A LA UNEACTUALITÉFC ChamblyFranceInterviewitoNational

Kévin Lefaix : « fier de ce que j’ai réalisé pour en arriver là »

0

Arrivé cet hiver à Chambly, Kévin Lefaix est un joueur au parcours atypique. Après avoir découvert la Ligue 2 à 32 ans, l’attaquant, en manque de temps de jeu, choisi de tenter l’aventure en Belgique avec l’AFC Tubize. De retour en France avec l’ambition et le caractère de combattant qui le caractérise, l’attaquant a accepté de se confier à Stadito pour revenir sur son parcours et évoquer son arrivée dans le club pensionnaire de National.

Un passage au Stade Rennais…

« Je suis rentré au Stade Rennais après avoir effectué une détection par hasard avec mon cousin, à l’âge de 14 ans. J’ai joué avant-centre pendant le test, mais j’ai été recruté pour rejoindre le club en tant que libéro ! Et oui ! Étonnant, mais j’ai sauté sur l’occasion pour aller jouer au Stade Rennais avec grand plaisir. J’y ai joué un an en tant que libéro dans la quatrième équipe des moins de 15 ans. Puis, ils m’ont fais jouer plus offensif (excentré gauche) dans l équipe 3 puis 2.. J’ai même côtoyé l’équipe A jusqu’en moins de 17 ans avec la génération où l’on retrouvait Sébastien Puygrenier et Étienne Didot, entre autres. Je n’en garde que de bons souvenirs, notamment notre victoire en finale de la Coupe de Bretagne et le titre de vice champion l’année suivante. J’ai également effectué de très belles rencontres. Une très belle expérience ! »

Redescendre pour mieux rebondir…

« Par la suite, je signe à Brequigny, équipe de la banlieue rennais en PH. J’y réalise une saison à 45 buts. Ensuite, j’arrête le football pendant un an, avant de retourner au Stade Rennais pour deux ans, période à laquelle je joue en DH en tant qu’avant centre pour me relancer. »

« une aventure en Coupe de France magique pour moi (huitième de finale à Sedan) » – Source photo : vannes.maville.com

Le début d’un parcours du combattant…

« J’arrive à Saint-Malo durant l’été 2004 dans l’optique de connaître le niveau supérieur à la DH. Je retrouvais des joueurs que j’avais déjà côtoyé au Stade Rennais, avec qui je faisais le déplacement tous les jours depuis Rennes. Je travaillais déjà à côté… C’était un bon challenge pour moi qui me relançait après deux années au Stade Rennais mais aussi d’un an d’arrêt total. Malheureusement cette saison a été assez galère car j’ai enchainé 5 ou 6 entorses à la cheville, et ayant joué un seul match en Coupe de France. J’ai tout de même marqué le but de la qualification ! Le reste du temps j’ai joué avec la réserve en DRH où j’ai marqué 8 buts en une dizaine de matchs ! »

La découverte de la CFA…

« L’AS Vitré est la seule équipe qui a pu m’offrir une possibilité de jouer en CFA, si cela se passait bien avec la DH. Ils ont cru en moi dès le départ et m’ont offert mes premiers matchs en CFA à la fin de saison 2006, à Pontivy je me souviens ! Ensuite ce sont trois années qui resteront gravées avec une aventure en Coupe de France magique pour moi (huitième de finale à Sedan) et des saisons à jouer la montée… J’ai découvert le métier de footballeur là-bas et je les remercierais jamais assez ! »

« j’ai surtout appris beaucoup sur mon mental » – Source photo : larep.fr

Puis du National…

« Orléans a été très enrichissant pour moi à tous les niveaux. J’accède au National dès la première saison en finissant dans les meilleurs buteurs du championnat et j’évolue donc la saison suivante en National, et j’ai surtout appris beaucoup sur mon mental et beaucoup travailler mes capacités physiques. D’énormes souvenirs aussi dans un club et une ville que j’apprécie beaucoup, et avec une aventure en Coupe de France géniale aussi qui s’est terminée contre Quevilly en 1/8 alors que l’on connaissait notre prochain adversaire : l’Olympique de Marseille !!! »

Une année au Poiré-sur-Vie…

« En 2012 je décide de rejoindre le Poiré-sur-Vie pour une transition en National. C’est un club familial avec de vraies valeurs, un vrai groupe de potes et de supers joueurs et très bon coach ! J’ai énormément progressé avec Oswald Tanchot, notamment sur les détails et sur le plan tactique ! De très bons souvenirs également avec une nouvelle aventure en Coupe de France aussi (1/16 de finale a Vénisisieux Minguettes ! Traquenard par excellence !!!) et une montée ratée à trois journées de la fin du championnat ! »

« J’ai énormément progressé avec Oswald Tanchot » (sur la photo) – Source photo : ouest-france.fr

Et, enfin, la Ligue 2…

« J’arrive au Red Star pour trois ans avec une montée en Ligue 2 à la clé lors de ma deuxième année. Ça a été, pour moi, une consécration effectivement après de longues années de travail et d’abnégation. J’ai atteint mon objectif : être professionnel ! Un aboutissement auquel personne ne croyait 10 ans plus tôt, sauf moi-même ! J’en suis très fier aujourd’hui, beaucoup de personnes m’ont soutenu, mais elles n’imaginaient pas à ce que j’y arrive un jour je pense, ou très peu !  J’ai donc explosé l’année de la montée avec le Red Star à 32 ans en appliquant tout ce que j’avais appris depuis mes débuts compliqués et dans tous les clubs dans lesquels je suis passé ! C’était un rêve depuis tout petit et c’était tout le temps resté dans un coin de ma tête. Le déclic que j’ai eu à Vitré m’a permis de me lancer puis d’y arriver ! »

La Ligue 2, une récompense…

« Je n’étais pas impatient, et pour être honnête je n’attendais presque plus à l’être. Ce que j’avais fait était déjà énorme et c’est justement à ce moment-là que ça arrive presque naturellement en récompense de toutes ces années ! C’était une énorme satisfaction personnelle qui restera l’apogée de ma carrière avec un titre de meilleur joueur, meilleur buteur et plus beau but de la saison !!

Et la montée en étant champion en plus ! La totale ! Alors oui j’étais sur un nuage, j’étais au paradis et j’avais du mal à le réaliser vraiment ! Je n’avais plus qu’une hâte de fouler les pelouses de Ligue 2 pour profiter de ce que j’avais obtenu et de continuer à progresser tout en continuant à prendre du plaisir ! »

Une joie quelque peu gâchée…

« Malheureusement pour moi je ne fais que cinq matchs en début de championnat, avec un but marqué lors de la troisième journée. Puis, j’ai été mis sur la touche à la mi-temps du match comptant pour la sixième journée face à Valenciennes sans aucune raison apparente ! Et cela durera jusqu’en décembre sans aucune explication. Je me suis retrouvé à ne plus être dans le groupe tout en continuant à m’entraîner dur pour y croire encore, mais il n y avait rien à faire. Le coach m’a, petit à petit, mis à la cave comme on dit. Le tout sans aucune considération ni empathie ! Je restais sous le choc ! J’étais passe du paradis à l’enfer avec comme au revoir « bienvenue dans le monde professionnel « ,  je pense ! »

Vient alors la Belgique…

« C’est donc naturellement et malheureusement que je dois quitter le Red Star et que je décide de partir en Belgique pour découvrir un championnat étranger, pour mon expérience personnelle. Mais également pour retrouver du temps de jeu en Ligue 2 belge à l’AFC Tubize. C’est un championnat très ouvert avec beaucoup de buts et une ambiance familiale et proche des joueurs. Cela ressemble beaucoup à l’Angleterre je trouve. C’est peut être un peu moins tactique et c’est tant mieux car le spectacle est bien présent et le plaisir d’y jouer aussi ! C’était une bonne expérience pour moi. »

« un championnat très ouvert avec beaucoup de buts » – Source photo : lavenir.net

Le retour en France un an après…

« Après une année passée là-bas, j’ai décidé, suite au peu de temps de jeu lors de l’arrivée du nouveau coach et malgré mon statut de meilleur buteur du club (bizarrement), de revenir en France pour jouer plus et profiter de ce que je peux encore donner. Chambly me suivait depuis un bon moment et voyant mon peu de temps de jeu, ils s étaient positionner pour ma venue. Ainsi, quand le mercato approchait et que ma situation ne s arrangeait pas, j’ai opté pour un retour dans ce championnat que je connais bien et dans un club avec beaucoup de valeurs, qui me faisait confiance et qui me permettait aussi de retrouver une région que je connaît, ce qui me rapproche de ma famille par la même occasion. »

L’objectif du club…

« L’objectif du club est de progresser sur l’avenir, et j’aime m’inscrire dans ce genre de projet. C’est un club en progression avec un bon staff, de bons joueurs et en évolution constante. On prendra les matchs un par un avec l’état d esprit et la détermination qu il faut. Ensuite, onverra si on est dans la course finale. Mais j’y crois vraiment car le championnat est ouvert et quand tu es dans les meilleures défenses à la fin en général tu montes (Chambly est actuellement la meilleure défense). Reste ensuite à concrétiser les occasions devant et le tour est jouer. Je crois aussi l’équipe capable de cela car le potentiel offensif de Chambly est très bon et je suis là justement pour le compléter ! Forcément j’aimerais refaire une montée avec Chambly. Pour l’avoir vécu, c’est extraordinaire pour les joueurs et le staff, mais aussi pour tout un club avec les bénévoles et les supporteurs. C’est une joie commune très forte et je pense que ce club la mérite ! Désormais, c’est à nous de faire ce qu’il faut pour y arriver et faire grandir ce club ! Tout le monde en sortira gagnant et surtout grandi. »

Les objectifs personnels…

« Je n’ai pas d’objectif particulier… Dans un premier temps je travaille un peu plus sur le plan physique pour combler mon peu de temps de jeu de ces derniers temps afin d’être prêt dès le prochain match. Ensuite je me donnerais à fond sur chaque match pour apporter à l’équipe le meilleur et essayer d’enquiller les buts ! Je me fixe en général au minimum la barre des 10 buts en base chaque saison. Alors du coup en janvier aujourd’hui je vise 5 buts minimum, mais les 10 buts en une mi-saison serait vraiment parfait. Pas impossible en tout cas ! L avenir nous le dira ! »

Un conseil pour les footballeurs qui doutent…

« Je leur dirais qu’il faut être patient et qu il ne faut surtout rien lâcher. Quand on a un objectif en tête et qu on souhaite profondément y arriver tout est possible. Avec le travail sans relâche, un jour ou l’autre on a sa chance, et là il faut la saisir sans pression et continuer à travailler de la même façon. Il ne faut surtout rien changer à partir du moment où on a commencé à travailler pour y arriver ! Toujours rester concentré sur ce que l’on veut faire, sans penser à ce qu’il y a autour comme parasites… »

« L’important n’est pas l’objectif en soit » – Source photo : courrier-picard.fr

Fier du chemin parcouru…

« Aujourd’hui je prend conscience de mon parcours, mais pas encore entièrement je crois. Je suis fier de ce que j’ai réalisé pour en arriver là. L’important n’est pas l’objectif en soit bizarrement, c’est surtout la façon dont y est arrivé et comment on l’a fait. C’est ça qui fait ce que nous sommes et qui nous permet d’avancer et de progresser. Ce sont des souvenirs marqués à vie et qui me serviront toute ma vie. »

Quelques citations, proverbes…
  • « quand on veux on peux »

« Si on souhaite vraiment quelque chose au plus profond de soi je crois vraiment que l’on peut l’obtenir. Rien n’est impossible à mon goût ! Dans la mesure du réel bien sûr ! »

  • « il faut toujours viser la lune car meme en cas d échec on finit dans les étoiles »

« C’est une phrase d’Oscar Wilde qui signifie que l’ambition doit être très très grande et qu’au final on aura quand même réussi une belle chose ! »

  • « we all have two lives , the second One starts when we realize that we only have one »
    (Nous avons tous 2 vies. La seconde commence lorsque nous nous rendons compte que nous n’avons qu’une vie)

« Cette phrase est tatouée sur mon bras. Je vous laisse le soin de l’interpréter à votre goût. En tout cas, elle a été le début de ma carrière et continuera tout au long de ma vie ! »

Stadito remercie Kévin Lefaix pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite de la saison.

You may also like

More in A LA UNE