Futsal : Un barrage historique apogée d’une progression fulgurante

L’évolution d’une discipline spectaculaire

Populaire en Belgique, le futsal n’est que mineur en France. Discipline « spectaculaire », ce sport en salle n’existait pas en France il y a de ça vingt ans. Alors que la France du football grandi, se développe, le « Foot en salle » commence à être joué un peu partout en France. Sans règle ni norme, ce football pratiqué en salle est un complément à celui exercé en herbe les jours d’intempéries. Les ballons en feutrine jaune se propagent en France alors que, tout au Nord de l’Hexagone, le ballon lesté, si spécifique au « FUTSAL » est lui préféré. Venu de Belgique, cette discipline met du temps à s’imposer et à se généraliser dans tout le pays. « La région du Nord est historique pour le Futsal, elle est précurseur dans le domaine » nous confie Pierre Jacky. A ce jour, les Hauts-de-France comptabilisent 25 000 licenciés futsal, ce qui en fait la deuxième région de France derrière l’Île-de-France après avoir longuement été la première.

Djamel Haroun, portier des Bleus depuis de longues années, se souvient des débuts. « En équipe de France, j’ai tout connu. Des roustes que l’on prenait contre des nations à notre première victoire à l’extérieur mais aussi des énormes déceptions comme en 2011 à Nice lorsque nous avons manqué la qualification pour l’EURO de trois buts contre le Monténégro. Après cet échec, il a fallut reconstruire un nouveau groupe et je suis fier d’être encore dans la sélection. J’espère bien que je serai dans celui qui se qualifiera pour la première fois pour une phase finale. » Cette équipe, encore amateur s’est développée au fil des années grâce à la volonté des passionnés et à la volonté des joueurs. « Le premier championnat en France a été créé en 2009 seulement. Avant il n’existait que la Coupe de France » souligne le coach Pierre Jacky.

Aujourd’hui, malgré la jeunesse de la discipline, l’équipe de France de futsal, qui possède toujours le statut amateur, se classe au 28ème rang mondial (sur 170). « Il n’y a aucune équipe amateur devant nous, nous sommes au maximum de notre potentiel par rapport aux moyens qui nous sont octroyés. Nous sommes aux portes du monde professionnel. Il y a déjà une quinzaine de nations professionnelles derrière nous au classement FIFA » se félicite Pierre Jacky, bâtisseur, avec son staff, de cette sélection.

De gauche à droite, Joevin Durot, Pierre Jacky et Djamel Haroun. Crédit : Pauline Cousin (LFHF)

Le Futsal a été bien mis en lumière par les éclosions professionnelles en herbe de talents issus de la salle comme Moussa Sao (FC Sochaux), Abdellah Zoubir (RC Lens) et encore plus grandement par Wissam Ben Yedder (FC Séville). « A 19 ans il était extraordinaire en futsal. Aujourd’hui, il serait un top player européen et un atout de plus pour la France dans un match comme celui qui arrive contre la Croatie. A l’époque nous étions fiers et heureux pour lui. Il nous aurait fait gagner cinq ans dans notre progression s’il était resté. Aujourd’hui, si un de mes joueurs faisait la même bascule vers le football en herbe, je le vivrais moins bien. » continue Pierre Jacky. Ces années de progression, l’équipe de France peut en gagner en se qualifiant pour l’EURO. « Ce serait un gros bond en avant en cas de victoire » poursuit Joevin Durot. « Même si je sens que l’on ait plus derrière nous par rapport à quand je suis arrivé il y a quatre ans, il y a encore des progrès à faire. »

Ce soir, l’équipe de France reçoit la Croatie, « une des très grandes nations du futsal » (11ème au classement FIFA) pour le barrage aller qualificatif pour l’EURO qui se déroulera en Janvier-Février 2018 en Slovénie. Cette première historique se déroulera à guichets fermés devant 4 000 personnes. Preuve que ce sport a de beaux jours devant lui.

Lire plus sur le Futsal :

Futsal : Le VAFC premier club professionnel à lancer sa section futsal

 

 

 

Buy Us a Coffee