A LA UNEACTUALITÉFC NantesFranceLigue 1Summerito

Summerito – FC Nantes : L’après Conceiçao

0

Un mois maintenant après le départ de l’homme providentiel Sergio Conceiçao, le FC Nantes tente d’oublier cet épisode rocambolesque et se prépare pour la nouvelle saison à venir. Pour le remplacer, le président Kita a vu les choses en grand en enrôlant le technicien italien Claudio Ranieri, champion d’Angleterre l’année dernière avec Leicester. Après une belle 7e place en Ligue 1 cette saison, les Canaris seront des candidats sérieux à l’Europe lors de cet exercice 2017-2018.

La saison passée

Sous les ordres de René Girard jusqu’en décembre 2016, le début du saison du FC Nantes est catastrophique. Le club est relégable à la 15e journée, après une lourde défaite à domicile face à l’OL (0-6), du jamais vu à la Beaujoire. A la suite de ce match, l’entraîneur Girard est alors limogé, après avoir seulement gagné 3 fois en 15 matchs et récolté 13 petits points avec Nantes. Philippe Mao, le coach de la CFA, assure l’intérim pour le match suivant face à Guingamp. Rien n’y fait, le FCN s’incline une nouvelle fois (0-2) au terme d’une prestation terne, ponctuée par l’exclusion d’Adrien Thomasson pour un geste dangereux. On se dit alors que le club octuple champion de France va vivre une saison bien triste, et qu’il sera très difficile de se maintenir en Ligue 1.

Waldemar Kita doit donc rapidement trouver un successeur à René Girard. Il s’appelle Sergio Conceiçao, et à l’époque, le technicien portugais est peu connu du grand public. L’ancien milieu de terrain international, passé sur les bancs de Guimaraes, Coimbra ou encore Braga, a l’avantage de parler couramment le français depuis son passage au Standard de Liège en tant que joueur (2004-2007) et en tant que coach adjoint (2010-2011). Commence alors le début d’une magnifique histoire d’amour entre Nantes et Conceiçao. Pour son premier match à la tête du FCN, l’entraîneur portugais et son équipe s’imposent 3-1 face à Montpellier, et se qualifient ainsi en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Dans ce match, on a pu voir un net progrès dans le jeu et dans les intentions. Puis, le FC Nantes reste invaincu jusqu’à la fin de l’année 2016, en remportant deux matchs de Ligue 1 sur la pelouse d’Angers (2-0) et à la Beaujoire contre Montpellier (1-0) de nouveau. Grâce à ses bonnes performances, le FC Nantes sort de la zone de relégation et respire un peu.

Les Canaris débutent l’année 2017 en ayant fait le plein de confiance. Malgré quelques revers, le FC Nantes enchaîne les succès en Ligue 1 et parvient à se hisser à la 7e place au classement, synonyme de maintien. Sous Conceiçao, l’équipe n’était plus la même. Beaucoup plus réaliste devant le but, avec un jeu tourné vers l’avant plaisant à regarder, ainsi qu’une bonne assise défensive permettant à l’équipe de prendre moins de buts, et surtout, une cohésion. L’entraîneur portugais a épaté durant ces 6 mois à la tête du club, et il est logiquement convoité. En Coupe, le FC Nantes reste sur un quart de finale perdu face à Nancy (0-2) et un seizième de finale face au LOSC (0-1).

 

Le cas Conceiçao

Certaines histoires d’amour finissent mal. C’est le cas de celle entre Sergio Conceiçao et le FC Nantes. Le 29 avril dernier, le coach portugais se voit proposer une prolongation de contrat, allant jusqu’en 2020. Elle fait suite à une victoire à domicile face à Lorient (1-0). Les supporters et dirigeants nantais sont ravis que Conceiçao prolonge, mais cela ne va pas durer. A la fin de la saison, l’entraîneur des Jaune et Vert est convoité, par un club en particulier, le FC Porto. Alors que le FC Nantes vient de prolonger Conceiçao, le club portugais rentre en contact avec ce dernier. Au fil des jours, il s’avère que l’homme de 42 ans préfère quitter le club, pour s’engager avec le FC Porto. Il explique à Waldemar Kita, que non seulement le projet du club portugais lui tient à cœur, mais surtout qu’il a besoin d’être proche de sa femme qui a un souci de santé.

Photo V. Michel/L’Equipe.

 

« Je regrette le feuilleton qui s’est produit autour de mon futur. Avant tout cela, ma situation personnelle me faisait envisager d’arrêter le foot pendant une période, une possibilité discutée avec mon ami Waldemar Kita. En ce moment, une opportunité se présente qui me permet de continuer de travailler et de vivre le foot, tout en pouvant m’occuper de mon allégeance première, la femme qui m’accompagne depuis mes 18 ans. Pour une question de santé, plus que jamais, je dois être présent tous les jours », S. Conceiçao dans un communiqué publié le 6 juin.

Un bras de fer de presque une semaine a lieu entre le FCN, le clan Conceiçao et le FC Porto. Le club portugais est prêt à engager l’entraîneur de 42 ans, mais libre. Dans l’impasse, Kita réussit tant bien que mal à trouver un accord avec Porto et Doyens Sports (agence qui s’occupe du Portugais) pour libérer Conceição. Le FC Nantes ne récupère pas d’argent dans la transaction, mais deux joueurs de Porto sont amenés à arriver. Le premier, Joris Kayembe pour un transfert sec, le second, Chidozie Awaziem en prêt avec option d’achat. L’épisode entre Conceiçao et Nantes est donc terminé. L’entraîneur portugais signe libre à Porto, et Waldemar Kita doit chercher son remplaçant.

 

Ranieri, le gros coup des Canaris

Plusieurs noms sont évoqués dans les médias pour succéder à Sergio Conceiçao à la tête du club : Paulo Sousa, Gianfranco Zola, Stefano Pioli, Paulo Bento ou encore Claudio Ranieri. Waldemar Kita veut en effet recruter un entraîneur étranger. Les discussions commencent le lundi 12 juin avec l’un d’entre eux, au Royal Monceau à Paris : Ranieri, champion d’Angleterre avec Leicester lors de la saison 2015-2016, et limogé le 23 février dernier à la suite de résultats décevants avec les Foxes (malgré une qualification en huitièmes de finale de la Ligue des Champions). Le tacticien italien est très intéressé par le projet que lui propose Kita, et le président nantais est quant à lui prêt à payer le gros salaire demandé par Ranieri de 300 000€ net par mois.

Claudio Ranieri lors de sa présensation aux médias (Photo Ouest-France).

 

Les deux parties tombent d’accords, mais il manque l’accord de la LFP et de l’Unecatef pour valider l’arrivée de Claudio Ranieri à Nantes. L’âge de Claudio Ranieri pose en effet problème, puisqu’une loi fixe la limite d’âge pour entraîner en France à 65 ans. Or, l’ancien entraîneur de Monaco a 65 ans et 7 mois en juin dernier… Même si l’Unecatef indique qu’elle n’aurait pas accordé de dérogation à l’entraîneur italien, la Commission juridique de la LFP décide d’autoriser la signature d’un contrat d’entraîneur professionnel entre le technicien italien et Nantes. Suite à ce rebondissement, Claudio Ranieri signe un contrat de 2 ans avec le FC Nantes et il arrive avec 4 adjoints. « Je suis très content d’être ici. Je connais Nantes pour le football… Je me rappelle de Nantes en Ligue 2 et de ses supporters fantastiques », s’exprime-t-il pour sa première conférence de presse, lors de sa présentation aux médias.

 

Les forces de l’équipe

  • Valentin Rongier (milieu de terrain – 22 ans) : Depuis sa grave blessure au genou en octobre 2015, le milieu de terrain formé au club n’a cessé de progresser. Il comptabilise 48 matchs en Ligue 1, et il était un titulaire indiscutable la saison dernière aux côtés de Guillaume Gillet. Très propre dans la relance et doué techniquement, le natif de Mâcon sera un des maillons forts du FC Nantes cette saison sous les ordres de Claudio Ranieri.

(Photo sports.fr)

 

  • L’attaque : Depuis la remontée, l’attaque était le plus gros point faible du FC Nantes. La saison passée, les Canaris ont marqué plus de buts qu’à leur habitude (40) et les attaquants Emiliano Sala et Préjuce Nakoulma ont brillé. Le premier a établi son record de buts en championnat (12 buts) tandis que le deuxième, recruté l’hiver dernier, a inscrit 6 buts et a été omniprésent offensivement. Au delà de l’attaque donc, ce sont vraiment ces deux joueurs qui sont sortis du lot durant la saison 2016-2017 du FCN.

P. Nakoulma (à gauche) et E. Sala (à droite) face à Bordeaux le 16 avril dernier. (Photo Ouest-France)

 

  • Diego Carlos (défenseur central – 24 ans) : Arrivé l’été dernier en Loire-Atlantique en provenance d’Estoril, le défenseur central brésilien a été une réelle satisfaction la saison dernière sous le maillot nantais. Appliqué défensivement, costaud dans les duels et capable parfois de marquer des buts (2 en Ligue 1), Diego Carlos sera sans nul doute un titulaire indiscutable en défense sous Ranieri, comme la saison dernière.

Diego Carlos pour son premier match à la Beaujoire face à Monaco en août 2016 (Photo fcnantes.com)

 

Le mercato

  • Arrivées : Dans ce mercato, le FC Nantes a recruté quatre joueurs pour le moment. Les deux premières arrivées enregistrées du côté de la Jonelière sont Joris Kayembe et Chidozie Awaziem, prévus dans l’échange avec Sergio Conceiçao, parti à Porto. Le premier (22 ans) a signé pour 4 ans au sein de la Maison Jaune, mais le Belge a été victime d’une rupture du ligament croisé au genou droit la semaine dernière. Il sera indisponible durant 6 mois environ. Le second est un défenseur central, international nigérian (2 sélections) de 20 ans. Il est prêté pour une durée d’un an à Nantes par le FC Porto. Aujourd’hui, Ciprian Tatarusanu (gardien, 31 ans) et Nicolas Pallois (défenseur central, 29 ans) sont venus renforcer l’effectif nantais. Le premier, international roumain (43 sélections) arrive de la Fiorentina et le second des Girondins de Bordeaux. Ces deux joueurs apporteront leur expérience du haut niveau aux jeunes de l’équipe. On peut également noter le retour de David Alcibiade en terres nantaises, lui qui était parti au Marbella FC la saison dernière. Initialement prévu pour l’équipe B du FC Nantes, le défenseur effectue la préparation avec l’équipe pro.

J. Kayembe (à gauche) et C. Awaziem (à droite), deux recrues en provenance de Porto (photo fcnantes.com)

 

  • Départs : Du côté des joueurs partants, trois joueurs majeurs ont quitté le club. L’expérimenté Oswaldo Vizcarrondo fut le premier. L’international vénézuélien, débarqué sur les rives de l’Erdre en 2013, a rejoint l’ESTAC, promu en Ligue 1. Le défenseur central de 33 ans est arrivé gratuit dans l’Aube. Le deuxième joueur à partir fut le prometteur Amine Harit. Après une seule saison en Ligue 1 sous les couleurs jaune et verte, le milieu de terrain offensif de 20 ans s’est engagé pour 4 ans avec Schalke 04 en Allemagne. Le FC Nantes a récupéré 10 millions d’euros pour le transfert du champion d’Europe des moins de 19 ans l’année dernière avec l’Équipe de France. Le troisième joueur à partir est un gardien. Et pas n’importe lequel, puisque Rémy Riou, au club depuis 2012, a choisi de rejoindre Alanyaspor, un club turc. Le capitaine nantais avait connu les joies de la remontée en Ligue 1 en 2013, et était un titulaire indiscutable depuis son arrivée, tout comme Vizcarrondo.

Après sa belle septième place obtenue la saison dernière (meilleur classement depuis la remontée en 2013), le FC Nantes ambitionne de viser l’Europe désormais. Le club pourra compter sur le soutien infaillible de ses supporters, toujours présents à domicile comme à l’extérieur. L’effectif nantais, renforcé par quatre arrivées lors de ce mercato, aura l’avantage d’avoir un entraîneur de renom à sa tête, avec Claudio Ranieri, champion d’Angleterre en 2016 lorsqu’il coachait Leicester. Cette équipe sera donc à suivre attentivement lors de cette nouvelle saison de Ligue 1.

 

Paroles aux supporters

Que pensent-ils du mercato ?

Marie (20 ans), supportrice du FC Nantes : « Avec ces deux nouvelles recrues (Pallois et Tatarusanu), le mercato commence enfin à bouger. C’était long à venir… à voir. Je ne connais pas les joueurs qui arrivent donc je ne ne m’avancerai pas sur eux, mais je pense qu’on peut faire confiance à Ranieri. J’espère qu’ils s’investiront et qu’ils porteront fièrement nos couleurs. Hâte de les voir à l’œuvre. Il y a également eu des départs de joueurs importants dans l’équipe. J’avoue que les départs de Vizcarrondo et Riou m’ont fait un sacré pincement au coeur car c’est une page qui se tourne. J’aurais aimé que la Beaujoire puisse leur dire au revoir comme ils le méritent car c’était des gars qui aimaient réellement le club et qui donnaient tout pour le défendre. Ils vont manquer à l’équipe car ils étaient des vrais cadres, importants. »

Thomas (20 ans), supporter des Canaris : « Les deux premières recrues viennent du meilleur échange au monde suite au départ de Sergio Conceiçao… Surtout que les deux ne sont pas assurés de commencer la saison avec la blessure aux croisés de Kayembe et les problèmes respiratoires d’Awaziem rapportés par l’Équipe. Concernant la signature de Tatarusanu, je ne vois pas l’intérêt de recruter un gardien au vu du nombre de gardiens sur le banc, dont un qui a plusieurs matchs de Ligue 1 dans les jambes (Maxime Dupé). Pour Nicolas Pallois, c’est pareil. On empile les défenseurs (Djidji, Carlos, Awaziem, Walongwa plus Basila en jeune). Après je comprends le raisonnement de Ranieri qui veut de l’expérience pour les deux postes (gardien et défenseur central) mais je pense qu’il y aurait mieux à trouver que Pallois, surtout au vu de ses statistiques au niveau des cartons… Pour les départs c’était prévu mais ce sont des départs qui sont durs à avaler sentimentalement. Que ce soit Riou ou Vizca’ ce sont des mecs qui n’ont jamais craché sur le club ou qui n’ont jamais gueulé dans les médias quand ils ne jouaient pas. Des départs encore plus tristes quand tu n’as pas pu leur faire un “au-revoir” comme ils le méritaient. Ensuite il y a le cas Harit qui est spécial. Je ne sais pas comment le voir : un joueur formé à Nantes qui va montrer ce qu’est la formation nantaise dans un club qui joue le top classement en Bundesliga ou un jeune qui part un an après ses premiers matchs pros après avoir passé la seconde partie de saison sur le banc… Je préfère me dire qu’on a eu un beau pactole pour un jeune comme lui qui, comme dit précédemment, n’a qu’une année pro dans les jambes. »

Leur avis sur Claudio Ranieri :

Marie : « En ce qui concerne Ranieri j’ai été agréablement surprise qu’il vienne à Nantes. Je ne m’attendais pas à ce qu’on signe un entraîneur comme lui. Je pense que Kita s’est rendu compte, avec Conceiçao, qu’il fallait viser plus haut de ce côté là s’il voulait atteindre certains de ses objectifs. C’est bien de sa part d’avoir fait l’effort financier pour l’avoir. Après par rapport à Ranieri, j’attend vraiment de voir le début de saison et à la moitié du championnat on pourra faire un constat de ce qui a marché ou non. J’ai pu observé que de nombreux supporters ont des attentes assez hautes de son travail. Je crois qu’il est important de faire attention à pas ne pas attendre trop de lui dès le début. Il faut lui laisser le temps de connaitre le groupe, de construire une équipe en fonction de cela et surtout le laisser avancer à son rythme. Ça ne sert à rien de vouloir aller trop vite, ce serait une erreur. »

Thomas : « Concernant Mister Ranieri, j’émets des réserves. Certes il a été champion d’Angleterre avec Leicester mais niveau jeu c’est pas fou-fou. Ne pas oublier l’expérience en Grèce ratée avant sa prise de poste chez les Foxes. Pareil quand il entraînait Monaco, ce n’était pas de pas de la folie mais c’était costaud. Après j’ai envie de voir, surtout quand Abdoulaye Touré parle de “défendre comme des italiens et d’attaquer comme des brésiliens” mais je ne me fais pas d’illusions.»

Leur mot sur la saison à venir :

Marie : « Pour la saison à venir, j’avoue que la première chose que j’attends et que j’espère véritablement est le retour du dialogue entre les supporters et la direction. La saison dernière a été horriblement décevante de ce côté là, c’est important de repartir sur de bonnes bases pour essayer d’avancer dans le même bateau. Je veux retrouver une Tribune Loire digne de son nom. J’aimerais également que les déplacements soient de nouveau autorisés, parce que l’état d’urgence a bon dos mais maintenant stop, il ne faut pas nous prendre pour des cons plus longtemps. Il faut que les préfectures nous laisse vivre notre passion. Ce n’est plus possible d’avoir des parcages vides à longueur de journée. Après pour une note plus générale, il est évident que j’espère une saison de foot remplie de beau jeu, de buts et de victoires ! J’attends beaucoup plus du contenu des matchs que du résultat. J’espère que les gars mouilleront le maillot et feront honneur à nos couleurs. Une saison riche en émotions qu’on puisse vibrer de nouveau à leurs côtés ! »

Thomas : « Pour la saison à venir de Nantes… Personnellement cette avant-saison, je la vois comme celle de l’an passé avec Girard : un nouveau coach mais rien ne change concernant le mercato, qui est toujours fait à l’arrache. En plus, il n’y a aucune communication avec les supporters sur tout ce qui est en rapport avec la Tribune Loire. Cette saison je ne la sens pas, je nous vois accrochés une 10e-11e place. »

 

L’épisode précédent :

Summerito – AS Saint-Étienne : Une page se tourne

Pierre Hamon

You may also like

More in A LA UNE