A LA UNEACTUALITÉFocusitoFranceLigue 1Montpellier HSCOM

Morgan Sanson, horizon bleu ciel

0

Né à Saint-Doulchard, Morgan Sanson s’est formé entre Bourges, Châteauroux et Le Mans. Discret et travailleur, il est monté en puissance avec Montpellier et fait, aujourd’hui, partie des cadres de l’OM « Champions Project ». Focusito du meilleur passeur de Ligue 1 avec 12 caviars.

C’est à l’âge de 6 ans que Morgan Sanson commence à jouer au foot. Tout d’abord, au Gazélec Bourges pendant cinq ans. Puis au Bourges Football qui deviendra par la suite Bourges 18. Nicolas Millet l’a connu à l’époque. Il se souvient d’un « joueur simple, travailleur et discret. Pas forcément celui qu’on notait au premier abord ».

Une préformation au Pôle Espoir de Châteauroux

A 13 ans, Morgan Sanson intègre le Pôle Espoir de Châteauroux. Il reste proche de sa famille (70 kilomètres entre Bourges et Châteauroux) tout en obtenant une formation de qualité. « Il rentrait à Bourges le vendredi pour s’entrainer et jouer le samedi » se rappelle Nicolas Millet. A Châteauroux, il côtoie Cédric Hountondji, de la même génération mais aussi Ferris N’Goma, Johann Obiang et Adrien Ribac de la promotion 1993. Ce dernier souligne son intelligence sur et en dehors des terrains : « Il est très intelligent dans le jeu, il sait toujours faire la dernière passe au bon moment. Mais à l’école aussi, il était très intelligent, c’était le premier de la classe avec Cédric ». Au Pôle, il rencontre, également, un certain Florian Thauvin. « Ils n’étaient pas de la même génération mais ils étaient souvent ensemble. Ils étaient assez proches » indique l’actuel joueur de Gueugnon en CFA2.

Morgan Sanson au Pôle Espoir de Châteauroux (4ème en bas en partant de la gauche) avec Florian Thauvin (à gauche au dessus de Sanson)

Forcément sa présence au Pôle Espoir attise les convoitises. « Avec l’IFR (Institut du Football Régional) de Châteauroux, les joueurs sont régulièrement sollicités et supervisés par des recruteurs » confirme Nicolas Millet. « Beaucoup de clubs le suivaient car c’était vraiment un très bon joueur » poursuit Adrien Ribac. A 15 ans et après deux ans à Châteauroux, le droitier choisit finalement le centre de formation du Mans, à seulement 250 kilomètres de Bourges.

Découverte du monde professionnel avec Le Mans

Le centre de formation du Mans a vu sortir quelques pépites ces dernières années comme Didier Drogba, Yohann Pelé ou encore Sébastien Corchia. Mais l’année de son arrivée, l’équipe première descend en Ligue 2. Avec un stade tout neuf entre les mains, les difficultés financières s’accumulent pour les Mucistes. Denis Zanko, directeur du centre de formation, est alors propulsé à la tête du groupe professionnel. Sa mission étant de sauver le club d’une nouvelle relégation et d’intégrer les jeunes dans le groupe. C’est donc tout naturellement que Morgan Sanson débute en pro en 2012, à seulement 17 ans. Vincent Viot est de la même génération et l’éclosion de son coéquipier ne le surprend pas : « Pour moi même sans cette situation, il aurait eu sa chance en pro. C’était déjà un très bon joueur, plein de talent et il le montrait au quotidien à l’entraînement ». Très rapidement, il s’impose au sein du milieu de terrain des Sang et Or mais garde la tête sur les épaules. « Il l’a pris très sereinement. Quand tu t’entraines avec le groupe pro tous les jours, tu espères forcément devenir titulaire. C’est la suite logique » continue son ancien partenaire. Il inscrit son premier but en professionnel contre Monaco en décembre 2012. Puis deux autres contre Caen et Niort. Mais il n’évite pas la relégation sportive en National puis administrative en DH. Un départ est alors inéluctable pour un jeune joueur aussi prometteur. En discussion avec Bastia, Reims et Bordeaux, il choisit finalement Montpellier.

Morgan Sanson sous le maillot manceau

Le fait qu’il joue régulièrement en Ligue 2 lui permet, aussi, d’être appelé pour la première fois en équipe de France de jeunes avec les U19. Il est sélectionné à 7 reprises par Francis Smerecki et est régulièrement titulaire. Mais étonnamment, il n’est pas appelé pour disputer l’Euro U19, à l’été 2013, en Lituanie. Sans lui, la France s’inclinera en finale contre la Serbie.

Départ à Montpellier

Au mercato estival 2013, Morgan Sanson s’engage donc avec Montpellier pour 700 000€. En début de saison, Jean Fernandez ne semble pas vraiment compter sur lui. Il ne dispute aucune minute lors des quatre premières journées. Finalement son entraineur le lance dans le grand bain, lors de la 5ème journée, contre Reims, en tant que titulaire. Dès lors, le jeune milieu de terrain de 19 ans ne quittera plus jamais l’équipe. Pour son deuxième match, contre Evian, il délivre, à Rémy Cabella sa première passe décisive en Ligue 1.

Morgan Sanson avec Laurent Nicollin lors de sa signature au MHSC

Il est l’une des seules satisfactions montpelliéraines dans une première partie de saison morose. En décembre 2013, suite à une nouvelle défaite, Jean Fernandez est démis de ses fonctions et remplacé par Rolland Courbis. Avec l’ancien coach de l’OM, le Dolchardien conserve sa place de titulaire. Le 11 avril 2014, contre Marseille, il inscrit son premier but avec la Paillade. Le MHSC obtient, assez aisément son maintien et il dispute 32 rencontres.

A l’été 2014, Montpellier vend Rémy Cabella et Benjamin Stambouli, respectivement à Newcastle et Tottenham. Dépourvu des deux cadres de son milieu, Rolland Courbis décide de donner les clés du camion à l’ancien Manceau. Agé d’à peine 20 ans, il ne se laisse pas impressionner et prend ses responsabilités. Tantôt milieu axial, tantôt milieu offensif, tantôt ailier droit, il travaille et ne rechigne pas à l’effort comme à son habitude. Ses statistiques démontrent l’importance qu’il a prise : en 32 matchs, il inscrit 6 buts et délivre 4 passes décisives.

Morgan Sanson en équipe de France Espoirs aux côtés de Florian Thauvin, Samuel Umtiti ou encore Anthony Martial

En équipe de France, il débute avec les Espoirs en novembre 2013. Il dispute même le match aller du fameux barrage de qualification pour l’Euro contre la Suède. Sur le banc pour le match retour, il voit son équipe totalement s’écrouler. Une nouvelle déception avec les Bleus après sa non-convocation pour l’Euro U19. Suite à cet épisode et au remplacement de Willy Sagnol par Pierre Mankowski, il conserve sa place dans le groupe. Malheureusement, le 12 avril 2015, sur la pelouse du Téfécé, une rupture des ligaments croisés du genou droit vient le couper dans son élan.

Coup d’arrêt avec sa grosse blessure

Morgan Sanson va manquer sept mois de compétition. Montpellier débute donc la saison sans son homme à tout faire. Lorsqu’il revient, en novembre, les Pailladins sont 17ème avec seulement 3 victoires au compteur. Mais il ne va disputer que 6 matchs, dont 3 comme titulaire, avant de devoir repasser sur le billard. Une lésion du ménisque interne du même genou l’écarte, de nouveau, des terrains. Il fait son retour mi-mars et le MHSC est toujours empêtré dans la lutte pour le maintien. Rolland Courbis n’est plus là, il a été remplacé par Frédéric Hantz. Trois semaines après son come-back, il inscrit son premier doublé dans sa carrière contre Guingamp. Alors qu’il ne joue que quelques bouts de matchs dans cette fin de saison, il aide son équipe à obtenir le maintien grâce à une série de quatre victoires consécutives.

Morgan Sanson a vécu une saison 2015-2016 galère

L’été dernier, Loulou Nicollin doit, encore, se séparer de deux cadres : Bryan Dabo et Jonas Martin. En revanche, malgré les avances des deux Olympiques, Lyon et Marseille, il ne laisse pas partir le Berrichon. Pour sa 4ème saison dans l’Hérault, il prend une nouvelle dimension. Avec 3 buts et 5 passes décisives, il est le deuxième joueur le plus décisif de l’effectif derrière Ryad Boudebouz. Le 15 octobre, en l’absence de Vitorino Hilton, il a l’honneur de porter le brassard de capitaine contre Caen. Forcément ses bonnes performances attirent de plus en plus de clubs, rassurés sur son état de santé.

Nouveau statut avec l’Olympique de Marseille

Le 17 janvier dernier, Morgan Sanson s’engage avec l’Olympique de Marseille pour 9 millions d’euros plus 3 millions de bonus. Première recrue de l’ère McCourt, il s’impose comme le futur de l’OM « Champions Project ». Un choix assumé par le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud, lors de la présentation de son nouveau joueur : « Je suis très heureux que le premier joueur qui nous rejoint à l’occasion de ce mercato soit un des plus prometteurs talents du football français. Nous souhaitons aussi miser sur des jeunes joueurs qui accompagneront le projet d’OM Champion jusqu’à l’atteinte de nos objectifs ». Sur la Canebière, son intégration est facilitée par ses retrouvailles avec Florian Thauvin et Rémy Cabella. Son entente avec son ancien partenaire à Châteauroux saute déjà aux yeux. Sur ses sept passes décisives délivrées depuis son arrivée, quatre l’ont été pour l’ancien Bastiais.

Aujourd’hui meilleur passeur de Ligue 1, devant Jean-Michaël Seri, il est bien partie pour remporter la première distinction individuelle de sa jeune carrière. Après Dimitri Payet en 2015, Mathieu Valbuena en 2013 et Lucho Gonzalez en 2010, il s’inscrirait dans la lignée de ses glorieux prédécesseurs à l’OM. Une performance d’autant plus remarquable que l’ancien Montpelliérain ne tire pas les coups de pieds arrêtés et a délivré toutes ses passes dans le jeu.

Sanson-Thauvin, un duo qui fonctionne

Le numéro 8 marseillais a, aussi, passé un cap symbolique, le 27 janvier dernier. Il a disputé son 100ème match dans l’élite contre, hasard du calendrier, Montpellier. Maintenant qu’il s’est fait une place de choix au sein du milieu de Rudi Garcia, l’ancien international Espoirs va, sans doute, viser l’équipe de France A. Face à l’impressionnante concurrence en sélection, il devra encore élever son niveau de jeu. Mais nul doute que s’il continue ainsi, il devrait vivre de belles émotions avec les Bleus et oublier son histoire, jusqu’ici, contrariée sous le maillot tricolore.

Stadito remercie Nicolas Millet, Adrien Ribac et Vincent Viots pour leur gentillesse et leur disponibilité.

LIRE PLUS :

https://stadito.fr/2017/04/23/anthony-knockaert-frenchie-mission/

Clovis Canivenc

You may also like

More in A LA UNE