Still 1930 2-1 Erstein (N3)
5ème tour : FC Still 1930 3-0 S. Reunis Hoenheim (R3)
6ème tour : FC Still 1930 2-0 (a.p) CS Fegersheim (R3)
7ème tour : FC Still 1930 2-0 EN Saint-Avold (R1)
8ème tour : UL Rombas (R3) 1-2 (a.p) FC Still 1930

Présentation du joueur
Gaëtan Roehr

« Je m’appelle Gaëtan Roehr, j’ai 28 ans et j’évolue au poste de gardien de but au FC Still. Dans la vie, je suis technicien chez électricité de Strasbourg (groupe EDF). Pour ma part, c’est la première fois que je dépasse le 3ème tour de cette compétition. »

La fête sur la neige pour les joueurs. – Crédit image : ESJ Paris Sport
Que de bonheur
« on savoure ce moment à fond »

« C’est une joie immense, et un exploit pour moi d’arriver aussi loin dans cette compétition sachant que je n’ai jamais dépassé le 3ème tour. C’est une sensation de jamais vu. Nous sommes des joueurs amateurs, et le fait d’arriver en 1/32 de finale nous donne une notoriété que nous n’avons pas l’habitude d’avoir. Celle-ci est vraiment très plaisante. On savoure vraiment ce moment à fond. »

Un parcours digne de la Coupe de France
« de plus en plus d’importance »

« Certains matchs de notre parcours m’ont marqué, comme face à Erstein (N3) qui a été notre premier gros défi, où nous arrachons la victoire (2-1) en fin de match grâce à un « Chupa » décisif ! Et, je garde en mémoire tous les derniers matchs car ils prennent de plus en plus d’importance. Il y a le match face à Fegersheim, qui nous a donné du fil à retordre, et où nous gagnons 2-0 à l’issue des prolongations, avec un but splendide de « Jerem ». Ensuite, il y a le match contre Saint-Avold où nous l’emportons 2-0 en faisant un match énorme, et puis Rombas (2-1) dans la difficulté, mais qui fût le Saint-Graal. »

Un bel état d’esprit
« prêt à intervenir à n’importe quel moment »

« Je suis le deuxième gardien de l’équipe, donc je n’ai pas encore eu la chance de m’exprimer. Mais, je suis prêt à intervenir à n’importe quel moment et à tout donner pour aider le groupe. C’est l’état d’esprit qui règne dans la tête de chacun des 18 joueurs que nous sommes. Il faut dire que les performances sont très bonnes, et encourageantes. Un match de Coupe de France, ça commence déjà la semaine pendant les entraînements où nous travaillons dur depuis le début de saison avec Florian Schwoob, le gardien titulaire et Guy, notre entraîneur spécifique qui fait un travail remarquable, pour que nous soyons au top les jours de matchs. »

Un duel de R3 au 8ème tour
« Rombas n’a rien lâché »

« On a eu la chance de marquer rapidement dans ce match grâce à notre capitaine, « Alex » Maisonneuve, et d’avoir l’avantage de jouer à 11 contre 10 pendant quasiment 90 minutes avec les prolongations. Malgré cela, la tension était palpable jusqu’au coup de sifflet final. Personne n’était serein. Rombas n’a rien lâché, ils nous ont mis des bâtons dans les roues. Je tiens à les féliciter car ils ont fait un gros match, et leur état d’esprit était vraiment irréprochable. Et, forcément lorsque l’arbitre siffle le penalty contre nous dans les prolongations, on se dit que l’on risque de passer à côté de quelque chose d’extraordinaire. Mais, le sort en a décidé autrement, et mon acolyte, « Flo », a eu le sang froid, mais aussi la main ferme. Puis, il y a eu ces trois coups de sifflet qui signent la délivrance. »

La fête après le match
« une journée magnifique, riche en émotions »

« Dès le retentissement du coup de sifflet final, j’ai couru vers mes coéquipiers qui étaient sur le terrain. C’est à eux que j’ai pensé en premier car ils se sont arrachés pendant ce match qui n’était vraiment pas facile. Ce sont tous de vrais guerriers, des frères d’armes. Certains n’arrivaient même plus à accélérer, d’autres avaient des crampes tellement ils avaient tout donné. Beaucoup se sont effondrés en larme de bonheur, et la joie était la plus belle qui soit. Ensuite, nous sommes allés fêter cette victoire avec les nombreux supporters qui sont venus nous soutenir. Cette victoire, c’est aussi la leur. Ils ont été géniaux avant, pendant et après le match. On leur doit beaucoup ! Puis, il fallait rentrer en Alsace en bus. Forcément, la fête a continué dans celui-ci, et s’est terminée au bout de la nuit dans une ambiance de folie à la salle des fêtes de Still. C’était une journée magnifique, riche en émotions, et je souhaite à tous les footballeurs de vivre une expérience de la sorte un jour. »

Un engouement à la hauteur de l’événement
« le stadium de Molsheim sera plein »

« On sent l’engouement grandir un peu plus à chaque tour passé dans cette compétition. Rien qu’en voyant le nom de notre club quasiment tous les jours dans les journaux, on sent la notoriété qui s’installe. Il n’y aura peut-être pas toute la population de Still à la venue de l’ESTAC le 7 janvier. Tout le monde ne peut pas aimer le football, mais je suis persuadé que l’on sera très bien représenté par tous les amoureux de ce sport des alentours, de nos nombreux et magiques supporters, mais bien évidemment aussi de tout nos proches. En tout cas, le stadium de Molsheim sera plein, ça c’est sûr et certain. »

Un bel engouement autour de l’équipe. – Crédit image : F.C. Still 1930
Prochaine étape, l’ESTAC
« juste génial »

« Tout le club est très satisfait de ce tirage. Certes, avant de voir les groupes, l’idée d’affronter le PSG, l’OM ou l’OL a trotté dans un petit coin de la tête de chacun d’entre nous. Mais, on va jouer contre une Ligue 1 ! C’est juste génial pour nous, joueurs amateurs, de côtoyer des joueurs professionnels que l’on voit à la télévision chaque week-end. Je ne me suis jamais autant soucié de cette équipe que depuis le tirage. Je connais quelques joueurs, comme Benjamin Nivet qui est une figure de ce club. Il n’y a pas de joueurs particuliers que je rêve d’affronter. Rien que le fait d’affronter un club professionnel suffit déjà à me faire rêver, et à tous nous faire rêver. »

Un beau cadeau de Noël
« On a bien savouré »

« Évidemment, c’est un super cadeau de Noël. On a bien savouré pendant les fêtes, et on a profité de nos proches aussi. Le foot, en ce moment, nous prend beaucoup de temps à chacun entre la Coupe, le Championnat et les entraînements. Malgré le fait que ce soit toujours un plaisir d’aller au foot, Noël, pour moi, c’est aussi la famille, les amis, ces gens qui sont à nos côtés toute l’année, et qui nous suivent aussi dans cette épopée. Nous revenons sur les terrains encore plus soudés que jamais pour affronter, comme il se doit, cette équipe de Troyes. »

Un match unique
« se défendre avec nos armes »

« Du côté sportif, on va aborder cette rencontre comme tous les autres. On va rentrer sur le terrain avec l’envie de gagner. Ce n’est pas parce que c’est Troyes que l’on va partir perdants. Désormais, chaque joueur sait que tout est possible en Coupe de France. Certes, ça va certainement être le match le plus compliqué de toute notre vie, mais on sera là, et on va se défendre avec nos armes. De toute façon, nous n’avons rien à perdre. »

L’affiche officielle du match. – Crédit image : Vincent Arnoult – Graphiste / Vidéaste
Concilier Coupe et Championnat
« tout le monde veut jouer contre Troyes »

« L’objectif du club en Championnat est la montée à l’échelon supérieur, ce qui est bien parti. Forcément, il est difficile de concilier un objectif de montée et une aussi lointaine et formidable épopée en Coupe de France. Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte, comme les blessures physiques de certains joueurs, mais aussi mentalement. Tout le monde veut jouer ce 1/32 de finale, et personne n’avait envie de se blesser ou de prendre un match de suspension pour ce match historique. Pour ce qui est de la gestion, notre coach, Sébastien Bischoff sait parfaitement gérer ces situations. »

La Coupe de France est…
« imprévisible »

« On ne sait jamais ce qu’il va se passer dans cette compétition, que ce soit lors d’un match ou du tirage au sort. »

« Il faut vivre ses rêves, et non rêver sa vie. »

« ET ALLEZ LES BLEUS, ET ALLEZ STILL ! »

Stadito remercie Gaëtan Roehr pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour ce 1/32 de finale de Coupe de France.

 

Lire plus…

Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Florian Deliessche (SC Hazebrouck)

Buy Us a Coffee