A LA UNEACTUALITÉAmateurCoupe de FranceFranceInterviewito

Coupe de France : le Rêve de Coupe par Florian Noyer (FC Valdaine)

0

La Coupe de France est construite de belles histoires, avec des clubs, des joueurs, des dirigeants, des supporters, des villages ou villes entières qui se mettent à rêver pour leur club. Stadito vous propose aujourd’hui de découvrir le récit du parcours de l’équipe du FC Valdaine, évoluant en R3. Appartenant, au district Drôme-Ardèche, et à la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes, celle-ci est parvenu à se qualifier pour le 7ème tour de la Coupe de France. Cela vous est conté par le capitaine de l’équipe, Florian Noyer.

Le parcours de l’équipe

1er tour    : AS Berg Helvie (D1) 1-3 FC Valdaine
2ème tour : FC Valdaine 1-1 (TAB : 5-4) Olympique Ruomsois (R3)
3ème tour : AS Algérienne Villeurbanne (D2) 1-2 FC Valdaine
4ème tour : FC Rambertois (D3) 1-4 FC Valdaine
5ème tour : FC Valdaine 1-1 (TAB : 4-1) Côte Chaude SP (R1)
6ème tour : FC Valdaine 1-0 ES Vallières (R1)

Présentation du joueur
Florian NOYER

« Je m’appelle Florian Noyer, j’aurais 35 ans dans quelques mois et je travaille pour une marque de Sports Collectifs. Je joue au Football depuis mon plus jeune âge donc depuis bientôt 30 ans. »

Un premier 7ème tour pour le joueur
« cela représente beaucoup de choses »

« C’est la première fois que j’atteins le 7ème Tour. On avait déjà fait deux 6ème tour avec le FC Valdaine, dont un il y a deux ans face au FC Limonest de Sidney Govou. Cela avait été une grande fête pour le Club. Mais nous n’avions pas franchi cette étape. Là on a réussi à le faire, cela représente beaucoup, le FC Valdaine c’est mon Club, le club ou j’ai commencé à jouer, d’où je suis parti puis revenu. Mon père en est le président, mon frère un coéquipier, mon grand-père un dirigeant indéboulonnable, les dirigeants et les joueurs sont des amis. On est une grande famille ! La qualification c’est une grande émotion personnelle mais aussi et surtout collective. Quand on voit la joie des gens sur les visages à la fin du match c’est un super moment à vivre. »

La joie de l’équipe du FC Valdaine après la qualification obtenue. Crédit photo : France Bleu

Pas de matchs faciles
« c’est le 2ème tour qui a été le déclic »
« Aucuns matchs faciles !!! Sur trois des quatre premiers tours déjà, on est mené au score. Je n’étais pas présent au 1er Tour mais j’ai suivi de loin et il a fallu s’employer pour passer. Au second, on reçoit une équipe que l’on connaît bien, l’Olympique Ruomsois, son président est un ami, nos coachs respectifs sont amis, les joueurs se connaissent​. On se qualifie aux pénaltys contre une belle équipe de R3 qui je l’espère accédera à l’échelon supérieur en fin de saison. C’est peut être de là que tout est parti . Aux 3ème et 4ème tour, pas simple mais on fait respecter la hiérarchie. Et puis voilà, les 5ème et 6ème, on s’est arraché, 120 minutes puis les pénalty contre Côte Chaude et 90 minutes contre Vallières à tenir. Ces deux matchs de toute façon c’était l’exploit ou rien. C’est pour ça que je dirais que le 2ème tour a peut-être été le déclic de notre parcours. »
Deux exploits avant le 7ème tour
« la force d’une équipe de copains »

« Avant le 5ème tour, le club n’avait jamais éliminé un club de l’élite régionale. Mais, le 5ème tour contre Côte Chaude, on va dire qu’on le domine pendant la première mi-temps avec beaucoup d’occasions, mais nous n’avons pas marqué. On se retrouve à la pause à 0-0, on savait que ça allait être compliqué physiquement. En plus, aux alentours de la 70ème, ils marquent sur un but venu d’ailleurs extraordinaire, avec le ballon qui passe juste en dessous de la barre. Tout le monde nous voyait sortir de la compétition et puis on a le bonheur d’égaliser cinq minutes après. Et, après c’est la force mentale et la force d’une équipe de copains qui serrent les dents pendant les prolongations, et qui se qualifie avec une grosse partition de notre gardien sur une séance de penalty. Le 6ème tour est totalement différent, puisque l’on fait un gros premier quart d’heure. On a la chance de marquer, et puis derrière on a plus trop d’occasion. Il a fallu être solidaire et être très très fort dans les têtes pour ne pas lâcher, en sachant que l’on menait 1-0 à la mi-temps. Quand je regardais tout mes collègues, il y en a deux trois, et moi le premier, avec qui on commence à serrer les dents, ça commence à être très difficile physiquement. La deuxième mi-temps a été compliquée, mais à la fin on arrive à tenir ! Je ne suis pas sûr que l’on fasse une frappe au but dans la deuxième mi-temps, mais on a tenu, on a été très costaud. Avant le 6ème tour, bizarrement, il y a avait énormément de confiance. Tous les joueurs y croyaient. Je pense que c’est le fait d’avoir éliminé une R1 au tour précédent qui nous a mis en confiance. Forcément de l’excitation, mais surtout beaucoup de confiance, on était sûr de nous, et on savait que l’on avait la possibilité de passer. »

Prochaine étape, Fabrègues
« un infime espoir de passer et d’y croire »
« Personnellement, je ne connais absolument pas cette équipe puisque l’on fait parti de la Ligue Rhône-Alpes et eux du Languedoc-Roussillon. La seule chose c’est que depuis le tirage, on regarde un petit peu leur classement, leurs résultats. Ça a l’air d’être une belle formation, bien placée dans son groupe de N3. Voilà, c’est un niveau supérieur encore. Très clairement, la première impression, c’est la déception parce que d’une part le niveau national ne nous permet pas de jouer dans un de nos stades du club, que ce soit à Puy Saint-Martin, ou à Cleon, qui sont des petits villages et qui ne sont qualifiés pour jouer ce 7ème tour contre une N3. Donc, déjà on doit jouer hors de nos bases, même si on sera à Montélimar juste à côté. Après, dans notre groupe de tirage, il y avait quand même le Nîmes Olympique, le GFC Ajaccio, Marseille-Consolat, ou même le FC Martigues, en N2. Voilà, c’est des clubs qui parlent au niveau football. Je ne vais pas dénigrer Fabrègues, mais bon c’est vrai que l’on aurait espéré prendre plus gros. Après, on a malgré tout un infime espoir de passer et d’y croire, donc c’est le point positif de ce tirage. Si on avait pris plus gros, ça aurait été quasi impossible de passer, là on a quand même cette petite étincelle qui va nous y faire croire. »
Un appel aux supporters
« Montélimar, c’est à 20 minutes de chez nous »
« Au 5ème tour, on fait à peu près 400 personnes chez nous, 600-700 au 6ème. Montélimar, c’est à 20 minutes de chez nous. Donc, j’espère que les gens du club vont nous suivre. Je crois que  la tribune du stade où l’on va jouer, peu accueillir près de 1 200 personnes. J’espère qu’elle sera remplie le 12 novembre pour la réception de Fabrègues. »

Qui dit belle affiche en Coupe de France, dit bon chiffre d’affaires à la buvette du stade. Crédit photo : FC Valdaine

Concilier la Coupe et le Championnat
« on laisse des plumes »

« Forcément ! Je crois que tout ceux qui font un long parcours en Coupe de France en pâtissent un peu par rapport au championnat. Il nous est arrivé d’aborder un match de championnat avec quatre joueurs importants en moins. Puis, l’envie peut aussi disparaître sur ce genre de match. Même, s’il on a un groupe assez large, forcément, on laisse des plumes dans la Coupe de France. »

Garder les pieds sur terre
« on sait d’où on vient, on sait qui on est »

« On reste un petit club de 220 licenciés, qui comprend 3 villages de 700 habitants. On sait d’où on vient, on sait qui on est. L’année dernière, on a fait une saison exceptionnelle pour réaliser le doublé Coupe-Championnat au niveau du comité Drôme-Ardèche. On est monté en Ligue pour la première fois de la vie du club. On a un bel effectif, avec des joueurs qui ont évolué plus haut, on est ambitieux on veut jouer le haut du tableau. Maintenant, on ne refusera pas une montée si elle se présente, mais ce n’est pas l’objectif et ce n’est pas la Coupe de France qui va nous faire changer d’objectif. Même si, en éliminant deux équipes de R1 de suite, ça nous prouve que l’on a peut-être le niveau pour y être nous aussi. »

La Coupe de France est…
Émotion

« Je suis en fin de ma petite carrière, je vais avoir 35 ans, et ce qui ressort de la Coupe de France c’est l’émotion que ça me procure, ainsi qu’aux autres personnes, que ce soit les joueurs, le public ou les dirigeants. »

« Rien n’est impossible »

« Ça fait deux ans que l’on vit sur un nuage. On remporte le championnat excellence la saison dernière, ainsi que la Coupe Xavier Bouvier, on fait un bon début de championnat malgré tout en Ligue, pour la première fois de la vie du club, nous voilà au 7ème tour de la Coupe de France en faisant deux exploits… Je ne sais pas où notre équipe va s’arrêter. »

Stadito remercie Florian Noyer pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour ce 7ème tour de Coupe de France.

Le précédent Rêve de Coupe :

https://stadito.fr/2017/11/07/coupe-de-france-reve-de-coupe-mathieu-adeniyi-us-liffre/

You may also like

More in A LA UNE