Le Rêve de Coupe par Mathis Henrio (Stella-Maris Douarnenez)

Club amateur de Régional 2, la Stella Maris de Douarnenez avait l’honneur de recevoir le FC Lorient lors du 7e tour de Coupe de France. Nous avons pu contacter le gardien de la Stella, Mathis Henrio, qui nous a livré son ressenti sur cette rencontre si particulière pour un club amateur.

Présentation

Étudiant en droit à la fac de Quimper, Mathis Henrio (19 ans) n’évolue avec l’équipe première de Douarnenez que depuis la saison passée. Il a notamment connu ses premières émotions en Coupe de France l’année dernière, atteignant le 5e tour mais étant éliminé aux tirs au but face à Locminé après avoir mené 1-0 pendant le match.

La motivation était donc décuplée cette saison avec l’envie de faire encore mieux comme il nous l’explique : « L’élimination l’an passé contre Locminé avait été extrêmement frustrante avec un gros sentiment de travail non terminé. Mais au final cette désillusion a permis au groupe de se souder encore plus et de prendre en maturité. Tout le monde avait pour objectif cette saison d’arriver au moins aussi loin ou plus déjà pour nous mais aussi pour le club qui n’avait pas atteint ce stade en Coupe de France depuis très longtemps ».

Photo : Béatrice Le Grand

Le tirage au sort

Au final, les Douarnenistes font bien mieux que la saison passée en passant le 6e tour au détriment de Pleudihen (victoire 2-0), atteignant ainsi le 7e tour, synonyme d’entrée en lice des clubs de Ligue 2. Vient alors le moment du tirage au sort où le club finistérien tombe sur le jackpot en recevant le FC Lorient. Mathis Henrio nous raconte comment il a appris la nouvelle : « Quand le tirage est tombé, j’étais en amphi et j’ai failli me lever et crier mais j’ai eu le temps de me raisonner (rires). A partir de là, des messages de partout, les amis, entre les joueurs et dirigeants du club, c’était la folie, toute la ville bougeait pour l’événement. On ne pouvait pas espérer mieux, je ne sais pas s’il est possible d’être déçu d’un tel tirage, vraiment que de la joie et aucune déception puisque c’était le match rêvé et espéré par tous ».

La préparation

Suite au tirage au sort, la Stella Maris se doit de préparer au mieux cette rencontre malgré les 5 divisions qui séparent les deux équipes. Le jeune gardien revient sur ces moments si particuliers : « Avant d’y penser à 100%, on avait deux matchs de championnat et on se devait de les gagner pour arriver le mieux possible dans les têtes. Une fois ces matchs passés, on avait la semaine entière pour ne penser qu’à ça. Pendant la semaine, un groupe a été délimité et les exercices étaient plus spécifiques au match qui arrivait ».

Par ailleurs, nous lui avons également demandé comment vivait-il personnellement cet avant-match, excitation ou stress ? « C’était clairement de l’excitation, je ne veux pas parler de stress puisque dans ces moments il ne peut qu’être négatif. Il faut le transformer en excitation pour profiter au maximum de ce qui allait se passer« .

Jour de match

Le jour J arrive enfin mais tout ne se passe pas comme prévu pour les joueurs locaux qui se retrouvent menés 4-0 après moins de 30 minutes de jeu. « On a plutôt bien commencé le match, les 5 premières minutes, mais les Lorientais ont rapidement su nous gérer. Ils étaient impressionnants, le déchet technique quasi inexistant et leurs mouvements en permanence nous ont surpris. Une fois leur premier but marqué, ils ont déroulé et on ne savait plus comment réagir«  nous explique Mathis Henrio.

Le match est donc déjà plié dès la demi-heure de jeu et on peut s’attendre à ce que la Stella Maris vive une longue après-midi ponctuée par un score fleuve. Pourtant, ce n’est pas le cas et les hommes de Tanguy Niox résistent à ceux de Mickaël Landreau pendant plus d’une heure. Le score final de ce match s’élève donc à 4-0 en faveur des Merlus, mettant ainsi un terme au beau parcours en Coupe de France de Douarnenez pour cette saison.

Haie d’honneur des joueurs lorientais pour la sortie des Douarnenistes. C’est aussi ça l’esprit Coupe de France. – Photo : Christian Rose

Échange avec Mickaël Landreau

Au coup de sifflet final, on a notamment pu apercevoir Mickaël Landreau venir féliciter les joueurs de la Stella et plus particulièrement Mathis Henrio. « Il a félicité l’équipe pour notre parcours en nous souhaitant bonne chance pour la suite du championnat. Ensuite personnellement il m’a félicité pour mon match et m’a dit que l’arrêt le plus difficile que j’avais eu à faire était celui face à mon défenseur, Thomas Eatir (qui avait dû oublier de s’étirer), qui a voulu dégager un ballon qui arrivait d’un côté qu’il a tapé en force en direction du but. Dans ce genre de match, il est forcément plus facile pour un gardien de se mettre en évidence que pour un attaquant, le ballon étant plus souvent dans nos 18m que dans les 18m adverses. Mickaël Landreau est vraiment un grand monsieur, comme tout le staff et les joueurs du FCL qui ont été vraiment sympas avec nous ».

L’ambiance

Enfin, Mathis Henrio revient sur l’atmosphère si particulière qui régnait au stade Xavier Trellu lors de ce samedi après-midi pas comme les autres pour la ville de Douarnenez :« L’ambiance était folle. Déjà, quand on est arrivé après avoir mangé tous ensemble, il y avait la queue pour rentrer dans le stade. Une fois dedans, on a pris connaissance des tifos que les membres du club avaient préparé, c’était incroyable alors que le stade n’était pas rempli. Quand on est sorti des vestiaires pour aller s’échauffer, dès que l’on a passé le tunnel, on a découvert le stade rempli en totalité, c’était réellement fou. Le fait qu’il soit déjà rempli à l’échauffement était une bonne chose, ça m’a permis de prendre le temps de profiter, de me mettre dans ma bulle et de ne pas être impressionné quand on reviendrait pour débuter le match.

La foule des grands jours était présente au stade Xavier Trellu.- Photo : Rodolphe Pochet

Il ajoute : « Je l’ai vraiment ressenti comme de l’énergie positive, j’adore ces ambiances que j’avais déjà pu connaître en Coupe Gambardella à Quimper même si le nombre de spectateurs était moins élevé, le stade était rempli à sa dimension. Là, je pense que l’on était pas loin des 3 600 personnes, en comptant le kop lorientais qui a été lui aussi vraiment agréable tout au long du match et de la 2e période où j’étais juste devant eux. Dans tous les cas ce match restera dans la tête de tous les joueurs, ce fut une expérience folle qui ne demande qu’à être renouvelée puisque quand on goûte à ce genre de match, il est difficile de ne pas vouloir en rejouer. Tout cela dépendra de nous et des tirages mais on sait que cela risque de ne peut-être pas se reproduire ».

Mathis Henrio avec derrière lui le kop lorientais.

 

Stadito remercie Mathis Henrio pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite de la saison.

Lire plus :

Coupe de France : Programme et résultats du 8ème tour

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *