ACTUALITÉAmateurD1FFootball FémininFrance

L’Olympique de Marseille avance vite

0
om-feminines

Le onze de l’Olympique de Marseille pour le premier Olympico féminin de l’histoire, le week-end passé.

Le 11 septembre 2016 restera à jamais marqué dans l’histoire de l’Olympique de Marseille. Sur les coups de 16h30, la section féminine du club démarre sa première saison en Division 1. Crée en 2011 avec Christophe Parra à sa tête, l’OM féminin est aujourd’hui arrivé dans la cour des grands. Avant de jouer le haut de tableau avec l’OL, le PSG ou Montpellier, l’ambition sera de se maintenir.

A sa création il y a cinq ans, l’OM se détache de plusieurs clubs professionnels dans sa façon de procéder. Quand Guingamp englobe le stade briochin au sein de l’EAG, quand FC Lyon ; alors quadruple champion de France ; rejoint l’Olympique Lyonnais, ou plus récemment le club d’Algrange devient FC Metz, le club marseillais démarre de zéro et commence à un niveau district.
Une première saison couronnée de succès et une montée en quatrième division plus tard, le club olympien enchaîne et accède à la division d’honneur au premier essai. Le club veut aller vite, et réussit.

Un passage éclair en D2

Été 2014, le club atteint déjà l’échelon national après seulement trois ans et trois montées successives. La passe de quatre ? Non, la faute à des Nîmoises plus expérimentées qui avaient fini dauphines d’Albi la saison passée. « Le mot d’ordre est donc toujours le même : travail.  Il faut sensibiliser les filles sur les progrès à réaliser pour prétendre figurer dans un championnat de niveau national » expliquait d’ailleurs Christophe Parra sur le site du club en début de saison.

Pour sa première saison en D2, l’OM effectue une année excellente. Avec quatorze victoires, six nuls et seulement deux défaites (TFC 3-1 OM, 1e journée ; OM 1 – 3 Claix, 14e journée), il ne manque que cinq points pour monter. Avec des recrues comme Anaïs Hatchi (ex Saint-Malo), Pauline Cousin (ex Hénin-Beaumont) et Caroline Pizzala (ex PSG), Parra avait pourtant su bonifier son effectif. Mais il ne compte pas mettre la formation de côté.
Il s’appuie notamment sur des jeunes comme M’Bassidje (au départ de l’aventure), Laplacette, Anigo, ou encore Caputo.

Après cette année de découverte du haut niveau, Marseille souhaite encore grandir, et opère alors un recrutement digne de ses ambitions. Sandrine Bretigny et Nora Coton-Pélagie rejoignent notamment le club, apportant une expérience de 22 saisons en D1 à elles deux.
Le résultat est là : première défense du groupe C (14 buts en 22 matchs), deuxième meilleure attaque (66, trois buts de moyenne par match), Bretigny deuxième buteuse du championnat (23, égalité avec Bouillot et derrière Jésus et ses 24 réalisations). Marseille s’extirpe en fin de saison d’une lutte avec Grenoble-Claix et Dijon, Marseille est champion. Le bilan du club sera de vingt victoires et deux matchs nuls. Maintenant, direction l’aventure D1 !

L’Olympique de Marseille vit un début de saison difficile en D1, après quatre montées en cinq ans. (Giovanni Pablo Photography)

Des transferts nombreux, un groupe à former

Pour se maintenir dans l’élite, le club des Bouches-du-Rhône a mis en place un nouveau recrutement XXL. Gadéa, Perraud-Magnin, Soulard, Boutaleb, Elisor, Storti, Uyceil, Asseyi posent ainsi cet été leurs valises sur la Canebière. Avec ces arrivées, l’OM semble même viser plus qu’un simple maintien, la première partie de tableau devient envisageable. De plus, l’arrivée en D1 plaît aux annonceurs. L’OM passera en direct sur le petit écran à quatre reprises sur les sept premières journées.
Cependant côté sportif, le début de saison est difficile. Avec un seul point après cinq journées (1-1 à Bordeaux, 1e journée), Marseille est actuellement dans la zone rouge. Ce démarrage a été rendu compliqué par l’opposition au top4 du championnat. « Les exigences du haut niveau font que tu ne peux pas te permettre d’avoir une minute d’inattention, parce que tu la payes directement » avait d’ailleurs rappelé le coach olympien après la lourde défaite contre Montpellier (0-5). Ce passage difficile aura permis à l’OM d’emmagasiner beaucoup d’expérience dès son arrivée dans l’élite.
Après la trêve internationale, les Marseillaises peuvent désormais se lancer dans leur mission maintien, qui commencera le 30 octobre, contre Rodez. Il est maintenant primordial pour Parra et ses troupes de prendre des points face aux équipes plus « abordables », contre qui le maintien s’acquiert réellement.

You may also like

More in ACTUALITÉ