FC Lorient : Se sauver par le « beau jeu »

13838409_1216817148358619_237865482_o

Fondé en 1926, le Football Club de Lorient est parvenu au fil des années à se faire une place dans le football français. Après avoir découvert l’élite française à la fin du 20ème siècle, le club breton s’y est finalement parfaitement implanté durant ces dix dernières années. Pour preuve, les Merlus vont disputer cette année leur onzième saison consécutive en Ligue 1. Entre-temps, le club présidé par Loïc Féry depuis août 2009 s’est séparé de son mythique entraîneur, Christian Gourcuff, laissant place au disciple Sylvain Ripoll qui a vraisemblablement su attraper le relais en conservant un jeu porté vers l’offensive tout en maintenant le FC Lorient en première division.

Une régularité trouvée durant ces dix dernières années

L’histoire entre le FC Lorient et la Ligue 1 est très récente. Le club morbihannais incarné par l’emblématique Christian Gourcuff connaît sa toute première saison dans l’élite en 1998. Néanmoins l’aventure tourne court, le FCL ne parvenant pas à se maintenir et est de retour en deuxième division. Au tout début des années 2000, les Bretons refont leur apparition en Ligue 1. La saison 2001-2002 est très contrastée pour les Lorientais. Vainqueur de la Coupe de France et finaliste de la Coupe de la Ligue, le FC Lorient ne parvient pas à conserver sa place en première division et redescend donc en Ligue 2 avec une qualification pour la coupe de l’UEFA (ancien nom de la Ligue Europa) dans la poche. Les Merlus sont éliminés dès le premier tour de cette compétition européenne et se doivent de réagir pour relever la tête malgré la consolation du premier trophée rapporté en terre morbihannaise.

coupe_de_france_dans_la_tribune_officielle_2002
Le FC Lorient remporte la Coupe de France en 2002.

Deux ans après son départ vers le Stade Rennais, Christian Gourcuff est de retour à la tête de l’équipe bretonne en 2003. À travers une philosophie bien à part, le FC Lorient retrouve une nouvelle fois la Ligue 1 en 2006 après avoir devancé de justesse le Stade Malherbe de Caen (une 3ème place obtenue à la différence de buts). Emmené par André-Pierre Gignac, Ulrich Le Pen, Rafik Saïfi ou encore Fabrice Abriel, le FCL conserve enfin sa place dans l’élite française avec un maintien obtenu haut la main, le club dirigé à l’époque par Alain Le Roch terminant à une honorable 10ème place. Les années passent et le club breton se stabilise en première division à travers une identité bien particulière incarnée par Christian Gourcuff et le « beau jeu » qu’il développe. En 2009, les Merlus connaissent un nouveau tournant dans l’histoire avec la passation de pouvoir entre Alain Le Roch et Loïc Féry. Ce dernier met en place une nouvelle politique financière au sein du club, notamment en diminuant la part fixe des salaires au profit d’une part variable indexée sur les résultats sportifs. À son arrivée, le nouveau dirigeant breton aspire à « pérenniser la présence du FC Lorient au plus haut niveau du football professionnel français ». Le projet démarre bien avec une septième place obtenue dès sa première saison à la tête du club. Les Merlus poursuivent leur progression durant les années suivantes sans parvenir à dépasser cette septième place. Le club voit éclore au sein de ses rangs quelques beaux noms du football français à l’image de Kévin Gameiro, Laurent Koscielny, Christophe Jallet, Jérémy Morel ou encore Morgan Amalfitano.

téléchargement (12)
Lors de la saison 2009-2010, l’équipe du FC Lorient a fière allure avec notamment Kévin Gameiro, Arnold Mvuemba, Laurent Koscielny ou encore Sylvain Marchal dans ses rangs.

Lors de la saison 2013-2014, nouveau rebondissement en Bretagne avec le départ à priori définitif de Christian Gourcuff suite à des conflits avec les dirigeants notamment à travers un désaccord sur les nombreuses ventes de joueurs cadres (en particulier le départ de Mario Lemina à Marseille le 2 septembre 2013). Sylvain Ripoll est donc nommé le 25 mai 2014 entraîneur du club après avoir passé onze années à apprendre aux côtés de Christian Gourcuff en étant son adjoint. L’ancien joueur et capitaine du FCL se voit donc attribuer la lourde tâche de succéder au symbole du club. Après avoir réussi à attirer Jordan Ayew dans ses filets, le club breton se maintient à l’avant dernière journée en obtenant le point du match nul sur la pelouse du FC Nantes. La saison passée, le club breton est resté relativement éloigné tout du long de la zone de relégation malgré un relâchement en fin de championnat qui a fait plonger les Merlus à une triste 15ème place.

1466179-31320629-2560-1440
24 avril 2015, le FC Lorient s’imposait 5 buts à 3 lors d’un incroyable match au Stade Vélodrome face à l’Olympique de Marseille. Emmené par un Jordan Ayew en feu, le club breton avait fait un grand pas vers le maintien lors de cette soirée inoubliable pour tous les Lorientais.

Sylvain Ripoll, dans la continuité de Christian Gourcuff

Après avoir passé onze saisons en tant qu’adjoint de Christian Gourcuff, Sylvain Ripoll a désormais fait ses preuves en Ligue 1 avec 2 saisons à son actif. Conservant la philosophie de son prédécesseur, le coach de 44 ans a tout de même su s’écarter du fil directeur par moment, à l’image de l’utilisation d’un second système tactique derrière le traditionnel 4-4-2, le 4-1-4-1 avec un milieu relayeur devant la défense. Prolongé en janvier dernier jusqu’en 2019, Sylvain Ripoll et son staff s’inscrivent donc dans la durée avec le FC Lorient.

ripoll_fcl

Un mercato à première vue bien géré avec des habituelles venues de l’étage inférieur

Comme à son habitude, le FC Lorient a su recruter malin dans ce marché de transfert estival. Avec la rapide signature de Paul Delecroix en provenance de Niort, le FCL a ainsi trouvé un nouveau numéro 2 compétent après le départ de Florent Chaigneau (fin de contrat). Le gardien de 27 ans découvrira donc la Ligue 1 après avoir disputé plus de 100 rencontres de Ligue 2 avec les Chamois Niortais. En défense, le club morbihannais est parvenu à rapatrier Lindsay Rose en terre bretonne alors que le défenseur central de 24 ans avait déjà passé les six derniers mois sous le maillot tango en prêt. Après de longues négociations avec l’Olympique Lyonnais, les dirigeants lorientais ont finalement réussi à obtenir le transfert définitif de l’ancien valenciennois pour un montant de 1,5 M€ auquel pourront s’ajouter des incentives pour un maximum de 0,3 M€. À droite de la défense, le club morbihannais a trouvé un remplaçant à Lamine Gassama en la personne de Faiz Selemani, jeune latéral de 22 ans excellent la saison passée avec Niort en Ligue 2. Au milieu de terrain, le FC Lorient est allé chercher le puissant milieu défensif Cafú au Portugal dans le club de Vitoria Guimaraes (D1 portugaise). Âgé de 23 ans, l’international espoir portugais passé par le Benfica Lisbonne espère s’imposer en France en amenant notamment au FC Lorient sa combativité et son impressionnant volume de jeu. À ses côtés, Sylvain Marveaux fera également parti de l’entre jeu lorientais.  Le gaucher passé par l’Angleterre avec Newcastle s’apprête donc à évoluer dans un troisième club breton après sa formation et ses débuts professionnels au Stade Rennais (2001-2011) et son passage en prêt à l’En Avant de Guingamp il y a deux saisons. Le joueur de 30 ans a signé gratuitement pour une saison (plus une en option) et compte bien apporter son expérience du haut niveau à un groupe assez jeune.

13730933_1134741986584399_7589879342502601320_o
Sylvain Marveaux sous ses nouvelles couleurs.

En dehors de ces arrivées, le FC Lorient a conservé l’axe majeur de son effectif. Dans les cages, Benjamin Lecomte est bien parti pour effectuer une saison supplémentaire sous le maillot tango. À 25 ans, le gardien lorientais semble au top de sa forme après des performances de haute volée depuis deux saisons. Devant lui, Zargo Touré s’est imposé en défense centrale aux côtés de Lindsay Rose la saison passée. Au milieu de terrain, Didier Ndong aura un rôle essentiel, le joueur de 22 ans devant assurer le relais entre la défense et l’attaque. Avec sa coupe de cheveux devenu célèbre, Didier Ndong semble avoir les épaules pour assumer cette tâche, le polyvalent droitier ayant déjà effectué de très belles rencontres la saison dernière. Devant lui, Walid Mesloub sera certainement le maître à jouer de cette équipe, garant du beau jeu à la Lorientaise. Très à l’aise techniquement, l’international algérien pourrait très bien faire des ravages cette saison en Ligue 1, tout comme Jimmy Cabot qui a excellé lors des matchs de préparation cet été. Enfin, devant, les regards seront tournés vers la paire Moukandjo – Waris, auteur à eux deux de 24 buts l’année dernière (13 pour le Camerounais et 11 pour le ghanéen). Benjamin Jeannot, quant à lui, se verra certainement attribuer un rôle de joker de luxe, l’attaquant de 24 ans atteignant souvent une dizaine de buts par saison toutes compétitions confondues.

13708426_1137718439620087_832461621001416347_o

Au niveau des départs, Lorient devra faire sans Raphaël Guerreiro. Le récent vainqueur de l’Euro 2016 avec le Portugal s’est envolé du côté de l’Allemagne en s’engageant en faveur du Borussia Dortmund. Le montant de la transaction est estimé à 12 M€. Après avoir disputé 101 rencontres de Ligue 1 avec le FCL, le latéral gauche de 22 ans se lance un nouveau challenge en rejoignant un des cadors du football allemand. En dehors de ce transfert, le club breton a laissé partir un nombre assez conséquent de joueurs en fin de contrat afin de dégraisser un effectif trop chargé selon les dirigeants lorientais. C’est ainsi que Yann Jouffre a mis les voiles après 9 années de bons et loyaux services. Le milieu de 31 ans a par conséquent signé au FC Metz. Lamine Gassama, Florent Chaigneau, Rémi Mulumba ou encore Rafidine Abdullah ont également quitté le club suite à la fin de leur contrat. Le FC Lorient a également prêté plusieurs de ses jeunes dans des divisions inférieures à l’image du prêt de Valentin Lavigne (22 ans) au Stade Brestois ou de Marvin Gakpa (22 ans) à l’AC Ajaccio.

La priorité reste le maintien

À l’aube de cette nouvelle saison, le FC Lorient ne veut pas brûler les étapes et affiche logiquement comme premier objectif de se maintenir. Les Merlus veulent s’éviter une fin de championnat stressante et obtenir rapidement la symbolique barre des 42 points souvent synonyme de maintien. Les dirigeants lorientais aspirent également à un bon parcours en coupe comme lors du dernière exercice où le club breton s’était hissé jusqu’en demi-finale de la Coupe de France (défaite 0-1 contre le Paris SG). Cette année 2016 marque également le changement de pelouse au Stade du Moustoir. Fini le synthétique tant décrié, place à une pelouse hybride flambant neuve qui ne sera que propice au traditionnel beau jeu développé par le FCL au fil des années. Comme toujours, Lorient se défendra avec ses armes face aux cadors du football français en conservant son identité si unique avec une équipe joueuse à la construction portée vers l’offensive.

13731742_1135897359802195_5935993056287111360_n
Nouvelle saison et nouvelle pelouse au Stade du Moustoir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *