OGC Nice : La même saison avec l’Europe ?

13898227_1224858054221195_2096829654_o

Fort du coup de poker Ben Arfa qui s’était avéré être un coup de génie, l’OGC Nice avait fini la saison passée avec le rôle de révélation de l’année et un ticket européen en poche. Après avoir perdu son duo offensif si performant mais être également parvenu à attirer un entraîneur très reconnu, le Gym veut se stabiliser dans les hauteurs du classement, et profiter au maximum de son aventure européenne. Un objectif remis en cause par le mercato agité, mais en 2016-2017, les Aiglons veulent prouver qu’il n’y a pas d’âge pour être ambitieux.

La saison 2015-2016

Il y a un peu moins d’un an, lors de la journée d’ouverture de la Ligue 1 version 2015-2016, les Aiglons s’inclinaient vaillamment à domicile contre Monaco, à 10 contre 11 et malgré une performance prometteuse. Ils ne le savent pas encore, mais ces trois points abandonnés à Monaco sont ceux qui, à la fin de la saison, les séparent du Top 3 français et du rêve de Ligue des Champions.
De Furiani où, 15ème avant la 6ème journée, ils vont chercher leur deuxième victoire pour les propulser à la 9ème place, à Guingamp où ils finissent sur une victoire en espérant un faux-pas de Monaco dans le même temps, les Niçois ne quitteront jamais la première partie de tableau. Mieux, à partir de leur festival offensif au Roazhon Park de Rennes (1-4), mi-octobre, ils assumeront toute la saison de jouer les places européennes, pour l’épilogue qu’on connaît.
Alors que les surprises Caen et Angers ou les menaces passagères Rennes et Nantes s’avèrent n’être que des feux de pailles et sont rattrapés par les habitués du haut de tableau, Nice est la seule surprise à avoir empoché son ticket, se payant même le luxe de rêver de Ligue des Champions jusqu’à la dernière journée.
Il faut dire qu’avec ses victoires prestigieuses face à Lyon (3-0), Bordeaux (6-1), Saint-Étienne (1-4 puis 2-0) et Rennes (1-4 puis 3-0), l’OGC Nice impressionne par sa force de frappe offensive et sa créativité à travers tout la saison. Aucun doute, avec l’inattendu duo Hatem Ben Arfa – Valère Germain en attaque et le jeune trio Mendy – Koziello – Seri au milieu, les hommes de Claude Puel sont la révélation de la saison.

13161929_1074730945916527_4574690081547422842_o

Focus : Lucien Favre, nouvel entraîneur

Après une saison où il avait fait l’unanimité en instaurant une véritable alchimie dans son groupe, le départ de Puel aurait pu laisser un trou béant sur la Côte d’Azur, mais les dirigeants avaient prévu le coup : quelques dizaines de minutes seulement après l’annonce du départ de son technicien, l’OGCN communique qu’il sera remplacé par Lucien Favre. Un gros coup quand on voit la cote dans le monde du football de cet ancien joueur international suisse, passé notamment par Toulouse au début des années 1980. En effet, le francophone de 58 ans s’est fait un nom depuis quelques années en se spécialisant dans le « beaucoup avec peu » en Bundesliga.
D’abord à Berlin, où, après avoir gravi les échelons en Suisse jusqu’à remporter deux fois le championnat avec Zurich, il reprend en 2007 un Hertha au bord de la crise qui s’est débarrassé de 10 joueurs durant le mercato. Après une saison de transition où il assure le maintien, il déjoue tous les pronostiques pour envoyer son équipe aux premières places. À l’issue de cette saison, le club berlinois figure à la 4ème place et la ville tombe sous le charme de Lucien Favre et son coaching dynamique (Favre aime varier son dispositif et sa hiérarchie poste par poste à chaque match).
La situation se dégradera malheureusement à cause de contentieux avec les dirigeants au sujet du mercato à effectuer durant l’été 2009, et le Hertha enchaînera à l’automne une série de défaites qui lui sera fatale. Viré, le héros devenu paria rebondit du côté de Mönchengladbach, où il acquiert définitivement la reconnaissance d’un des tout meilleurs entraîneurs du championnat. Il mènera les Fohlen des places de relégable à la Ligue des Champions. Alors que le club n’avait jamais fini devant la 12ème place depuis sa promotion en Bundesliga, il finira respectivement 4ème, 8ème, 6ème et 3ème sous les ordres de Favre. D’ailleurs, même après le début de saison catastrophique du Borussia et la démission de Lucien Favre en automne dernier, le club finit 4e au classement. De quoi prouver que Mönchengladbach est devenu un grand d’Allemagne depuis le passage de Lucien Favre.
En revenant sur sa carrière lors d’une interview, Favre estimait que, s’il avait toujours récupéré des équipes en difficulté pour les propulser dans la première partie de tableau, il serait intéressé de récupérer une équipe déjà dans le Top 5 pour jouer la course au titre. C’est peut-être le challenge qui l’a motivé à reprendre de ses fonctions à Nice, d’autant qu’ il pourra jouer l’Europa League, à laquelle il avait déjà goûté avec Mönchengladbach. On imagine surtout que la jeunesse de l’effectif niçois et la qualité de son centre de formation auront joué un rôle majeur pour le convaincre, lui qui a par le passé montré ses qualités de coach formateur en développant des joueurs comme Marco Reus, Granit Xhaka ou Marc-André Ter Stegen, à Mönchengladbach.
À première vue, Favre colle sur tous les points avec le profil parfait pour les Niçois. Reste à savoir si le club ne se porte pas déjà trop bien pour ses standards…

favre

Mercatito

Départs :

Il n’y a pas que Claude Puel que le succès aura éloigné de la Côte d’Azur. Cet été, les fans de l’OGCN auront dû dire adieu à de nombreux cadres, à commencer par les deux attaquants qu’ils avaient relancé : Hatem Ben Arfa jouera au PSG la saison prochaine, alors que Valère Germain a reconquis son club formateur, le voisin monégasque. Toujours en attaque, Favre devra composer sans Alexandre Mendy, que le club n’a pas retenu et qui s’est engagé à Guingamp, ainsi que le milieu offensif Wallyson Mallmann, reparti au Sporting Portugal d’où il était prêté.
Dans le secteur défensif, le milieu sentinelle Nampalys Mendy est parti à Leicester pour 15M€, alors que Jérémy Pied, Niklas Hult et Romain Genevois sont partis libres ou pour des sommes dérisoires, respectivement vers Southampton, le Panathinaïkos et le Stade Malherbe de Caen. Silence radio pour Kévin Gomis, annoncé partant en début de mercato mais qui est à l’heure actuelle encore niçois.
Les jeunes Stéphan Raheriharimanana et Franck Honorat ne sont pas non plus conservés, tout comme Mahamane Traoré.
Lucien Favre, qui pourrait croire revivre ses premières heures à Berlin, n’a d’ailleurs pas caché qu’il savait que les départs allaient fortement compliquer sa tâche.

13898353_541727602684455_2049433221_o
Un trio qui pourrait manquer à l’OGC Nice cette saison (Valère Germain, Hatem Ben Arfa et Jérémy Pied).

Arrivées :

Pour pallier cet exode de masse, le club de Jean-Pierre Rivière s’est activé pour réaliser un mercato jeune mais varié, entre joueurs français et étrangers, entre paris et valeurs sûres.
En défense, le latéral gauche brésilien Dalbert (22 ans) est arrivé de Vitoria Guimarães pour 2M€, alors qu’Arnaud Souquet (24 ans), qui évolue en tant que latéral droit voire en tant que milieu défensif, a été débuché à Dijon pour 1.25M€. Et pour combler le départ de Genevois, celui potentiel de Gomis et l’impossibilité du capitaine Bodmer à enchaîner les matchs, il s’est raconté un temps que Lucien Favre tentait de rapatrier l’international brésilien Dante, qu’il avait développé à Mönchengladbach. Le transfert ne se fera finalement pas, mais il confirme que le Romand, comme il l’avait annoncé à la presse, cherche encore des profils expérimentés. À côté de ce feuilleton qui traîne, le Gym devrait également utiliser les jeunes Albert Rafetraniaina et Lucas Rougeaux, de retour de prêts, dans le secteur défensif.
Au milieu, Wylan Cyprien (Lens) et Arnaud Lusamba (Nancy) arrivent tous deux de Ligue 2, alors que les recrues offensives se résumeront presque à des retours de prêts : Valentin Eysseric, Julien Vercauteren, Saïd Benrahma, Alexy Bosetti et Bryan Constant. Un seul attaquant fait exception : le jeune britanno-grec Anastasios Donis, 19 ans et prêté par la Juventus.
Une autre touche d’originalité et d’exotisme proviendra de l’arrivée du jeune gardien argentin Walter Benitez (23 ans), inconnu en France et déniché à Quilmes.
Il est difficile d’estimer le nombre de joueurs qui passeront le cap que représente le passage en équipe professionnelle, mais le stage préparatoire nous aura notamment fait découvrir Malang Sarr (défenseur polyvalent, 17 ans) et Vincent Marcel (milieu, 19 ans).

Effectif

Alors que l’âge moyen des joueurs qui ont quitté le club lors de ce mercato est de 25.5 ans et que celle des arrivants est de 21.9, on peut imaginer qu’encore plus que l’an passé, Nice se basera sur un effectif très jeune. Sans même prendre en compte les jeunes qui pourront potentiellement rejoindre le groupe pro, l’effectif arbore effectivement une moyenne d’âge de 23.5 ans, ce qui devrait vraisemblablement à nouveau être le plus jeune de Ligue 1. La moyenne plonge même à 22.0 pour les postes offensifs, où le doyen depuis les départs de Ben Arfa et Germain est Mickaël Le Bihan (26 ans), parmi par exemple Donis (19 ans), Pléa (23 ans), Eysseric (24 ans) ou Caddy (21 ans), et à 21.2 pour le milieu, où seul Jean Michaël Seri (25 ans) dépasse les 21 piges. Il sera d’ailleurs vraisemblablement incontournable au milieu avec Vincent Koziello (20 ans), alors que les postes aux alentours, à nombre variable selon les nombreux systèmes utilisés par Favre, seront pourvus par Rémi Walter (21 ans), Wylan Cyprien (21 ans), Arnaud Lusamba (19 ans), Albert Rafetraniaina (19 ans) ou d’autres jeunes moins attendus.
Seule la défense, avec les expérimentés Paul Baysse (28 ans) et Mathieu Bodmer (33 ans) équilibre un effectif très juvénile mais aux multiples talents. Derrière eux, Kévin Gomis (27 ans), Maxime Le Marchand (26 ans) puis les jeunes Gautier Lloris (21 ans), Lucas Rougeaux (22 ams) et Olivier Boscagli (18 ans) seront chargés de couvrir le poste. Sur les côtés, Dalbert, Pereira et Souquet devraient également laisser un peu d’espace à des jeunes polyvalents.
Côté gardien, Favre a pour le moment 4 options à sa disposition, dont trois jeunes : Yohan Cardinale (22 ans), titulaire pour la majorité de la saison passée, Mouez Hassen (21 ans), qui avait beaucoup joué en 2014-2015, l’expérimenté Simon Pouplin (31 ans) et la recrue Walter Benitez (23 ans).

13735542_1118143014908653_7827360026795649971_o

Joueurs cadres

Paul Baysse : Si Zlatan était resté en Ligue 1, il apprendrait peut-être cette saison le nom de l’ancien défenseur stéphanois. Prêté la saison passée par l’ASSE à Nice, Paul Baysse s’y est imposé et, en jouant 33 matchs de L1, il a activé la clause de rachat automatique par Nice, fixée par Saint-Étienne à 20 matchs. Dans le club où il s’est épanoui, Baysse devrait maintenant chercher à s’affirmer comme l’un des meilleurs défenseurs du championnat. Le Gym ne demande que ça, car au vu des blessures récurrentes du capitaine Bodmer et de l’âge moyen du potentiel onze de départ, il devrait assumer un rôle de leader sur le terrain indispensable pour la confiance et la solidité des Aiglons. Il a d’ailleurs porté le brassard de capitaine en match amical face à Servette, Toulouse et Naples.

Jean Michaël Seri : À 25 ans, l’Ivoirien fait figure de doyen du milieu de terrain. Aux côté de ses très jeunes coéquipiers, on attend qu’il assure le relais avec autant de fiabilité que la saison passée. Car en se remémorant ses performances lors des 38 matchs de Ligue 1 version 2015-2016 auxquels il a tous participé, le mot expérience semble naturellement nous venir à l’esprit. Jusqu’à ce que l’on se rappelle que ce milieu si à l’aise jouait sa première saison dans notre championnat, après un parcours peu connu dans les championnats ivoiriens et portugais.

Vincent Koziello : Certes, il n’est pas facile de citer parmi les cadres d’une équipe de Ligue 1 un blondinet à qui on ne donnerait pas plus de 18 ans à première vue. Mais avec la désertion des joueurs expérimentés de la saison passée, Nice devra bien se tourner vers un jeune pour assurer le rôle de cadre. À ce compte, personne n’est mieux placé que Koziello : le milieu de 20 ans a déjà une saison entière au haut niveau (35 matchs, qui plus est avec des performances impressionnantes), saura transmettre l’identité des Aiglons et la transition des joueurs provenant de la formation et a déjà montré sur le terrain qu’il avait l’intelligence pour s’adapter et qu’il était sans complexes. Pour sa deuxième vraie saison de Ligue 1, le crack Vincent Koziello a la possibilité de passer un nouveau cap dans un championnat déjà presque à ses pieds.

180577-large
Vincent Koziello, petit par la taille mais grand par le talent.

Joueurs à suivre

Mathieu Bodmer : Il aura été difficile de ne pas le citer parmi les cadres de l’Ogym. L’ancien milieu parisien, de loin le plus âgé de l’effectif, paie son vieillissement. L’année passée, à cause de nombreuses blessures, il n’aura joué que 19 matchs (dont 16 avec le brassard de titulaire). Il est ainsi difficile et dangereux pour le club d’offrir un rôle trop important sur le terrain à Bodmer, même s’il est indéniable que le vestiaire profitera de son expérience à travers la saison. Un cadre en perte de vitesse qui aura malgré tout son plus à apporter.

Ricardo Pereira : Il était arrivé en prêt pour deux ans de Porto à la toute fin du mercato estival 2015, pour pallier le départ de Jordan Amavi. Tantôt aligné à gauche, tantôt à droite, il aura joué 26 matchs de championnat, pour presque autant de bonnes performances. Avec les départs de Pied et de Hult, il sera plus que jamais indispensable dans le jeu niçois, et pourrait faire exploser sa cote qui monte déjà en flèche.

Valentin Eysseric : Même s’il n’est pas assuré qu’il reste, Valentin Eysseric ressemble à un renfort inespéré pour le Gym. Suite à une adaptation et des performances mitigées, l’option d’achat n’aura pas été levée par Saint-Étienne, où il était prêté, et le revoilà sur la Côte d’Azur. Désormais, le milieu offensif de 24 ans dispose d’une seconde chance pour montrer que son choix de l’été 2015 n’a pas compromis sa carrière. Et vu le nombre réduit d’options pour les postes offensifs, les dirigeants niçois ne demandent que ça.

Arnaud Lusamba : Bien qu’il soit possible que le service de recrutement de l’OGCN nous aie rapatrié un nouvel étranger de la trempe d’un Dario Cvitanich ou d’un David Ospina sous les anonymes pseudonymes que sont Dalbert, Donis ou encore Benitez, l’arrivée de Lusamba est d’un point de vue objectif le transfert avec le plus de garanties de réussite. Pour le milieu offensif de 19 ans, qui a déjà engrangé de l’expérience en Ligue 2 avec Nancy (49 matchs en deux saisons pour 10 buts), la marche est en effet naturelle. Sa polyvalence lui permettant de jouer en soutient des attaquants et en tant que milieu relayeur dans le 4-4-2 en losange (ce fut le cas contre l’Etoile du Sahel) ainsi qu’ailier gauche dans un 4-3-3 (ce fut le cas contre Naples) est un argument de poids pour croire que Lusamba va s’imposer dès sa première saison en Ligue 1.

Conclusion et objectifs

Pour entamer cette conclusion, quoi de mieux que de laisser la parole à Lucien Favre, qui expliquait dans une interview en février « mon objectif, c’est de tout optimiser ».
Pour cette saison, qui pourrait bien être une saison de transition, l’objectif sur la Côte d’Azur se résumera à rester européen. Un challenge pas évident au vu des départs qui ont modifié le groupe, l’Helvète aillant d’ailleurs confié en conférence de presse il y a quelque jours : « j’aime ce genre de challenge. Je suis sûr que sur le moyen ou le long terme, on va réussir quelque chose de bien. Mon travail va être de stabiliser l’équipe vers le haut. Voir Nice retrouver un équilibre va prendre du temps. Il faudra trouver des solutions collectives. Ça pourrait être une saison difficile. L’Europa League va donner aux joueurs une expérience, mais elle sera également une charge lourde pour eux ».
Cependant, les fans niçois peuvent avoir l’espoir de voir Favre atteindre ses objectifs de la saison à venir en « optimisant » son effectif et ces recrues que l’on se réjouit de découvrir ainsi qu’en développant ses joueurs à potentiel et tous les jeunes du centre de formation qui s’apprêtent à rejoindre le groupe.

téléchargement (6)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *