Gelson Fernandes à Stadito : « 4 compétitions majeures, je peux être fier »

gelson à Stadito

 

En entrant en jeu lors de 3 des 4 matchs de l’équipe de Suisse à l’Euro, le globe-trotter Gelson Fernandes a joué un rôle honorable lors de sa 4e compétition majeure. À l’occasion de l’ouverture de Stadito.fr, et bien qu’il soit en pleine préparation de la saison à venir avec Rennes, le milieu de 29 ans aux 59 sélections s’est confié à nous, évoquant notamment les 6 championnats par lesquels il est passé, de Christian Gourcuff et ses objectifs actuels.

 

– Tout d’abord, revenons sur votre été. Quels souvenirs garderez-vous de l’Euro ? Vous êtes déjà de retour avec le groupe ou vous avez pris des vacances prolongées ?

« L’équipe de Suisse a réalisé un bel euro. L’équipe a été solidaire, ambitieuse dans le jeu et a joué avec du cœur. Je crois que l’on peut être satisfaits à ce niveau-là de ce qu’a produit la Suisse. Pour ma part, j’ai participé à 3 matchs sur 4. C’est pas si mal je pense. Après, j’ai eu 15 jours de vacances. »

Gelson Fernandes au duel avec Lionel Messi lors de la Coupe du Monde 2014.
Gelson Fernandes au duel avec Lionel Messi lors de la Coupe du Monde 2014.

 

– C’était d’ailleurs votre deuxième Euro, et votre quatrième compétition majeure, avec deux Coupes du Monde. À l’exception de quelques mauvaises passes, vous avez toujours été appelé avec la Nati depuis vos premières capes en 2007. Quelles sont vos clés pour vous rendre incontournable pendant 9 ans et sous 3 sélectionneurs différents ?

« Déjà, je n’ai pas eu de blessures donc ça c’est déjà un point intéressant et ensuite, j’ai toujours joué dans les différents clubs que j’ai connus, puis mon rôle dans l’équipe est bien défini. 4 compétitions majeures, ce n’est pas rien, je peux être fier. »

 

– En 2010, malgré une élimination au premier tour, la Suisse réussit l’exploit de battre l’Espagne, en route pour le titre mondial. Vous inscrivez le but victorieux et devenez presque le héros de la nation ! Vous n’inscrivez d’ordinaire pas beaucoup de buts, et celui-ci a dû vous procurer des sensations incroyables, non ? Est-ce le plus beau moment de votre carrière ?

« En effet, un des moments importants de ma carrière, ça c’est sûr. C’était extraordinaire comme sentiment. Malheureusement, nous ne sommes pas allés plus loin… »

 

– En club, votre carrière est beaucoup moins stable et vous avez beaucoup voyagé à travers l’Europe. 9 clubs à 29 ans, beaucoup de prêts, et vous avez notamment joué dans 5 des 6 plus grands championnats…

« Oui, j’ai beaucoup voyagé et je ne souhaite d’ailleurs plus le faire. Malgré tout, j’ai vécu des moments extraordinaires, des périodes fabuleuses. Très sincèrement je suis content de mon parcours. Tous les 5 grands championnats ont leurs particularités mais ce sont tous des championnats de haut niveau. »

 

– Quel est le club qui vous a le plus impressionné, qui semblait le plus proche du haut niveau à vos yeux ?

« Tous sont de haut niveau, mais l’Allemand (le SC Freiburg, ndlr) est le plus impressionnant. »

 

– Vous êtes aussi passé par Manchester City et Leicester, qui ne militaient pas au même niveau qu’actuellement. Vous pouviez présager les destinées des deux clubs au vu leur mentalité ou de leur fonctionnement ?

« Ce sont deux clubs avec un soutien populaire absolument incroyable, deux clubs de tradition, deux clubs qui avaient déjà envie de grandir. Deux évolutions différentes néanmoins, City a eu le soutien financier d’Abu Dhabi alors que Leicester a été brillant dans le recrutement. »

Gelson a été formé à Sion (photo 1), avant de partir pour Manchester City (photo 2). Transféré deux ans plus tard à Saint-Étienne, il sera prêté à Vérone (photo 3), Leicester, à l’Udinese, puis signera des contrats avec le Sporting Portugal et Fribourg (photo 4) avant d’atterrir à Rennes.
Gelson a été formé à Sion (photo 1), qu’il a quitté pour Manchester City (photo 2). Transféré deux ans plus tard à Saint-Étienne, il sera prêté à Vérone (photo 3), Leicester, à l’Udinese, puis signera des contrats avec le Sporting Portugal et Fribourg (photo 4) avant d’atterrir à Rennes.

 

– Après l’arrivée des investisseurs arabes à Manchester City, vous arrivez à l’ASSE en 2009, jouez une saison complète puis enchaînez les prêts. Pouvez-vous résumer ces 3 années de flottement et expliquer pourquoi tout ne s’est pas bien passé ?

« Les raisons étaient uniquement financières : j’avais un gros contrat et l’ASSE des problèmes financiers, d’où l’enchainement des prêts. »

 

– Vraisemblablement, le Stade Rennais va devenir le club où vous avez évolué le plus longtemps. Vous vous y sentez mieux qu’ailleurs dans un certain sens ?

« J’y ai trouvé une certaine forme de stabilité peut-être, mais j’ai toujours décidé de mes choix. »

 

– Vous êtes un joueur qui se démarque par sa mentalité humble et respectueuse des fans. Est-ce parce que votre enfance difficile vous donne une conception différente de ce qu’apporte le football aux gens ?

« J’ai eu une enfance compliquée, certes, mais surtout une mère qui m’a transmise des valeurs. »

 

– La famille Fernandes étendue est peut-être l’une des plus présentes dans le foot européen : vous, Edimilson à Sion, Manuel au Lokomotiv, et on raconte que vous avez aussi des liens avec deux joueurs de Super League, Cabral et Elton Monteiro. Quel est le secret de la famille Fernandes pour percer dans le foot ?

« Il n’y a pas de secret, si ce n’est l’envie de réussir au plus haut niveau et de réaliser ses rêves. »

 

– Un peu à l’image de la Suisse, de ses quatre langues nationales et de son brassage culturel, vous parlez 7 langues et avez évolué dans 6 pays différents. Auriez-vous un jour imaginé découvrir tant de cultures sans le football ?

« Non, je ne crois pas que sans le football ça aurait été possible. »

Gelson et son cousin Edimilson, désormais lui aussi titulaire à Sion et scruté par des clubs européens.
Gelson et son cousin Edimilson, désormais lui aussi titulaire à Sion et scruté par des clubs européens.

 

– D’ailleurs, que pensez-vous de la diversité de l’équipe de Suisse, qui représente beaucoup les « secundos », les fils d’immigrés comme toi ? Pour beaucoup, ils sont la force de l’équipe de Suisse, mais cela fait tout de même débat…

« C’est la force de la sélection et peut être bien la force du pays. D’ailleurs, je n’oublie pas ce qu’a fait la Suisse pour moi et ma famille, c’est un pays fabuleux. »

– Pour parler un peu de la saison à venir. Avez-vous déjà parlé avec le nouvel entraîneur Christian Gourcuff ? Quels attentes le Stade Rennais place-t-il en lui ?

« Pas encore, je viens d’arriver de vacances. Le but premier du club est de se doter d’une philosophie de jeu, d’un style d’une patte et d’une plus grande identité régionale notamment. »

 

– Vous-même, vous attendez quoi de cette saison, sur le plan personnel ?

« Déjà, de me remettre bien en forme. Ensuite de prendre le plus de plaisir possible, car à ce stade de ma carrière, c’est la seule chose qui compte. »

De retour à l'entraînement après deux semaines de vacances, Gelson a retrouvé Christian Brüls et Romain Danzé.
De retour à l’entraînement après deux semaines de vacances, Gelson a retrouvé Christian Brüls et Romain Danzé.

 

– Au passage, vous allez être entraîné par un troisième coach en un an. Ce n’est pas trop dur pour le groupe, de devoir toujours s’adapter à de nouvelles méthodes ?

« Ça, ce sont les aléas du football moderne, les changements de coach et de philosophie font partie de notre métier. Il faut s’adapter. »

 

– Vous avez déjà remporté la Coupe de Suisse, spécialité de votre club formateur, le FC Sion, et joué une vingtaine de matchs de Coupe de l’UEFA ou Ligue Europa. À 29 ans, espérez-vous encore pouvoir passer un cap, jouer à un plus haut niveau, remporter de nouveaux trophées ou découvrir un nouveau championnat ?

« Découvrir un nouveau championnat, non. Par contre jouer pour gagner des titres, oui c’est ce qu’il me manque. »

 

– Pour finir, quels conseils donneriez-vous à un jeune qui rêverait de devenir footballeur professionnel ?

« Tout simplement de ne jamais baisser les bras. »

 

L’équipe Stadito remercie Gelson Fernandes pour sa disponibilité et sa gentillesse et lui souhaite une bonne saison 2016-2017.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *