A LA UNEACTUALITÉAmateurCoupe de FranceFranceInterviewito

Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Romain Devoucoux (Imphy Decize)

0

La Coupe de France est construite de belles histoires, avec des clubs, des joueurs, des dirigeants, des supporters, des villages ou villes entières qui se mettent à rêver pour leur club. Stadito vous propose aujourd’hui de partir à la découverte de l’équipe du Sud Nivernais Imphy Decize, évoluant en R1. Appartenant, au district Nièvre, et à la Ligue Bourgogne-Franche-Comté, celle ci est parvenue à se qualifier pour les 1/32 de finale de la Coupe de France. Pour Stadito, Romain Devoucoux a accepté de revenir sur la belle aventure connue par son club, avant d’affronter le Canet Roussillon FC.

Le parcours de l’équipe

3ème tour : ES Brogelienne (R3) 1-3 Sud Nivernais Imphy Decize
4ème tour : Sud Nivernais Imphy Decize 7-0 JS Montchanin Odra (R3)
5ème tour : Sud Nivernais Imphy Decize 3-1 Selongey SC (N3)
6ème tour : Stade Auxerrois (R1) 0-4 Sud Nivernais Imphy Decize
7ème tour : Bron Grand Lyon (R2) 0-3 Sud Nivernais Imphy Decize
8ème tour : Sud Nivernais Imphy Decize 3-0 Bergerac Périgord FC (N2)

Présentation du joueur
Romain Devoucoux

« J’ai 29 ans, je suis joueur du SNID depuis maintenant huit ans et j’évolue au poste de latéral droit. Je suis employé au club en tant que Responsable Technique du Secteur Jeune. C’est la première fois que j’atteins les 1/32 de finale. J’ai déjà fait un 8ème tour avec le club à Raon-l’Étape, où on se fait sortir 4-0, il n’y a pas eu de match. »

Le SNID en 1/32
« Un exploit »

« C’est un exploit ! Surtout à la vue de notre parcours. On sort une R1, une N3 et une N2, sur des scores importants. Un exploit parce que jusque-là, nous n’étions pas un club de Coupe, surtout depuis trois, quatre ans… On se faisait sortir dès notre entrée dans cette compétition, ou presque. »

Le match face à Bergerac
« rien ne pouvait nous arriver »

« Personnellement, j’étais blessé lors de cette rencontre, je me suis fait une déchirure aux adducteurs lors du tour précédent à Bron. J’ai donc vécu cette rencontre sur le banc avec le staff. C’était incroyable, on sentait, que ce soir-là, rien ne pouvait nous arriver. On aurait pu jouer quatre heures, nous n’aurions pas pris de but. Il n’y a pas eu la peur de passer à côté car sur ce match nous n’avions rien à perdre. On jouait une N2, prétendant à la montée en N1, on avait tout à gagner. »

Un moment unique
« on pleurait tellement il y avait de joie »

« Au coup de sifflet final, j’ai tout de suite pensé à ma femme et mes enfants, qui étaient restés au chaud à la maison… Dans ma tête c’était extraordinaire. Nous, pensionnaire de R1, on va participer à un 1/32 de finale de la Coupe de France. Avec certains coéquipiers, on pleurait tellement il y avait de joie, de fierté. Toute la pression des dernières semaines retombait. Il y a eu une vraie communion avec nos supporters, on a fait le cri de guerre sur le terrain avec les jeunes du club, on a fait un clapping avec le public, c’était énorme !!! Quand on est arrivé au foyer, on était de « vraies stars » !! »

Crédit image : Christophe Masson

Un exploit déjà réalisé face à Selongey
« marquer l’histoire du club »

« On avait tous à cœur de marquer l’histoire du club, l’histoire du football nivernais ! On a une équipe de vieux, comme on se dit, avec pas mal de trentenaires. On a, pour la plupart, tous évolué à un niveau supérieur. On sait ce que représente et ce qu’implique un tel match. On savait que l’on pouvait le faire, qu’on allait le faire ! Pour anecdote, au tirage, j’ai dit à mes coéquipiers, on les sort 2-0… Finalement, on a fait mieux. »

Un engouement à la hauteur de l’événement
« tout le monde me parle de ça »

« C’est incroyable ! En tant que joueur, je n’ai jamais connu autant d’émotions et d’engouement autour du club. Dans le cadre de mon travail, quand je me déplace sur les terrains, tout le monde me parle de ça. On a le sentiment que tout le département est derrière nous. On reçoit des messages de coachs ou de joueurs d’autres clubs nivernais pour nous féliciter, nous encourager. C’est fou ! »

Prochaine étape, Canet Roussillon FC
« je ne connais pas du tout cette équipe »

« Sur le coup, forcément déçu… On rêvait tous de Monaco, Saint-Étienne,… On avait cinq Ligue 1, trois Ligue 2, et là, pas le temps de rêver, deuxième boule tirée et on se déplace à Canet. Après coup, je me dis que tout est jouable et que l’on peut encore continuer cette aventure. On peut rêver d’un 1/16 de finale. Avec les collègues, on s’est dit « Ils n’ont pas voulu nous donner un gros, on va aller le chercher ! ». Personnellement, je ne connais pas du tout cette équipe. Mon premier réflexe après le tirage a été d’aller voir leur parcours, leur classement. »

Un beau cadeau de Noël
« préparer ce match au mieux »

« C’est un cadeau magnifique ! J’étais dégouté d’être blessé, et mes coéquipiers m’ont offert un 1/32 de finale. Maintenant, on va préparer ce match au mieux et continuer de rêver. »

Crédit image : Christophe Masson

La Coupe transcende
« on est capable de se sublimer »

« Cette aventure nous a vraiment souder, l’esprit d’équipe et l’investissement n’ont jamais été aussi bons. Maintenant, on est capable de se sublimer même en championnat, à l’image du dernier match contre Mâcon que l’on gagne 2-1 à dix contre onze pendant plus d’une heure ! On est actuellement troisième, et l’objectif est de se mêler le plus longtemps possible à la montée en N3. On va jouer les outsiders à fond, un rôle qui nous va bien. »

La Coupe de France, c’est…
« la compétition de tous les possibles »

« Tous les rêves sont permis car elle permet aux amateurs de vivre des émotions intenses qu’aucune autre compétition ne peut donner. »

Un dernier mot
« Le sport ne forge pas le caractère, il le révèle »

« Cela définit bien notre parcours. On se révèle au fur et à mesure que la compétition et la saison avance, et on espère bien ne pas s’arrêter là. »

Stadito remercie Romain Devoucoux pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour ce 1/32 de finale de Coupe de France.

 

Le précédent Rêve de Coupe :

Coupe de France : Le Rêve de Coupe par Fanch Weyders (AS Fabrègues)

You may also like

More in A LA UNE