A LA UNEACTUALITÉClermont Foot 63EspagneFranceInterviewitoRCD MajorqueSegunda División B

Antoine Letievant : « au niveau du jeu je préfère l’Espagne »

0

Antoine Letievant, 22 ans, est un joueur au parcours atypique. Le défenseur français revient ainsi, pour Stadito, sur son parcours, allant de Saint-Charles la Vigilante à Majorque en Espagne, en passant notamment par Clermont.

Les débuts dans le monde du football…

« J’ai un parcours un peu atypique. J’ai commencé le football avec mes amis dans le club de Saint-Charles la Vigilante. Ensuite, je suis allé à l’Olympique de Saint-Étienne pendant cinq saisons. Je devais faire une sixième saison, mais à la fin de la pré-saison en août j’ai des amis de l O.S.E, qui étaient partis à Aurillac pour jouer en 17 ans nationaux, m’appellent pour me dire qu’il manquait un latéral gauche. Donc, j’y vais pour faire un match amical et le coach, Nicolas Neuville, me prend. En une semaine je change de lycée, de club, et c’était la première fois que je partais de chez moi. J’avais toujours dans un coin de ma tête ce rêve d’enfant de faire carrière dans le football mais je me suis plus laissé porter en me disant que je verrais bien ce qu il se passera, sans trop me prendre la tête. »

Une première approche avec l’Équipe de France…

« J’ai reçu une convocation pour l’Équipe de France pendant ma saison à Aurillac, et une autre l’année d’après au Clermont Foot. Sur le moment oui, c’est une sorte de consécration, parce que je suis venu à Aurillac, curieux, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais. Je voulais voir si j’avais le niveau et en milieu de saison je reçois une convocation avec les meilleurs joueurs de mon âge. Je ne l’aurais jamais imaginé ! C’était un moment inoubliable ! Lorsque j’ai vu mon nom sur la liste des convoqués je n y croyais pas et n’arrivais pas à me dire que j’allais faire le stage à Clairefontaine. C’était incroyable, j’ai profité de chaque moment. »

La découverte d’un club professionnel…

« La proposition du Clermont Foot est venue du coach des U19, Christophe Chastang. J’étais parti en test à Lyon, Bordeaux, Toulouse, tout en étant en contact avec Clermont. Les dirigeants clermontois m’ont laissés faire mes tests et m’ont dis qu’ils me prenaient, si les autres clubs ne le faisaient pas. Deux, trois jours avant la fin de la semaine de Toulouse, j’ai eu le coach au téléphone et je lui explique que je suis un peu dégoûté des semaines passées à faire des tests, pour me dire qu’ils vont continuer à me suivre… Il me répond et me dis de venir quand je veux à Clermont, qu’il me ferait visiter les installations. Et, que si ça me plaisait je pourrai signer là-bas. J’ai senti dans son discours qu’il me ferait confiance, et le mois d’après je signais au Clermont Foot. J’étais très heureux de rejoindre le club! Pour la première fois, j’allais être dans un club professionnel, avec les structures et les entraînements tous les jours. C’était ce que j’attendais pour progresser. »

De bons souvenirs…

« Je garderai de très bons souvenirs des coachs, des joueurs, des amis que je me suis fait pendant ce passage à Clermont. Je me suis senti franchir un palier quand j’ai commencé à jouer en senior avec la CFA 2, avec comme coach Jean Noël Cabezas et Malek Aguad, qui était son adjoint. Ils m’ont énormément fait progresser sur mon rôle de défenseur central, d’avoir cet esprit compétiteur que ce soit à l’entraînement ou pendant les matchs. Et, surtout, de ne jamais rien lâcher. »

Mais un sentiment de déception…

« C’est sûr que j’ai un sentiment de déception que la coach, Corinne Diacre, ne m’ait pas appelé, ou au moins donner ma chance pour m’entraîner avec le groupe professionnel. Cela m’aurait permit de voir si j’avais le niveau… Je ne saurais pas l’expliquer. Je pensais faire du bon travail, le club était content de moi, j’étais capitaine … mais bon c’est le football ! Je ne pense pas être le seul à qui cela soit arrivé. Je n’en garde pas un souvenir amer. »

Le départ pour l’Espagne…

« Je suis parti au RCD Mallorca parce que c’était le meilleur choix sportif que j’avais. L’équipe 1 est en deuxième division et la réserve en troisième division. Ce qui m’a attiré, c’est d abord c’est le niveau. J’allais passer de la CFA 2 à la 3ème division. Il y a des installations d’un club de Ligue 1 et j’ai toujours été attiré par l’étranger. C’était donc l’occasion idéale pour moi ! »

De la satisfaction pour les débuts…

« J’ai déjà pu côtoyer le groupe professionnel lors de la pré-saison et du stage que l’on a effectué au Pays-Bas. C’était un très bon moment, j’ai beaucoup appris. Aujourd’hui, je pense m’être bien intégré, même si au début c’était plus compliqué avec la barrière de la langue, la culture. Même le jeu est différent. J’ai eu un temps d’adaptation. J’ai dû mettre un mois et demi pour m’intégrer. Je pensais que j’allais mettre moins de temps, mais avec du recul, je suis très satisfait. Je n’avais pas cette expérience de l’étranger, c’est normal d’avoir un temps d’adaptation. Mon objectif est d’être avec l’équipe première. Mais, pour le moment, j’essaye de m’entraîner du mieux possible et d’enchaîner le plus de matchs pour pouvoir prétendre à m’entraîner et jouer avec eux. Seulement, aujourd’hui l’équipe 1 est relégable et la situation est compliquée. »

Samuel Umtiti, Clément Lenglet, Adil Rami : les défenseurs français aiment l’Espagne…

« Pour moi, en tant que défenseur, c’est l’endroit idéal pour progresser. D’un côté, il faut savoir très bien défendre parce que les attaquants sont tout le temps en mouvement. Puis, d’un autre coté, il faut être bon techniquement pour relancer sous pression, avec justesse. Cela t’apprends à être complet. Je pense qu’il y a beaucoup de différences entre la France et l’Espagne. Chaque pays a sa spécificité, mais je pense qu’en France les individualités sont meilleures, alors qu’en Espagne c’est le collectif qui est meilleur. Le football est plus suivi en Espagne, les gens sont vraiment passionnés. Il y a toujours des débats de foot et des matchs à la télé. Je n’ai pas particulièrement de préférence, chaque pays est différent. Mais, au niveau du jeu je préfère l’Espagne ! »

Un futur encore indécis…

« Je ne sais pas encore ce que je vais faire. Mon contrat se termine en fin de saison. Je verrai au moment venu les opportunités qui s’offrent à moi. »

« ne jamais rien lâcher, croire en soi et travailler »

 

Stadito remercie Antoine Letievant pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite de la saison.

You may also like

More in A LA UNE