ACTUALITÉAngleterreChelseaFC NantesInterviewitoPremier LeagueStade Rennais FC

Stadito interviewe Christophe Lollichon, à la tête du département des gardiens de Chelsea (version courte)

0

NB : Par soucis de lisibilité, vous trouverez ici une version très raccourcie de l’interview. L’entretien complet est à retrouver en cliquant ici. Conseillé par la rédaction si vous avez un peu de temps !

Petite présentation…

Je m’appelle Christophe Lollichon, j’ai 53 ans et je suis entraîneur de gardiens depuis une trentaine d’années. Mon premier club étant le FC Nantes et je suis depuis une dizaine d’années maintenant à Chelsea en Angleterre. Je pense avoir encore beaucoup de choses à faire dans ce domaine-là.

L’entrée dans le monde du football…

J’ai eu une chance énorme, celle de rencontrer, lorsque je faisais mes études secondaires à Nantes, un professeur de français, Michel Tronçon, qui était à l’époque entraîneur de la quatrième division du FC Nantes.
Une fois par semaine, il n’a pas de gardien et me demande si je veux venir m’entraîner avec lui. Alors venir au FC Nantes, comprenez bien que j’en étais ravi !

Petit à petit, ils ont vu la passion qui se dégageait de mon travail, jusqu’au jour ou Monsieur Denoueix m’a proposé de créer ce qui est l’une des premières écoles de gardiens dans un centre de formation en France.

Mickaël Landreau…

« Landreau avait des qualités extraordinaires, en plus d’une super personnalité »

Il a fait une immense carrière. Vraiment une immense carrière au plus haut niveau, il a dû jouer 620 matchs (618 exactement NDLR) en Ligue 1 donc déjà ça inspire le respect. Et vous n’êtes pas au plus haut niveau sans avoir des qualités, et Micka en avait. Des qualités extraordinaires.

Christophe Lollichon a rencontré Mickaël Landreau alors que celui-ci avait 11 ans, en centre de formation à Nantes.

Nantes, un club avec une belle génération…

C’était un club qui n’était pas comme les autres, au contraire de ce qu’il est maintenant. C’était vraiment un club à part. Je peux vous assurer que je n’ai jamais retrouvé une qualité d’entrainement comparée à celle de Messieurs Suaudeau et Denoueix.

Une première en tant qu’entraîneur principal à Ancenis…

Je pars de Nantes pour des raisons de mésentente avec certains dirigeants. J’ai failli partir au Havre et je m’occupais alors de deux sports études sur Nantes. J’arrive donc à Ancenis pour, en premier lieu, restructurer toute la formation. Le problème c’est que suite à des difficultés financières, le club dépose le bilan trois mois après ma signature. A ce moment-là les dirigeants m’ont proposé de prendre les rênes de l’équipe première. Il y a eu un appel, d’un club professionnel, le Stade Rennais.
Quand vous avez quitté le monde pro vous avez envie d’y retourner. Même si j’ai adoré mes trois années dans le milieu amateur, lorsque Rennes m’a appelé, j’avais envie de revenir au monde pro.

« Je ne saurais pas expliquer l’amitié avec Petr Cech. Je pense que c’est chimique. »

La relation avec Petr Cech…

On se croisait parfois sur le parking du centre d’entrainement des professionnels et on a eu l’occasion de parler de ses matchs, il se montrait très intéressé par nos discussions. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer mais je pense que c’est chimique, on n’arrive pas à expliquer notre relation. On est devenus amis, c’était dans le regard, c’était quelque chose… Il a ensuite demandé à m’avoir comme entraîneur.
Même si c’était déjà en projet du côté du Stade Rennais, nos discussions ont accéléré mon passage de la formation aux pros. On a alors commencé à travailler ensemble, durant un an.

Cech et Lollichon en conférence de presse. Les deux hommes affichent une complicité qui ne trompe pas.

Son départ à Chelsea à l’issue de la saison 2003-04…

La relation est restée très forte, même au bout d’un an, on avait tellement bossé. C’était un gardien très demandeur, notamment au niveau tactique. On est donc resté en relation. Je regardais ses matchs, on en discutait. Une sorte de collaboration par correspondance.

« Bonjour Christophe, Mourinho a été viré. Est ce que vous voulez venir m’entraîner à Chelsea ? »

Premier contact avec les Blues…

(Rires) Alors je suis en terrasse avec mon épouse, je mange avant de partir en mise au vert avec le Stade Rennais. Il fait beau, on est au mois de septembre et Mourinho vient de se faire virer. Là je reçois un SMS de Petr qui dit « Bonjour Christophe, Mourinho a été viré, est-ce que vous voulez -il me vouvoie toujours- venir m’entraîner à Chelsea ? »
Et là je suis embêté car je suis sous contrat avec Rennes. Je ne suis pas, par éducation et par respect auprès des gens avec qui je travaille, un mercenaire qui va de club en club au gré des demandes. J’étais alors très embêté.

Lollichon, ici avec Roman Abramovitch, rejoindra Cech en 2007 à Chelsea.

Le départ du Stade Rennais…

(Il réfléchit) Moi j’avais très envie d’aller à Chelsea mais je pouvais aussi ne pas y aller par principe. Les deux premières personnes à qui j’en parle me conseillent donc d’y aller mais moi il fallait que je me lance auprès du club. Chelsea m’avait alors contacté officiellement.

 « Mon garçon, si j’avais une proposition de Chelsea, je serais déjà en train de faire mes valises. »

Chelsea me propose donc de venir visiter les installations, de rencontrer l’entraîneur et vraisemblablement Roman Abramovitch. Mais pour y aller, il faut que je le dise au club car je ne veux pas faire ça dans le dos de Rennes, par respect pour les gens avec qui je travaille.
Donc je vais voir Pierre Dréossi qui me dit « Mon garçon, si j’avais une proposition de Chelsea, je serais déjà en train de faire mes valises. »
Un mois et demi après, je m’envolais définitivement pour Chelsea.

Les qualités de Cech…

Petr Cech est un gardien extrêmement complet que ça soit tactiquement, techniquement, physiquement et psychologiquement. Il a tout, il l’a prouvé. De toute façon on ne peut pas rester au plus haut niveau sans avoir ces qualités-là. En plus, c’est doublé d’un professionnalisme extraordinaire.

Les qualités de Courtois…

Thibaut Courtois c’est un talent exceptionnel. Il a tout : la taille, l’envergure, une mobilité articulaire extraordinaire. Je dirais qu’il a un talent exceptionnel qu’il doit faire fructifier.

« Écoute Didier, je pense qu’il faut que tu tires sur sa droite, il va partir sur sa gauche… »

La séance de penaltys face au Bayern…

J’avais étudié tous les penaltys du Bayern entre 2007 et 2012, y compris les attitudes de Neuer en tant que gardien, ce qui peut avoir son importance. 

En gros, Neuer avait pour habitude de partir sur son côté droit face à un droitier et sur son côté gauche face à un gaucher, sauf sur le cinquième penalty où il avait tendance à changer, en partant sur sa gauche face à un droitier. Et le cinquième tireur, c’est Didier Drogba qui est droitier. Je lui ai alors dit « écoute Didier, je pense qu’il faut que tu tires sur sa droite, il va partir sur sa gauche… » Et c’est ce qu’il s’est passé.

Avec Roberto Di Matteo, l’entraîneur qui a apporté le titre européen à Chelsea.

Un suivi des gardiens prêtés…

Madrid, j’y ai passé un petit peu de temps, j’ai fait pas mal d’aller-retours. Que ce soit sur Madrid ou autre part en Espagne quand Thibaut jouait à l’extérieur. Je me suis beaucoup déplacé, j’analysais quasiment tous ses matchs, je lui envoyais des vidéos avec des analyses, je conversais avec lui pour débriefer des matchs. Donc la ligne Londres-Madrid, je la connais assez bien !

Toujours en contact avec les anciens élèves…

Avec Petr, nous sommes amis et nous échangeons parfois au téléphone mais je ne peux pas aider le gardien d’une équipe adverse…
Mais je suis encore en relation avec d’autres anciens du club, Turnbull, Schwarzer, Hilario, qui est aujourd’hui dans le staff et avec qui j’ai une grande complicité de par notre travail en commun, avec Carlo Cudicini qui est revenu au club avec Antonio Conte. Avec des anciens de Rennes également, Pouplin, Chaigneau… Je suis très très souvent en contact avec Mickaël Landreau.

En constante analyse, ici sur le banc lors d’un match de Chelsea.

Partager avec les confrères…

De plus en plus. Comme cette année je suis un peu plus détaché, je suis pas mal de fédérations qui m’ont contacté pour aller faire des démonstrations d’entrainement. Je serais d’ailleurs en Finlande au mois de février, je suis allé deux fois à Madrid pour la fédération espagnole, il y a un type remarquable qui s’appelle José Sambade (passé par La Corogne et le Besiktas notamment NDLR) qui est un grand entraîneur de gardiens et avec qui j’échange beaucoup.

Le meilleur gardien actuel…

C’est difficile (il réfléchit) … Je ne se sais pas… Il y a un top 4. Je pense que Neuer, CechCourtois et De Gea sont les quatre meilleurs.

Lollichon a pu compter sur deux des meilleurs gardiens au monde lors de la saison 2014-2015.

« Buffon inspire énormément de respect »

Et Buffon ?

Allez on va respecter les anciens et le mettre pour faire un top 5, pour respecter son expérience, son professionnalisme, sa longévité. Buffon, c’est extraordinaire ce qu’il fait et cela inspire énormément de respect.

Les souhaits pour le futur après avoir tout gagné….

(Rires) Ah c’est une bonne question ça… On peut me souhaiter d’avoir toujours la volonté de continuer, de rechercher et d’avancer, de rester au plus haut niveau le plus longtemps possible parce que j’adore le haut niveau et la pression.

Stadito remercie Christophe Lollichon pour son amabilité et sa disponibilité, en lui souhaitant bonne chance pour la fin de sa saison.

L’entretien complet 

Waldemar de Laage
Etudiant journalisme, passionné par le monde des tribunes. Twitter : @delaagewaldemar

You may also like

More in ACTUALITÉ