Christophe Ott : « beaucoup de plaisir à entraîner »

La carrière de joueur de Christophe Ott n’a pas été un long fleuve tranquille. Cependant, il compte bien mettre son expérience à profit et ainsi la faire partager. Pour Stadito, il a accepté de revenir sur sa carrière de joueur et sur son activité actuelle.

L’arrivée dans le monde professionnel…

« Ma première apparition avec les professionnels est peu commune. C’était en Coupe de France, à Vire. J’étais sur le banc et je devais remplacer le gardien qui s était blessé et avait causé un pénalty sur la même action. Je rentre donc et je l’encaisse, mais on se qualifie tout de même. En ce qui concerne première titularisation, c’était en Ligue 2, à Gueugnon. Avant ça j’ai suivi un cursus classique. J’ai fréquenté le sport-études au Collège Fontanes à Niort et au lycée de La Venise Verte, avant d’entrer au centre de formation l’année de ma Terminale. »

Une saison 2005-2006 pleine d’émotions…

« Lors de la descente en National, le club s’est appuyé sur des jeunes du centre de formation et j’ai donc été promu gardien titulaire. Ça a été une saison magnifique sur le terrain et en dehors avec à la clé un titre de Champion de National et une remontée en Ligue 2. »

Le moment de passer à autre chose…

« J’avais fait toute la saison et j’avais contribué à la montée en Ligue 2, mais en fin de saison on m’apprend que je ne serai plus titulaire pour la prochaine saison. C’est difficile à digérer quand on est jeune. A l’époque je n’étais pas très patient et j’avais encore des choses à prouver sur le terrain. À cela ce sont ajoutés des blessures… Après onze années avec les Chamois, je me devais de continuer à avancer dans ma carrière et j’avais envie de voir autres choses. »

Un passage décevant à Pau…

« J’avais été recruté en tant que titulaire par le Président mais le coach avait lui même fait venir son gardien la saison précédente. Malheureusement, ça n’est jamais passé avec ce coach. »

L’expérience étrangère…

« En janvier, alors que je jouais avec Pau, le club grec de Ionikos (2e division) m’a fait une proposition que je n’ai pu refuser étant donné ma situation avec Pau. J’ai ensuite signé un contrat d’un an avec un club chypriote de Limassol. Ces deux saisons m’ont enrichi humainement et professionnellement. J’ai découvert de nouvelles cultures, j’ai côtoyé des personnes d’horizons divers. J’ai vraiment beaucoup appris de ces expériences et de toutes ces personnes… Deux belles années qui m’ont fait grandir ! »

chamoisniortais.fr
Un retour en France et la fin de la carrière de joueur…

« Par la suite j‘ai atterris à Martigues en CFA pour une saison. J’ai ensuite rejoint ma femme en région parisienne. J’ai terminé ma carrière de joueur par deux saisons à Poissy et deux saisons à Versailles. J’aurais aimé poursuivre mais mes douleurs au genou ne me l’ont malheureusement pas permis… »

Une reconversion logique…

« Je joue au foot depuis mon plus jeune âge et j’ai très vite choisi de devenir gardien. J’ai toujours su qu’après ma carrière de joueur je poursuivrais en tant qu’entraîneur ; et c’est assez naturellement que je me suis investi dans les entraînements des jeunes gardiens dans les différents clubs ou je jouais. L’an dernier tout en passant mon diplôme j’assistais mon ancien entraîneur des gardiens de Versailles sur les entraînements des jeunes gardiens de Boulogne Billancourt. Je prends beaucoup de plaisir à entraîner. Bien évidemment les émotions sont différentes, mais je ne pensais pas vivre autant les matchs ! »

Dans le monde du football féminin…

« Au PSG, je m’occupe des gardiennes. Il y a bien sûr une différence au niveau physique, mais s’agissant des entraînements le travail reste le même que l’on soit une femme ou un homme. Certaines sont impressionnantes par leurs qualités et leur investissement au quotidien. Elles sont très professionnelles et ne rechignent jamais à la tâche. »

L’entraînement type d’un gardien de but…

« Une semaine type se compose d’une séance physique, d’une séance de « ballons aériens » et d’une séance de « jeu aux pieds ». Ensuite nous nous adaptons en fonction des séances et des thèmes techniques prévus par le coach. Je peux par exemple travailler avec les gardiennes sur un échauffement une vingtaine de minutes avant qu’elles rejoignent le groupe ou bien travailler avec elles toute une séance. »

Les filles du PSG ont soif de titre…

«  On peut aller chercher un titre car nous en avons les capacités. Depuis le début on travaille très bien après c’est vrai que la première partie de saison a été très éprouvante pour les filles car on a pas l’effectif pour faire tourner énormément encore à l’instar de Lyon. Mais si on arrive à se renforcer intelligemment et que tout le monde a encore cette même mentalité la route va être longue mais tout est possible. »

 

Stadito remercie Christophe Ott pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite bonne chance pour la suite de la saison.
Buy Us a Coffee