A LA UNEACTUALITÉAngers SCOLigue 1OL

Lyon s’impose à Angers (1-2) en ouverture de la 35ème journée

0

Globalement dominé, l’Olympique Lyonnais est tout de même parvenu à s’imposer à Angers (1-2), en ouverture de la 35ème journée de Ligue 1, vendredi soir, au stade Raymond-Kopa. Les Lyonnais reprennent provisoirement la quatrième place mais ont peut-être perdu Corentin Tolisso sur blessure.

C’est un goût légèrement amer que l’Olympique Lyonnais pourrait garder en bouche à l’issue de sa victoire à Angers (1-2), en ouverture de la 35ème journée de Ligue 1. Certes, l’OL est reparti de l’avant après 3 matches sans victoire en championnat grâce à des réalisations de Mathieu Valbuena (17e) et Nabil Fekir (42e) et a par la même occasion récupéré le bénéfice de la quatrième place en attendant le match de Bordeaux à Dijon. Mais Corentin Tolisso, touché à la malléole par un tacle très sévère de Pavlovic – dont il fut sanctionné d’un carton rouge (76e) – et sorti sur civière, pourrait manquer le déplacement à Amsterdam en demi-finale de Ligue Europa mercredi.

Les Angevins, de leur côté, qualifiés pour la finale de la Coupe de France cette semaine après leur victoire face à Guingamp (2-0), ont continué de traîner leurs maux habituels face aux gros poissons du championnat. Tout comme face à Monaco et face au PSG (respectivement défaites 0-1 et 0-2), Angers a largement dominé son adversaire mais a fait preuve d’une trop grande inefficacité pour espérer s’imposer. Vendredi soir, malgré une qualité de jeu satisfaisante et une pluie incessante d’occasions franches (21 tirs au total), le SCO n’a scoré qu’une seule fois, par l’intermédiaire de son capitaine Cheick Ndoye au retour des vestiaires (49e). Trop peu pour empêcher une cinquième défaite consécutive en Ligue 1 qui les contraint à toujours lutter pour le maintien.

Lyon, deux frappes et deux buts

Lyon a pourtant éprouvé de grandes difficultés à contourner le pressing angevin et le double rideau défensif qui se présentait face à lui. Les milieux de terrain lyonnais ont semblé perdu face à leurs homologues du SCO, à l’image de Corentin Tolisso, dont le placement fut hasardeux tout au long de la rencontre. Peu en vus devant, friables derrière, les Gones ont souvent donné l’impression de jouer à contre-courant sans avoir les moyens de maîtriser les flots déchaînés du fleuve qui les entraînait. Mais, à l’inverse d’Angers, l’OL n’a eu besoin de guère d’occasions pour faire la différence. Angers a d’abord fait preuve de beaucoup de malchance, entre des mauvaises relances cumulées de Cissokho et Diedhiou, avant que le centre de Gonalons ne soit repoussé par Letellier directement sur Valbuena, buteur du genou (0-1, 17e). Nabil Fekir a ensuite doublé la marque sur la deuxième frappe lyonnaise du match, un coup franc mal apprécié par Letellier, dont la responsabilité fut une nouvelle fois engagée (0-2, 42e).

Angers a surtout manqué de précision durant ce match en ne cadrant que 6 de ses 21 tentatives. Et, lorsque les joueurs de Stéphane Moulin accrochaient le cadre, Anthony Lopes s’interposait (15e, 33e) ; sans compter les sauvetages de Jallet (11e), et Morel de la tête (24e, 48e). Le but de la tête de Cheick Ndoye sur un corner de Thomas Mangani (1-2, 49e) n’a pas suffi aux Angevins, qui ont toutefois trouvé la barre transversale sur un coup de casque de Toko-Ekambi (74e). Le rouge reçu par Pavlovic (76e) a douché les dernier espoirs de l’équipe locale, et les Rhodaniens auraient même pu creuser d’avantage l’écart grâce à Gonalons (68e), ou si M. Gautier avait accordé un penalty à Rachid Ghezzal, dont la frappe fut contrée de la main par Cissokho (90+5e). Lyon s’en contentera, et peut désormais se tourner vers sa demi-finale de C3. Elle aurait probablement un goût plus sucré si Corentin Tolisso pouvait se joindre à la fête d’ici là.

You may also like

More in A LA UNE