Montpellier HSC : Retrouver la magie de 2012

13835814_1216820078358326_387711206_o

Suite à une saison 2011-2012 tout simplement exceptionnelle, le Montpellier Hérault Sport Club devenait à la grande surprise générale champion de France au nez et à la barbe du grandissime favori, le Paris Saint-Germain, suite à sa victoire sur la pelouse d’Auxerre le 20 mai 2012. Depuis cette date devenue inoubliable pour tous les supporters du MHSC, le club fondé en 1919 est redevenu une équipe que l’on pourrait qualifier de banale parmi les 19 autres formations de Ligue 1, les Montpelliérains se retrouvant de nouveau à jouer leur maintien dans l’élite plutôt que des places européennes durant ces quatre dernières années. Depuis ce sacre en 2012, le club présidé et incarné par Louis Nicollin depuis 1974 est marqué par l’instabilité, notamment à la tête de l’équipe où les entraîneurs se succèdent les uns après les autres.

L’ascenseur émotionnel depuis 2009

Cinq ans après l’avoir quittée, la Paillade est de retour en Ligue 1 en 2009 suite à une saison passée en Ligue 2 riche en suspens, le MHSC validant sa promotion lors de la dernière journée après une victoire poussive face au RC Strasbourg (2-1). Suite à cette montée, Rolland Courbis quitte le club et laisse sa place à René Girard qui se voit attribuer la mission de maintenir Montpellier en première division. Dès sa première saison à la tête de l’équipe héraultaise, l’ancien entraîneur des espoirs français fait forte impression en amenant le MHSC à la 5ème place du classement tout en proposant un jeu rapide et attrayant. La saison suivante est plus poussive avec une 14ème place en Ligue 1, une finale de Coupe de la Ligue perdue contre l’Olympique de Marseille (1-0) et une élimination directe en Ligue Europa contre le club hongrois du Győri ETO FC.

Puis arrive la saison 2011-2012. Emmené par une équipe extraordinaire incarnée par Olivier Giroud, Younès Belhanda, Mapou Yanga-Mbiwa ou encore Henri Bedimo, le Montpellier HSC termine premier du championnat et est donc sacré champion de France à la grande surprise générale, l’effectif montpelliérain n’étant à première vue pas capable de rivaliser avec les stars du Paris Saint-Germain. En remportant ce premier titre de champion de France en 2012, Montpellier rentre donc dans l’histoire du football français. En plus de ce trophée, la Paillade compte également le meilleur buteur du championnat dans ses rangs, Olivier Giroud, avec 21 réalisations à son actif.

montpellier_champion_de_france

Néanmoins, l’euphorie ne durera qu’une saison. Après avoir vendu plusieurs de ses artisans du titre la saison passée, Montpellier ne confirme pas et passe de la 1ère place en 2012 à la 9ème en 2013. De plus, le club héraultais voit une nouvelle fois son aventure européenne se terminer au plus court après avoir terminé bon dernier de sa poule en Ligue des Champions. Le 14 juin 2013, René Girard est officiellement nommé entraîneur du LOSC, les dirigeants héraultais prennent alors la décision de le remplacer par Jean Fernandez. Cette arrivée ne parvient cependant pas à redonner une nouvelle dynamique au MHSC, le club de Louis Nicollin fleurtant avec la zone de relégation à l’hiver 2013. Jean Fernandez démissionne finalement de son poste après une nouvelle défaite à domicile contre le FC Lorient (0-2) lors de la 16ème journée. Cette démission permet à Rolland Courbis de faire son « come-back » et prend les commandes du MHSC, pointant à une inquiétante 17ème place à la trêve. Montpellier parvient finalement à sauver sa peau en terminant 15ème après une bonne deuxième partie de saison qui a notamment vu s’illustrer deux joueurs de la Paillade, Mbaye Niang et Rémy Cabella. En 2014-2015, Montpellier se remet à surprendre ses adversaires en finissant 7ème de Ligue 1. Néanmoins, l’accalmie était de trop courte durée dans l’Hérault et Louis Nicollin voit une nouvelle fois son club plonger dans les dernières places du classement durant la fin d’année 2015. Rolland Courbis quitte le club par la petite porte en démissionnant le 23 décembre 2015 alors que le MHSC est relégable. Les responsables héraultais se laissent alors un temps de réflexion en nommant dans un premier temps un duo au poste d’entraîneur, Pascal Baills et Bruno Martini. C’est finalement le 26 janvier 2016 que Louis Nicollin et ses acolytes portent leur dévolu sur Frédéric Hantz en lui offrant les clés du Montpellier HSC. La suite, nous vous laissons la lire ci-dessous.

Frédéric Hantz, simple et efficace

Alors que le MHSC semblait en perdition l’hiver dernier, l’ancien coach du SC Bastia a su insuffler un nouveau souffle dès sa promotion à la tête de l’équipe première. Tandis que la Paillade se retrouve dans la zone de relégation après une défaite contre le SM Caen (1-2) lors de la 22ème journée, Frédéric Hantz succède au duo Pascal Baills et Bruno Martini et parvient à redonner un nouvel élan au club montpelliérain à l’image du franc succès sur la pelouse du Gazélec d’Ajaccio (0-4) pour sa première rencontre sur le banc. Par la suite, Montpellier empoche 10 points sur 15 possibles et s’éloigne de la zone de relégation. Le pari des dirigeants semble payer, les médias commençant même à évoquer un « effet Hantz ». La Paillade termine finalement à une satisfaisante 12ème place au vu de la situation à la mi-saison. Frédéric Hantz espère désormais poursuivre sur cette dynamique durant cette saison en prenant cette fois ci une marge de sécurité sur la zone rouge.

téléchargement (15)

Un mercato plus que calme au niveau des arrivées

Hormis les retours de prêt de Steve Mounié (21 ans) et de Nicolas Saint-Ruf (23 ans), le Montpellier HSC n’a enregistré pour le moment que l’arrivée de deux nouveaux renforts. Le premier, Anthony Vanden Borre, vient tout droit de la Belgique et du prestigieux club d’Anderlecht. Ce joueur de 28 ans évolue principalement au poste d’arrière droit et est prêté avec option d’achat. La deuxième recrue ne devrait pas être dépaysée en rejoignant le MHSC puisqu’il s’agit de Killian Sanson, frère de Morgan Sanson. Le jeune milieu de terrain de 19 ans arrive en provenance de l’Évian Thonon Gaillard et signe par la même occasion son premier contrat professionnel d’une durée de trois ans. Le cadet de la famille Sanson évoluera dans un premier temps avec l’équipe réserve selon le club héraultais.

2048x1536-fit_nouvelle-recrue-mhsc-anthony-vanden-borre-pose-cotes-president-delegue-laurent-nicollin
Anthony Vanden Borre, seule recrue majeure pour Montpellier durant ce mercato estival.

Au niveau de l’effectif, Montpellier affiche une équipe assez solide. Dans les buts, aucun changement avec Geoffrey Jourdren en numéro un et Laurent Pionnier en numéro deux. Devant eux, on retrouve l’inépuisable défenseur brésilien Hilton qui est reparti pour une nouvelle saison à 38 ans. Il sera épaulé par l’ancien toulousain Daniel Congré qui semble au top de sa forme à 31 ans. Sur le couloir gauche, on retrouvera très certainement Jérôme Roussillon qui s’est imposé comme une véritable valeur sûre pour le club de Louis Nicollin. De l’autre côté, à droite, Mathieu Deplagne se verra concurrencer par la récente arrivée de Anthony Vanden Borre et devra donc montrer toute l’étendue de son talent pour pouvoir conserver sa place dans le onze montpelliérain. Mais les principales attentes seront tournées vers le maestro de cette équipe, Ryad Boudebouz. L’international algérien de 26 ans peut à lui seul changer le déroulement d’une rencontre. Il aura à sa charge de diriger le jeu de la Paillade en menant les offensives avec sa patte gauche prête à faire de nouvelles merveilles. L’attaque représente la plus grande incertitude avec l’absence d’un véritable buteur. Souleymane Camara, Casimir Ninga ou encore Kévin Bérigaud auront la lourde tâche de faire vibrer le Stade de la Mosson, à l’image d’un Olivier Giroud meilleur buteur de Ligue 1 il y a de ça quelques années. Depuis son départ, la Paillade n’est jamais vraiment parvenue à lui trouver un successeur et espère bien avoir une surprise parmi ses rangs durant cette saison.

téléchargement (16)

Au rayon des départs, Montpellier a laissé filer deux de ses principaux cadres de l’année dernière, Bryan Dabo à l’AS Saint-Étienne et Jonas Martin au Betis Séville (Espagne). Le club héraultais n’a également pas conservé Mustapha Yatabaré et Ramy Bensebaini, tous deux prêtés la saison passée au MHSC. Enfin, quatre autres joueurs ont également quitté le navire : Djamel Bakar a rejoint le RCS Charleroi (Belgique), Jean Deza est parti au PFC Levski Sofia (Bulgarie), Quentin Cornette a signé en Ligue 2 avec l’Amiens SC et Anthony Ribelin a pris la direction de la Bretagne en rejoignant le Stade Rennais.

Raviver la flamme dans l’Hérault

Alors que le stade de la Mosson affiche un taux de remplissage de plus en plus inquiétant (43,23% la saison passée), Montpellier se doit de faire bonne impression à l’aube de cette nouvelle saison. Dans un premier lieu, le MHSC devra assurer à tout prix son maintien dans l’élite avant de songer à un avenir plus radieux à l’image de 2012.

1191204-24902067-1600-900
Le Stade de la Mosson est de plus en plus déserté par les supporters héraultais durant ces dernières années.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *