A LA UNEACTUALITÉAmateurDrancyFranceInterviewitoN2

Arnold Abelinti : « sans brûler les étapes »

1

Arnold Abelinti, avant-centre de l’équipe de Drancy qui évolue en CFA est un footballeur plein d’ambitions. Depuis son passage à l’US Orléans jusqu’à son arrivée à Drancy et sa maladie, le joueur se confie à Stadito.

Pouvez-vous vous présenter pour les personnes qui ne vous connaissent pas ?

« Je m’appelle Arnold Abelinti Arnold, guyanais d’origine, mais on m’appelle Bogynho, c’est mon petit surnom. J’ai 24 ans, je mesure 1,83 pour 73 kilos et j’évolue depuis cet été à la JAD de Drancy (CFA) au poste d’avant-centre. »

Vous êtes passé par Orléans. Qu’est-ce qui a fait que vous n’ayez pas eu votre chance avec l’équipe première ?

« Ça faisait deux ans que j’étais en métropole. Mon adaptation a pris un peu de temps, l’équipe évoluait en National, je m’entraînais régulièrement avec les professionnels mais j’évoluais en DH avec l’équipe réserve. Mais bon voilà, j’ai énormément appris et progresser durant mes deux année passées à Orléans. »

Depuis votre départ d’Orléans en 2013, quel est votre parcours ?

« Après mon départ d’Orléans, j’ai décidé de rejoindre St Pryvé (CFA2) où j’ai continué à progresser sous les ordres de Mickaël Ferreira, qui m’a beaucoup appris. Je termine meilleur buteur avec quinze buts. Je m’engage une saison avec Limoges FC en CFA où ça passe pas trop bien mais j’ai la chance de mettre sept buts. Je décide de retourner à St Pryvé où je termine meilleur buteur avec quatorze buts. Et depuis cet été me voilà à la JAD de Drancy en CFA. »

aa

Vous évoluez aujourd’hui à Drancy en CFA. La saison a plutôt bien démarré pour ce club, non ? Qu’en pensez-vous ?

« Effectivement, le début de saison se passe plutôt pas mal avec deux victoires, un nul et une défaite en quatre match. Il y a un bon groupe, un staff qui met tout en œuvre afin qu’on soit dans les meilleures conditions. Mais il faut continuer à travailler pour répondre à l’exigence de ce Championnat qui n’est pas facile avec beaucoup de derbys, franciliens notamment. »

Et sur le plan personnel, comment se passe ce début de saison ?

« Sur le plan personnel, je me sens bien. J’ai réussi à marquer mon premier but de la saison contre Le Havre. Il faut continuer dans se sens afin être décisif pour l’équipe. »

Quel est l’objectif pour le club cette saison ? Vos objectifs personnels ?

« L’objectif du club est de bien figurer dans ce Championnat qui s’annonce difficile avec de gros de budget aussi. Donc l’objectif sera de prendre les matchs les un après les autres. On fera le compte en fin de saison. Mais ce qui est sûr c’est que personne nous empêche de terminer en haut, si on fait ce qu’il faut match après match, week-end après week-end. Mes objectifs personnels sont de continuer à bien m’intégrer à mon nouveau club et aider l’équipe et le club a atteindre ses objectif. Avec, pourquoi pas, un beau parcours en Coupe de France. On sait que cela réussi bien à ce club. Et pour finir, marquer beaucoup de buts, bien-sûr. Je suis avant centre donc c’est sur sa aussi que je serais jugé »

a

Vous êtes aujourd’hui âgé de 25 ans. Pensez-vous pouvoir atteindre le monde professionnel sous peu ?

« Sous peu, ça je ne sais pas. Mais ce qui est sûr, c’est que rien n’est impossible. C’est une phrase qu’on entend un peu partout qui parait banale, mais c’est vrai. Pour ma part je me donne tous les moyens afin d’atteindre le monde professionnel, sans brûler les étapes. »

Vous souffrez d’une d’une pigmentation, maladie appelée vitiligo. Pouvez-vous nous en parler ?

« Oui, effectivement je souffre du vitiligo depuis l’âge de 10 ans. C’est une maladie trop méconnue qui touche aujourd’hui 2% de la population. Les symptômes sont minimes et cela peut toucher n’importe qui. Malheureusement, aucun traitement n’a encore été trouvé pour guérir complétement de cette maladie. Ça n’a pas été facile étant jeune avec le regard des autres et les moqueries. Mais grâce à ma famille, mes amis, j’ai pu passé au-dessus de tout ça même si cela a pris du temps. Mais aujourd’hui je le vis plutôt bien. Ça ne m’empêche pas de faire mon métier et surtout de mettre des buts. C’est devenu un peu ma marque de fabrique, beaucoup de personnes me reconnaissent grâce à ça. »

arnold-abelinti
L’équipe Stadito tient à remercier le joueur, Arnold Abelinti, de nous avoir accordé de son temps pour répondre à nos questions. Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de la saison.

You may also like

More in A LA UNE