L’AS Monaco répond une nouvelle fois présent face à Dortmund (3-1)

Les Allemands du Borussia Dortmund et les Français de Monaco avaient aujourd’hui rendez-vous pour une qualification pour les demi-finales de Ligue des Champions. Au match aller, nos petits Frenchies étaient venus s’imposer sur le score de 2-3 sur la pelouse du Signal Iduna Park grâce au génialissime Mbappe, auteur d’un doublé ce soir-là. Une performance remarquée et remarquable qui a permis aux Monégasques d’envisager leur match retour plus sereinement que leurs adversaires, touchés au moral par l’attentat qu’ils avaient subi la veille et leur défaite sportive.

Sur le plan tactique, Thomas Tuchel a tenté une composition inédite. En effet, le technicien allemand a aligné un 4-4-2 avec une défense Guerreiro – Ginter – Sokratis – Piszczek, un milieu Sahin – Kagawa – Sahin – Durm et un duo d’attaquant Reus – Aubameyang, qui se transforme en 3-5-2 lorsque les joueurs allemands attaquent. De l’autre côté nous sommes restés sur le classique 4-4-2 jardinesque avec une défense Mendy – Jemerson – Glik – Touré, un milieu Lemar – Bakayoko – Moutinho – Silva et une attaque Mbappe – Falcao. Cette évolution tactique du côté allemand qui ne fut effective que 25 petites minutes a été mise en place par Tuchel pour contrer le 4-4-2 de l’adversaire du jour. La stratégie était simple : apporter le surnombre au milieu de terrain pour freiner le jeu rapide et horizontal des monégasques. Cette tentative fut un véritable échec, le combat tactique étant gagné par l’entraîneur portugais. Les pensionnaires de Bundesliga sont en effet revenus à un 4-3-3 plus classique en cours de première période après un début de match tonitruant des Monégasques.

//platform.twitter.com/widgets.js

Une première mi-temps quasi parfaite des Monégasques

Monaco a commencé fort, très fort, trop fort pour que les Allemands puissent suivre le rythme. Un pressing haut, une grosse qualité technique et une once de réussite suffirent à faire exploser le stade à la 3ème minute avec le premier but de cette rencontre inscrit par Mbappé qui, en renard qu’il est, a bien suivi cette frappe surpuissante venue du pied gauche de Mendy repoussée assez maladroitement par le portier suisse. Il s’agit ici du 5ème but du jeune international français dans cette édition 2016/2017 de la Ligue des Champions. Rien que ça.

Les Sudistes prennent à la gorge les Allemands qui se trouvent être extrêmement fébriles en défense, la preuve avec la perte de balle de l’espoir Julian Weigl au milieu de terrain qui débouche sur un centre piqué de Benjamin Mendy (très actif ce soir) pour Bernardo Silva qui ne smashe pas assez son ballon. Trois minutes plus tard (16’), Falcao vient couper un sublime centre de Lemar, le ballon vient mourir au fond des filets de Burki, 2-0. Les Allemands sont dépassés et notamment sur ce côté gauche d’où est parti l’action. Le trio Mendy – Lemar – Mbappe a mis la défense à mal plus d’une fois lors de ce premier acte.

Le Borussia est dépassé, son entraîneur décide donc d’agir et fait entrer Dembélé à la 25ème minute. Ce changement de joueur est accompagné d’un changement tactique, les Allemands passent à un 4-3-3 très offensif avec un Dembélé en mode électron libre. Malgré quelques opportunités généralement apportées par l’ex-Rennais et un score plutôt flatteur, les Français sont tous très concernés aussi bien dans leurs tâches défensives qu’offensives et le BVB ne parvient pas à trouver la faille au bout des 45 premières minutes de cette rencontre spectaculaire.

Un sursaut d’orgueil qui n’aura fait que très peu vacillé le leader de la Ligue 1

La deuxième période commence très fort avec la réduction de l’écart par l’intermédiaire de Reus à la 47ème minute après une sublime action initiée par celui qui n’était pas titulaire mais qui fut sans doute le meilleur allemand ce soir, Ousmane Dembelé. Super débordement sur le côté gauche après un festival de petits ponts, Mendy est dépassé et laisse passer le jeune feu follet Dembelé qui ajuste un centre sur mesure pour Reus qui se couche bien sur le ballon. Les Allemands se reprennent à rêver d’une qualification. Les occasions se multiplient, les joueurs de Dortmund n’ont plus peur d’accélérer quitte à laisser des trous abyssales en défense et à laisser des opportunités de contre aux fougueux attaquants monégasques.

Ces derniers ne sont pas très en réussites à l’image de cette attaque initiée par le défenseur central Jemerson avec un long ballon millimétré pour Falcao qui se joue de deux défenseurs allemands avant de choisir l’option individuelle en tentant un pointu qui s’envolera au-dessus de la barre transversale de Burki. En parallèle de ces offensives les Allemands tentent mais ratent beaucoup. Malgré quelques centres, quelques redoublements de passes intéressants, ils n’y arrivent pas, butant encore et encore sur un Glik en mode tour de contrôle et un Jemerson à l’affût.

La délivrance arrive à la 81ème minute par l’intermédiaire du soldat Germain qui récupère un très bon ballon de Lemar, transformé avec brio d’un plat du pied entre les pattes du portier suisse, seulement 23 secondes après son entrée en jeu. Une superbe interception, une accélération et une passe. Simple, efficace. So Monaco, so Lemar. Malgré un super état d’esprit et une grosse dépense physique, le club de la Ruhr ne parviendra pas à revenir dans le match. Le score final sera de 3 buts à 1 et la qualification pour les Monégasques.

//platform.twitter.com/widgets.js

Monaco aura réussi l’exploit de mettre 6 buts en huitièmes de finale et en quarts de finale. Une véritable prouesse qu’on se doit de féliciter en temps qu’adorateur du football. Ils auront démontré toute l’étendue de leur talent en pratiquant du beau jeu, porté sur l’attaque et non sur le calcul, comme on voit trop souvent de nos jours. Cette qualification est à l’image de leur saison : remarquable.

Lire plus

Un Barça impuissant face à la Juventus (0-0)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *