Futsal : retour sur le sacre de Garges Djibson

Au terme de la finale du championnat D1 de futsal, l’équipe de Garges Djibson s’est vue sacrée championne de France pour la saison 2016/2017. Le match, télévisé, a permis à différents joueurs de glaner leur premier titre au haut niveau.

« C’est tout simplement la plus belle saison de ma jeune carrière. On a bossé très dur, notamment sur l’aspect physique et athlétique ». Voici ce qu’affirme Mickael de sa Andrade, jeune ailier de 21 ans. Son équipe, championne de France, a vécu une saison historique. Son coéquipier, Abou Coulibaly, a lui longtemps été blessé au cours de la saison. Mais pour ce joueur de 28 ans, le maître mot est la cohésion. « Ça me tenait à cœur de finir la saison et de pouvoir mettre mon expérience au service du collectif ». Enfin, le capitaine et joueur de l’Equipe de France Samba Kebe souligne une « saison extraordinaire ».

 

Un sacre exceptionnel

Cette saison, dominée par Garges Djibson, n’est que l’aboutissement d’un long travail collectif selon les joueurs. « On a eu une grosse préparation physique avec notre préparateur Kevin et le nouveau coach Nordine », raconte Abou Coulibaly. Ce dernier n’oublie pas l’attente qu’il y avait autour de son équipe. « L’année dernière nous avons fait une très grosse saison et nous sommes restés sur un goût d’inachevé avec nos deux finales perdues. Nous savions que nous serions attendus », confie-t-il.

Tous ont écrit une nouvelle page de leur club au terme d’un saison inoubliable, comme l’explique Mickael de sa Andrade : « Chaque entraînement ou déplacement est un plaisir. On avait l’occasion d’écrire l’histoire pour le club et c’est ce que nous avons fait ». Pour Samba Kebe, cette victoire est d’autant plus belle que le championnat fut compliqué. « Beaucoup de rencontres ont été difficiles, notre mental a fait la différence par rapport à nos adversaires sur les matchs décisifs », explique-t-il.

Développement du futsal : « on est sur le bon chemin »

Le football prend aujourd’hui quasiment toute la place dans le monde du ballon rond, ne laissant que les restes au futsal. Mais la dynamique est positive.
Les joueurs de Garges Djibson ont, pour quelques uns d’entre eux, découvert le futsal un peu par hasard. C’est le cas de Mickaël de sa Andrade : « J’ai connu le futsal sur Youtube avec le championnat espagnol, déclare-t-il. Ensuite, mon quartier a créé un club pour les jeunes ». Comme beaucoup d’autres, ces joueurs sont passés par le football à 11 avant de se diriger vers le futsal. « Je suis parti en Belgique évoluer en deuxième division. j’y suis resté 2 ans , puis je suis rentré a cause dune blessure et a suite de cela j’ai commencé le futsal à Vision Nova », raconte Abou Coulibaly.

Abou Coulibaly (troisième debout en partant de la gauche), Mickaël de sa Andrade (premier accroupis en partant de la gauche) et Samba Kebe (capitaine, cinquième debout en partant de la gauche)

Le capitaine de l’équipe, lui, est arrivé là « un peu par hasard ». « J’ai participé à un entraînement à Garges pour ne plus jamais quitter ce club », confie-t-il. Puis ils ont décidé de rester dans ce sport, « très technique et très tactique », selon Mickael de sa Andrade. Pour ce dernier, le principe des doubles licences n’est pas un problème, car « le futsal montre que c’est une tout autre discipline ».

Mais, même si le sport est relativement peu médiatisé, les joueurs restent positifs et estiment que leur discipline est sur la bonne voie. « Le fait que ce soit Canal+ Sport qui ait diffusé la finale fait espérer une plus large médiatisation », se réjouit Samba Kebe. Même s’il garde une image de « foot de quartier » selon Abou Coulibaly, le futsal est clairement dans une dynamique positive : « Les clubs essayent de mettre des moyens à disposition afin de professionnaliser au maximum la discipline. On est sur le bon chemin, la discipline progresse ». Certains matchs ont été diffusés à la télévision, tandis que d’autre sont disponibles sur Internet. Tant de choses qui ne peuvent être que de bonne augure pour la suite, même si Mickael de sa Andrade irait encore plus loin : « Pour développer ce sport, je créerais une chaîne dédiée au futsal. Il faudrait aussi professionnaliser les structures », explique-t-il.

Abou Coulibaly et le trophée (à gauche) et Mickaël de sa Andrade en action (à droite)

Cette victoire permettra donc au joueurs de Garges Djibson d’avoir une plus grande visibilité et de passer une nouveau palier sportif la saison prochaine, comme l’explique très bien le capitaine : « la ligue des champions en cerise sur le gâteau ! »

 

Lire plus :

Développer le futsal, une question de volonté

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *