Saifeddine Alami Bazza : « nous avons encore nos chances »

Milieu de terrain offensif de 24 ans, Saifeddine Alami Bazza fait parti de ces joueurs de petits gabarits habiles sur ses appuis. Du Maroc à la France, en passant par l’Espagne, l’Allemagne et la Roumanie, le joueur du Paris FC se confie sur son parcours.

L’enfance du Maroc à l’Espagne…

« Je suis né au Maroc, à Beni Melilla. À l’âge de 4 ans, je suis parti en Espagne. J’ai découvert le football grâce à mon père, il est un grand fan et il m’amenait voir des matchs dans des stades. Je jouais dans le club de ma ville, U.E. Tarrega, jusqu’à ce que j’aie la possibilité de rejoindre le club de Lleida. »

Une année difficile avec Lleida…

« Après Lleida, en troisième division, j’ai rejoint Tarrega pour un an seulement, car j’avais une blessure, et j’avais de la peine à trouver un club à cette période. »

L’école espagnole…

« J’adore le football espagnol, je pense que c’est le plus technique que j’aie joué. Pour moi, c’est clairement le meilleur endroit, comme on peut le voir avec un des meilleurs championnats, si ce n’est le meilleur. »

Waldhof Mannheim en D4 allemande…

« J’ai pris cette décision au dernier moment. Auparavant, j’avais signé au Rapid Bucarest, mais je n’ai pas pu jouer car ils devaient payer des compensations à mes anciens clubs, ce dont ils n’étaient pas capable. Le mercato était fini, aller en Allemagne était ma seule chance. »

Un vrai globe-trotter…

« C’est une chose que j’adore, je suis une personne ouverte, et j’adore apprendre, des langues, des cultures, des gens… »

Puis la Roumanie avec le FC Dunarea Calarasi…

« Je me sentais à la maison là-bas, et les gens me traitaient très bien. En plus, on a eu beaucoup de succès cette saison-là. J’ai de tellement bons souvenirs des gens là-bas ! »

Deux ans, et puis s’en va…

« J’ai toujours aimé trouver des nouveaux défis et des nouvelles opportunités dans ma vie ! Je pense que c’était le bon moment pour partir. »

Un mois au Rapid Bucarest et le Paris FC…

« Le club a fait faillite. J’avais beaucoup d’offres mais j’ai choisi ce club pour son histoire et ses fans. J’étais très déçu. Mon agent m’a parlé de l’équipe, du projet qu’ils ont et comme je suis une personne ambitieuse, j’ai voulu les rejoindre. Pour la ville, également. L’objectif était la promotion, et nous avons encore nos chances, rien n’est fait pour le moment. »

La fin de saison…

« On se bat encore, on se fixe des objectifs matchs après matchs, comme je l’ai dit rien n’est fait et on se battra jusqu’au bout. J’espérais monter, mais bon, en football rien n’est facile. »

La France…

« Je m’attendais à quelque chose de différent, de dur car très physique, et j’avais raison. La France a des excellentes conditions, les stades et les terrains sont très bons, le niveau aussi. »

La Ligue 1…

« Cela a toujours été mon rêve et je pense que pas à pas, j’y arriverai ! »

La sélection, entre Espagne et Maroc…

« Honnêtement je veux faire tout mon possible pour être appelé un jour. Je préférerais le Maroc, parce que je me sens plus marocain et parce que je voudrais que mon père me voit y jouer. »

L’avenir au Paris FC…

« Je ne sais pas encore, on verra, ça dépend de beaucoup de choses. En tout cas je me sens très bien ici. »

Le championnat qui fait rêver…

« Je rêve de jouer en Angleterre un jour.  »

Le joueur…

« Ronaldinho et Thiago Alcantara. »

L’entraîneur…

« Coach Ionel Ganea (ex- Rapid Bcrst), parce que c’est l’homme qui m’a fait confiance dès le début. »

 
Stadito remercie Saifeddine Alami Bazza pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite de la saison.

 

 

Lire plus :

Buy Us a Coffee