Abdoulaye Sissako : « Le début d’un rêve de gosse »

Âgé de 18 ans et formé au Racing Club de France, Abdoulaye Sissako fait actuellement les beaux jours des U19 nationaux de l’AJ Auxerre. Milieu de terrain axial, il sonne à la porte de la Ligue 2 dans laquelle il compte déjà 10 apparitions. Zoom sur le parcours du jeune Sissako, pour qui l’aventure du monde professionnel ne fait que commencer.

 

Dès qu’il a su marcher, Abdoulaye Sissako a commencé à taper dans un ballon. Après avoir découvert le football dans son « San Siro à lui » sur le synthétique de la cité rouge de Gennevilliers, il rejoint le club de son grand frère : le Racing Club de France Football Colombes 92. Inscrit par son père et initié par des « 2 vs 2 mon père et moi contre mes frères Souley et Moussa » le jeune Abdoulaye est aujourd’hui devenu grand et rêve encore plus grand. Son rêve le plus fou ? « Soulever la coupe aux grandes oreilles avec le PSG en espérant qu’un jour ça soit un objectif ». En attendant cette Champion’s League avec le club de son cœur, le milieu de terrain peut toujours se vanter d’avoir déjà porté un maillot bleu. Pas celui du club parisien, mais bien celui floqué d’un coq aux couleurs de la France. International depuis février 2016, il a disputé six rencontres (pour un but, NDLR) en équipe de France U18 et 11 en U19, dont cinq lors des qualifications pour l’Euro 2017 qui aura lieu en Géorgie cet été. « Chaque sélection est un bonheur ! J’ai eu la chance d’y jouer presque 20 matchs et je me régale. A chaque fois, je me sens heureux. »

 

« Le choix de signer à l’AJA était logique »
Parmi les meilleurs centres de formation de l’Hexagone, l’association de la jeunesse auxerroise a pu profiter de son passé pour recruter le jeune Sissako à l’âge de 15 ans. « Je connaissais un peu l’histoire du club, mais surtout des grands noms comme Guy Roux, Djibril Cissé ou encore Philippe Mexès. »
Élu meilleur centre de formation du pays à huit reprises, l’AJA est une référence dans le domaine, et c’est ainsi qu’après plusieurs matchs d’observation du Racing, le club décide de prendre contact avec la famille du joueur. « A partir de là tout c’est fait assez simplement et rapidement » nous explique-t-il, « le choix était logique avec la construction du nouveau centre de formation, et l’AJA avait pris les devants sur les autres propositions en nous mettant rapidement en confiance ». Mis en relation par Yves Gregaud, recruteur pour l’AJA et ancien coach de l’aîné Sissako, les deux partis trouvent un accord et le jeune francilien devient Auxerrois.

Inspiré par le milieu de terrain du PSG Marco Verratti, le natif de Clichy-la-Garenne signera un contrat professionnel le 7 avril 2016, « le début d’un rêve de gosse » nous confie-t-il. Aujourd’hui, Sissako dans le monde pro c’est 10 matchs de Ligue 2, trois en Coupe de la Ligue et deux en Coupe de France. « Franchement c’est un autre monde en terme d’intensité et de concentration. » Conscient de l’enjeu pour le club de se maintenir (17e avant la 35e journée, ndlr), le jeune joueur met en avant la bonne ambiance du groupe de L2 « tout le monde m’a permis de m’intégrer facilement » et accepte le fait de ne plus être apparu sur les terrains de deuxième division depuis le 12 février dernier (Auxerre – Nancy : 2-2). « Cette fin de saison est à triple enjeu : maintien en Ligue 2 et en CFA, et Coupe Gambardella en U19 ». Sept fois vainqueur de cette coupe, le club icaunais est une nouvelle fois en demi-finale de la compétition, et ce n’est pas pour la prendre à la légère. « Pour moi la Gambardella c’est la consécration ultime en jeune. » Celui qui « a toujours la sélection dans un coin de sa tête » compte sur la solidarité de son groupe pour aller au bout, et le sent capable de jouer sur tous les tableaux « On a bon effectif avec pleins de joueurs de qualités, on est capable de jouer sur les deux tableaux. »
En attendant de rejoindre la Liga BBVA qu’il estime être le meilleur championnat européen « c’est le football à l’état pur », le jeune Abdoulaye Sissako sait que son apprentissage est encore long, et se plaît à progresser dans le club qui a formé Djibril Cissé, Bacary Sagna, Eric Cantona ou plus récemment Delvin N’Dinga et Paul-Georges Ntep.

Lire plus : 

Mondial 2018 : la vidéo validée par Infantino

5 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *