Summerito – Dijon FCO : Confirmation espérée, relégation redoutée

L’équipe bourguignonne fut sans conteste une des surprises de ce cru 2016-2017. Le DFCO, emmené par son coach Olivier Dall’Oglio, a réussi à se maintenir non sans mal mais avec un certain style. Nous reprochons souvent aux « petites » équipes de n’avoir aucun style de jeu, de tout miser sur la défense. C’est tout le contraire avec Dijon qui fut cette année une équipe intéressante à voir jouer, capable de bons coups. Bien sûr pas tout ne fut parfait mais l’objectif fut atteint et il le fut par le jeu. Et c’est suffisamment remarquable pour le noter.

LA SAISON PASSÉE

Chaque année, vous le savez, des pensionnaires de Dominos Ligue 2 montent vers l’élite. Un seul objectif pour ces équipes qui doivent généralement refaire une grande partie de leur effectif : le maintien. Cet objectif fut donc atteint, non sans mal, grâce à un formidable état d’esprit et de vraies idées de jeu. La saison des dijonnais fut en dents de scie. En cause, un déséquilibre trop prononcé entre une bonne attaque emmenée par le duo Diony-Tavares et une défense plus que moyenne pas avare en cadeau pour les adversaires. Leur difficulté à gagner les a amené au bout du suspense à une fin de championnat plus qu’incertaine et stressante qui s’est finalement bien terminée. Les rouges et blanc ont en effet fini à la 16ème place, à 1 point du barragiste Lorient et à 2 points du premier relégable Nancy.

LES FORCES DE L’EQUIPE

Comme expliqué plus tôt, le DFCO version 2016-2017 c’était surtout une attaque performante, un état d’esprit combatif et une défense plus qu’en branle. Côté attaque nous avons retenu le nom de Loïs Diony qui se trouve être une vraie révélation de notre Ligue 1 pour ce cru. Un vrai bon attaquant plutôt à l’aise techniquement doté d’un très bon jeu dos au but qui a la faculté d’à la fois faire jouer ses coéquipiers mais aussi de faire trembler les filets. Diony c’est 11 buts, 8 passes décisives. Pas mal du tout. Nous notons aussi la bonne saison du « frère de Mathieu Valbuena », Frédéric Sammaritano. Le feu follet a fait une bonne saison malgré des statistiques qu’on ne qualifiera pas d’exceptionnelles (4 buts, 4 passes décisives). Contrairement à Loïs Diony, nous risquons de le revoir en terres bourguignonnes la saison prochaine.

Loïs Diony, « grande gueule » talentueuse

Au milieu, nous retiendrons le nom de Lees-Melou qui, lui aussi, fut une belle surprise. Dijon ne pourra malheureusement pas compter sur lui l’année prochaine, le milieu polyvalent autant à l’aise sur un côté qu’en milieu central s’étant engagé avec l’OGC Nice.

Enfin, un nom ressortira de cette défense moribonde, Baptiste Reynet. Le portier français a époustouflé les fans de football, si bien que Dijon a dû batailler pour le conserver tant les sollicitations furent nombreuses.

 LE MERCATO

Le moins qu’on puisse dire c’est que le DFCO a eu beaucoup de mal à garder ses joueurs performants de la saison passée. Dijon a principalement misé sur des paris pour son mercato, pas vraiment sur des valeurs sûres. Nous verrons la saison prochaine ce qu’il en sera.

  • Arrivées

Première recrue des dijonnais, le milieu de terrain arrivant libre du Paris FC Eden Massouema. Ce jeune de 19 ans qui n’a pas de vraie expérience dans l’élite est venu fleurir l’effectif de Dall’Oglio début juin. A ensuite suivi le défenseur central Cédric Yambéré, prêté par Bordeaux l’année dernière à l’APOEL Nicosie, et qui n’a pas beaucoup joué. Un défenseur d’expérience à la quarantaine de matchs en Ligue 1. Recrutement qu’on ne qualifiera pas d’extraordinaire mais qui pourrait se transformer en bonne idée, à voir. Sont ensuite venus deux jeunes buteurs dotés d’une expérience relative, Wesley Saïd qui vient du Stade Rennais et Benjamin Jeannot qui arrive en provenance du FC Lorient. Deux recrues qui n’ont pas coûté grand-chose au club et qui pourront se révéler être de bonnes surprises. Autre recrue, elle plus expérimentée, Wesley Lautoa. Ce joueur polyvalent pouvant jouer aussi bien au milieu qu’en défense central a déjà plus de 125 matchs en Ligue 1 dans les pattes.

  • Départs

Pour les départs du côté de Dijon c’est vraiment simple. Vous prenez tous les bons joueurs que nous avons cités plus haut, vous enlevez « le frère de Valbuena » et Tavarès, et vous avez une bonne partie des départs du club. Sont donc partis – entre autres – Loïs Diony pour 10M€ à l’AS Saint-Etienne et Lees-Melou à Nice pour environ 5M€. Notons que Reynet serait aussi sur le départ mais rien n’a été officialisé à l’heure où a été écrit cette article. Ces deux départs ont certes ramené de l’argent mais constituent un vrai manque sur le plan sportif pour l’équipe de Dall’Oglio. Ce dernier aurait du mal à le combler avec les maigres renforts qu’on lui a octroyé.

Outre ces trois-là, sont aussi partis Enzo Basillo (prêté à Rodez en National 1), Jordan Lotiès (alors en fin de contrat), Yohan Rivière (également en fin de contrat) et Yunis Abdelhamid (vers le Stade de Reims). Ces départs sont dans l’ensemble des événements plutôt positifs, ces joueurs n’ayant pas vraiment réussis à trouver leurs marques la saison passée.

 

LA SAISON 2017-2018

Dijon a dû faire face à de nombreux départs de joueurs importants. Ils devaient compter sur un vrai bon mercato pour reformer une équipe compétitive. Ce bon mercato n’est pas (encore) venu. Il fut fait de paris sur des jeunes dits « prometteurs » (Saïd et Massouema) et de relance de joueurs en perdition (Yambéré et Jeannot). C’est maigre.

La Ligue 1 étant un championnat de plus en plus compétitif, les équipes doivent être prêtes très vite pour ne pas laisser trop de point en début de saison. L’objectif sera une nouvelle fois le maintien pour les dijonnais. Néanmoins on peut se poser la question de savoir s’ils y arriveront au vu des nombreux départs auxquels ils ont dû faire face. Seul l’avenir nous le dira.

 

LE MOT DU SUPPORTER

« Quand on observe les résultats de la saison précédente, j’ai la même frustration que tous bons supporters du Dijon FCO. Notre équipe joue bien au ballon, applique un travail d’équipe rigoureux, mais fait preuve d’une grande irrégularité et d’un mental branlant depuis la première montée en Ligue 1. Bien que j’ai toujours apprécié le fait de prendre de jeunes joueurs plutôt que des stars à petite échelle, je pense qu’il serait intéressant pour les dirigeants de stagner un peu sur la vente, de façon à protéger notre secteur offensif performant. » Léopold – 19 ans

 

L’épisode précédent :

Summerito – SM Caen : Obtenir rapidement le maintien

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *