A LA UNEACTUALITÉLigue 1OM

OM / PSG : Ils devaient porter Marseille au sommet, ils se retrouvent écartés

0

Ils devaient être les leaders de « L’OM Champions Project ». Mais, pour diverses raisons, ces joueurs ont finalement glissé dans la hiérarchie. Les mauvaises performances et/ou le passage au 4-2-3-1 ont eu raison de leur place de titulaire. Ce soir, face au PSG (21h), aucun d’entre eux ne devraient débuter dans le onze de Marseille. Un simple passage à vide ou déjà une fatalité ?

Morgan Sanson

Pourquoi il était attendu ?

Arrivé l’hiver dernier en provenance de Montpellier, Morgan Sanson était l’une des valeurs montantes de notre championnat. Doté d’une excellente vision du jeu, à l’aise techniquement et très bon passeur, le jeune milieu français (23 ans) représentait l’achat idoine pour Franck McCourt : un joueur au potentiel certain, apte à porter les ambitions marseillaises à court et moyen terme, et dont le prix n’avait pas encore flambé. Marseille a tout de même lâché un peu plus de 12 millions d’euros pour s’attacher ses services, mais ses six premiers mois sur la Canebière ont semblé justifier cet investissement. Sanson a fini meilleur passeur de Ligue 1 en 2016-2017 (12 offrandes) et son entente florissante avec Florian Thauvin et Dimitri Payet laissait augurer de belles perspectives.

Pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Sanson a été victime du changement tactique opéré par Rudi Garcia après la défaite face à Rennes (1-3). Installé dans une position de relayeur dans un 4-3-3 depuis son arrivée, l’ancien héraultais a été poussé sur le banc suite au passage en 4-2-3-1. Le 4-3-3 causait trop de déséquilibre en phases défensives, lors desquelles les milieux phocéens étaient constamment aspirés vers l’avant. Le 4-2-3-1 offre plus de sécurité. Et Sanson n’a pas le meilleur profil pour être l’un des deux milieux positionnés en sentinelle, devant la défense, où Luiz Gustavo et Franck Zambo-Anguissa lui sont préférés.

Sanson a inscrit deux buts depuis le début de la saison © Jonathan Tunick

Sanson a inscrit deux buts depuis le début de la saison © Jonathan Tunick

Quelles sont ses perspectives ?

L’horizon n’est pas complètement bouché pour autant. Sanson représente un trop gros potentiel pour rester sur le banc indéfiniment. Polyvalent, il est également capable d’évoluer en meneur de jeu, ou sur un côté au sein du 4-2-3-1 mis en place par Garcia. Malgré tout, sauf blessure ou nouveau changement de schéma, Sanson devrait encore rester quelques temps cantonné à un rôle de remplaçant.

aa

Maxime Lopez

Pourquoi il était attendu ?

Parce que c’est un pur produit du centre de formation marseillais. Il est très rare de voir les minots s’imposer sous la tunique olympienne, et Maxime Lopez fait partie de cette caste. Rapidement installé au milieu de terrain par Rudi Garcia, Lopez est sûrement le premier gros potentiel formé à Marseille depuis Samir Nasri, qui s’est envolé pour l’Angleterre il y a déjà 9 ans. Une éternité. Plutôt timide à ses débuts, le jeune phocéen s’est rapidement fait le garant de l’orientation du jeu de son équipe. Le projet marseillais, c’est aussi lui qui l’incarnait.

Maxime Lopez doit encore attendre son heure ... Sanson a inscrit deux buts depuis le début de la saison © Jonathan Tunick

Maxime Lopez doit encore attendre son heure … © Jonathan Tunick

Pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Sensiblement pour les mêmes raisons que Morgan Sanson. On avait déjà commencé à observer une légère baisse de régime chez le minot lors de la seconde moitié du dernier exercice. L’euphorie des premières sorties a peu à peu laissé place à des performances plus inégales, marquées par un déchet technique assez élevé et un placement incertain à la perte du ballon. Alors qu’il commençait à voir sa place contestée dans un 4-3-3, il ne pouvait espérer la conserver après le passage en 4-2-3-1.

Quelles sont ses perspectives ?

Comme pour Sanson, il est difficile de penser qu’il restera éternellement sur le banc de touche. Il n’y a pas lieu de remettre en question les capacités et la marge de progression d’un joueur régulièrement annoncé du côté du Barça. Pour autant, Lopez a clairement glissé dans la hiérarchie. A ce jour, il n’est guère qu’un quatrième choix dans un milieu de terrain à deux récupérateurs. Et il lui faudra cravacher pour se refaire une place de choix dans le onze titulaire.

 

aa

Patrice Evra

Pourquoi il était attendu ?

C’était la première pierre de « L’OM Champions Project ». Le premier nom d’envergure à débarquer dans l’effectif marseillais. Recruté libre après son départ de la Juventus en janvier dernier, Evra affirmait ne pas venir en Ligue 1 en pré-retraite. Tonton Pat’ n’était pas encore bon pour la casse. Au-delà de sa grande expérience, le bonhomme restait tout de même sur une finale d’Euro avec l’Équipe de France et un titre de Champion d’Italie avec la Vieille Dame. Et, de surcroît, il était aussi ce meneur d’homme dont l’OM avait besoin.

Evra a du mal depuis son arrivée à Marseille

Evra a du mal depuis son arrivée à Marseille

Pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Parce que, depuis son arrivée, Evra n’est guère resté qu’un nom d’envergure, à défaut d’un joueur qualitativement important pour l’OM. Hormis une vraie belle performance face à Nice en mai dernier, l’ancien mancunien fut régulièrement dépassé par les événements, incapable de verrouiller son couloir ou même d’amener le danger offensivement. Recruté cet été à Aston Villa, Jordan Amavi n’a pas mis beaucoup de temps à devenir le titulaire indiscutable au poste de latéral gauche. Malheureusement, Evra fait désormais plus parler de lui pour ses vidéos sur Instagram que pour son jeu sur le terrain.

 

Quelles sont ses perspectives ?

Elles semblent assez limitées. Aujourd’hui, il apparaît presque impensable que Patrice Evra renverse la hiérarchie à son avantage. Son contrat se termine en juin prochain, et il est même peu probable de l’imaginer prolonger son bail au-delà de cette date butoir. Son aventure phocéenne ressemble de plus en plus à celle de Bixente Lizarazu, en 2004. A l’époque, l’international tricolore était d’ailleurs parti dès le mercato hivernal.

aa

Valère Germain

Pourquoi il était attendu ?

Après le départ de Bafétimbi Gomis vers Galatasaray, Valère Germain devait devenir le nouveau buteur de l’OM. Débarqué de Monaco avec un statut de Champion de France et de demi-finaliste de C1, le fils de Bruno – lui aussi passé par Marseille – devait enfin s’émanciper et gagner en légitimité en revêtant la tunique ciel et blanche. Son triplé contre Ostende, au troisième tour préliminaire de Ligue Europa (4-2), ressemblait même à l’acte de naissance d’une relation passionnée avec le public marseillais.

Valère Germain a inscrit 10 buts en Ligue 1 avec Monaco la saison dernière © Jonathan Tunick

Valère Germain a inscrit 10 buts en Ligue 1 avec Monaco la saison dernière © Jonathan Tunick

Pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Parce que Germain n’a pas su confirmer. A l’exception d’un doublé face à Domzale (3-0), en barrage de C3, l’ancien monégasque rencontre de gros soucis d’efficacité. Germain n’a toujours pas ouvert son compteur en championnat, ce qui lui a assez rapidement fait perdre sa place de titulaire. Clinton N’Jie a offert une première alternative (5 buts en Ligue 1), et c’est désormais Kostas Mitroglou qui tient la corde pour occuper la pointe de l’attaque.

Quelles sont ses perspectives ?

Difficile à dire. Germain n’est pas un pur buteur, et il a toujours préféré évoluer dans un système à deux attaquants (avec Ben Arfa ou Pléa à Nice, puis avec Falcao ou Mbappé à Monaco). Pour l’heure, il n’a toujours pas eu cette possibilité à Marseille. Son profil apparaît complémentaire à celui de Mitroglou, mais, pour les aligner ensemble, Rudi Garcia devrait à nouveau modifier son schéma de jeu. Pas sûr que ce soit le cas pour le moment.

Lire plus :

https://stadito.fr/2017/04/30/morgan-sanson-horizon-bleu-ciel/

You may also like

More in A LA UNE