A LA UNEACTUALITÉFFF

[Reportage] Futurs agents : Ils veulent dénicher les stars de demain

0

Tous les ans, des étudiants passent le concours de la Fédération Française de Football afin d’obtenir la licence d’agent sportif. Pour réussir, certains décident d’intégrer des écoles qui préparent à l’examen. Certains de ces étudiants ont choisi Nantes pour effectuer leur formation.

Dans les couloirs du stade de la Beaujoire, quasiment personne. Quelques employés passent des coups de téléphone. L’équipe du FC Nantes, elle, n’est pas au stade. Elle prépare son match face à Bordeaux.

Pourtant, tous les jours depuis le 2 octobre, il y a bien des individus qui occupent l’enceinte : les étudiants de l’École des agents de joueurs de football (EAJF). Ils sont une vingtaine et viennent quotidiennement suivre des cours donnés par des professionnels. Pierre Jaffre et Romain Fraboulet font partie du groupe. Leur dossier a été sélectionné, puis ils ont passé avec succès l’entretien téléphonique qui ouvre la voie au cursus proposé par l’EAJF. Ils en sont à la deuxième étape de cette formation : le présentiel. Ils assistent donc à des cours, essentiellement des notions de droit, au cœur même du stade des Jaunes et Verts. D’autres sont au Stade Pierre Mauroy de Lille, au Vélodrome, à Charléty (Paris) ou encore au Groupama Stadium, à Lyon… et ce jusqu’au 20 octobre.

Romain se réjouit du cadre de la formation.

« C’est clair que l’environnement est sympa », sourit Romain. Et pour cause. Ils ont vue sur une des plus belles pelouses de France, là où, toutes les deux semaines, des milliers de spectateur viennent soutenir leurs joueurs. Ces joueurs, ils rêvent de pouvoir les gérer un jour. Mais ils le savent, avoir la licence d’agent sportif sera compliqué. C’est pour ça qu’ils ont souhaité passer par l’EAJF, une des seules écoles qui propose cette sorte de « prépa » à l’examen pour obtenir le graal.

Créer du réseau

Pierre, 26 ans, a découvert cette formation un peu par hasard. « C’était il y a trois ou quatre ans, j’ai vu une pub pour l’école. J’ai cliqué, je suis allé sur le site et je me suis dit pourquoi pas ». Mais le jeune homme ne s’est pas lancé de suite. Titulaire d’une licence STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), il a notamment attendu pour mettre de l’argent de côté. Pour participer à la formation, les deux étudiants affirment avoir payé 3990 euros.

Pierre a obtenu une licence STAPS avant de rentrer à l’EAJF.

Pour Romain, 20 ans cela s’est fait plus naturellement. « Mon père a déjà travaillé pour des agents de la FFF, explique-t-il. Je voulais faire quelque chose qui regroupait la négociation, les langues, le foot… ».
Les parcours des étudiants sont plutôt diversifiés, si l’on se fie aux témoignages des deux garçons. « Il y en a un qui vient de Barcelone, un autre d’Angleterre. Pour les âges, cela va de 19 ans à 48 ans. » Et parmi tous leurs camarades, une seule fille… « Pour l’instant, on s’entend tous très bien dans cette promo. Au départ, j’avais un peu peur qu’on ne se mélange pas, mais ça se passe super bien », se réjouit Pierre. « C’est aussi très intéressant car cela nous permet de nous partager nos réseaux. On rencontre d’autres étudiants qui ont déjà plus ou moins des contacts », ajoute Romain. Le réseau, une notion primordial dans le monde des agents, réputé difficile. « C’est sûr que dès le début de notre carrière, pour avoir de la crédibilité, on n’a pas le droit à l’erreur », glisse Pierre.

Des épreuves sélectives

Ils sont donc nombreux à prétendre obtenir cette licence d’agent délivrée par la FFF, qui leur ouvrirait les porte du monde du football, en France comme à l’étranger. Mais pour cela, ils doivent travailler dur. Depuis juin, ils effectuent déjà du « E-learning », qui consiste à apprendre ses cours sur Internet. Ces notions sont réexpliquées par des intervenants spécialisés dans les différents types de droits ( droit des contrats, droit du sport, droit fiscal, droit des sociétés,…) durant ces trois semaines d’octobre. Pour le moment, les deux étudiants n’en retirent que du positif. Seul léger bémol, « j’aurais souhaité qu’on nous apprenne à engager une conversation », déclare Romain. Puis, la première partie de l’examen, sur le droit général, se déroule en novembre. « Il faudra avoir au moins 10/20, sinon, on doit arrêter », détaille Pierre. S’ensuivra un séminaire au sein d’un club, avant une deuxième période de présentiel où ils apprendront des réglementations spécifique.

Les étudiants possèdent des manuels pour leur formation.

Pour finir, la seconde partie de l’examen, où les étudiants devront obtenir au moins 14/20. Mais ils ne seront pas les seuls candidats. Certains peuvent passer l’examen en candidat libre, c’est à dire sans avoir connu de préparation particulière. C’est d’ailleurs ce que compte faire Romain si jamais il échoue cette année. Pierre, lui, ne sait pas. Une chose est sûre, il restera dans le monde du sport. Mais les deux jeunes hommes, motivés, préfèrent penser de façon positive et travailler. Et pour cause : les premières échéances ne vont pas tarder à arriver.

Lire plus :

https://stadito.fr/2017/10/15/julian-jeanvier-force-tranquille/

You may also like

More in A LA UNE