EspagneEUROPITOGroupe D

ÉPISODE 22 | ESPAGNE : L’HEURE DU RENOUVELLEMENT A SONNÉ

0

montage

Épisode 22 | Espagne : L’heure du renouvellement a sonné

Double tenant du titre, l’Espagne pourrait rentrer encore un peu plus dans l’histoire du football en remportant un troisième Championnat d’Europe consécutif. Mais avant de rêver, la Roja va devoir chasser ses vieux démons du mondial brésilien et sortir de la poule D. Un groupe largement à la portée des Espagnols, où seule la Croatie fait office de challenger crédible. Le sélectionneur Vicente Del Bosque s’appuiera sur un groupe homogène mélangeant joueurs cadres et jeunes espoirs. Une page est en train de se tourner à l’image de l’exil de Xavi aux Etats-Unis ou du déclin d’Iker Casillas en passe d’être remplacé par le Mancunien David De Gea.

► La forme du moment

La Roja débarquera en France avec le plein de confiance. En effet, sa dernière défaite remonte au 31 mars 2015 (2-0 face aux Pays-Bas), soit 11 matchs d’invincibilité. En outre, lors de leurs 8 dernières rencontres toutes compétitions confondues, ils restent sur 6 victoires, 2 matchs nuls et donc aucune défaite avec 18 buts inscrits et 3 concédés. Des performances à la hauteur des ambitions affichées.

Euro-2016-Les-horaires-des-matches-de-l-Espagne

• 08/09/2015 : Macédoine 0-1 Espagne (Éliminatoires)
• 09/10/2015 : Espagne 4-0 Luxembourg (Éliminatoires)
• 12/10/2015 : Ukraine 0-1 Espagne (Éliminatoires)
• 13/10/2015 : Espagne 2-0 Angleterre (Amical)
• 24/03/2016 : Italie 1-1 Espagne (Amical)
• 27/03/2016 : Roumanie 0-0 Espagne (Amical)
• 29/05/2016 : Espagne 3-1 Bosnie-Herzégovine (Amical)
• 01/06/2016 : Espagne 6-1 Corée du Sud (Amical)

► Un point historique

La toute première fédération espagnole de football voit le jour en 1909. Après une dizaine d’années assez infructueuse où plusieurs fédérations viennent revendiquer tour à tour le statut d’équipe nationale, le premier match recensé par une équipe d’Espagne se déroule le 28 août 1920 à l’occasion du Tournoi olympique des Jeux olympiques d’Anvers. Cette première rencontre historique se solde par une victoire des Espagnols (1-0). Le lendemain, en quart de finale, ils s’inclinent face à la Belgique et sont donc éliminés du tournoi. Ils sont finalement repêchés pour un tournoi de consolante après le forfait de la Tchécoslovaquie en finale et le remportent après avoir battu successivement la Suède, l’Italie et les Pays-Bas. La sélection dispute son premier match en terre espagnole le 7 octobre 1921 à Bilbao contre la Belgique et prend sa revanche sur ces derniers (voir ci-dessus) avec une belle victoire 2-0.
Par la suite, la Roja connaît un développement perturbé par la Guerre d’Espagne en 1936 et la Seconde Guerre mondiale de 1939 à 1945 avec très peu de rencontres disputées durant ces neuf années. Puis vient la deuxième moitié du 20ème siècle. L’Espagne connaît ses premiers joueurs vedettes comme Alfredo Di Stéfano, Luis Suárez ou encore Francisco Gento. En 1964, elle remporte son premier Championnat d’Europe dans un Santiago Bernabéu rempli de ferveur en dominant l’URSS 2 à 1. Les années 70 sont plus compliquées, la Roja enchaînant les contre-performances. Puis les résultats reviennent petit à petit. avec une médaille d’or remportée lors des Jeux olympiques de 1992 et plusieurs places d’honneurs décrochées durant la fin du 20ème siècle.
Et l’Espagne connaîtra enfin son heure de gloire avec le triplé historique 2008-2010-2012. Un temps gâché par le mondial brésilien en 2014 (éliminée au 1er tour), la Roja regarde désormais vers la France pour gommer cette « accident » en cours de route.

► Parcours qualificatif

Une victoire éclatante, une défaite surprenante puis un sans-faute, voici comment ces éliminatoires pourraient être décrits côté Espagnol. En effet, après une entrée en matière plus que satisfaisante (victoire 5-1 contre la Macédoine), la sélection dirigée par Vicente Del Bosque a mis fin à plus de huit ans d’invincibilité en phase de qualification en s’inclinant 2-1 contre de vaillants slovaques. Mais cette défaite n’était qu’anecdotique pour les Espagnols puisque leurs huit prochaines rencontres se sont soldées par huit victoires avec par ailleurs aucun but concédé. C’est sans réelles difficultés que l’Espagne termine à la première place de ce groupe C. Annoncée grandissime favori du groupe, elle a su tenir son rang.

1708499-36168390-1600-900

→ Résultats en phase de qualification (groupe C) :

• 08/09/2014 : Espagne 5-1 Macédoine
• 09/10/2014 : Slovaquie 2-1 Espagne
• 12/10/2014 : Luxembourg 0-4 Espagne
• 15/11/2014 : Espagne 3-0 Biélorussie
• 27/03/2015 : Espagne 1-0 Ukraine
• 14/06/2015 : Biélorussie 0-1 Espagne
• 05/09/2015 : Espagne 2-0 Slovaquie
• 08/09/2015 : Macédoine 0-1 Espagne
• 09/10/2015 : Espagne 4-0 Luxembourg
• 12/10/2015 : Ukraine 0-1 Espagne

→ Classement en phase de qualification (groupe C) :

1. ESPAGNE (27 points)
2. Slovaquie (22 points)
3. Ukraine (19 points)
4. Biélorussie (11 points)
5. Luxembourg (4 points)
6. Macédoine (4 points)

► Joueurs clés :

Sergio Ramos : Le défenseur central du Real Madrid semble à l’apogée de sa carrière. À 30 ans, le Merengue est un cadre de la Roja avec 131 sélections à son actif et une expérience du haut niveau qui sera certainement primordiale dans quelques jours. L’ancien joueur du FC Séville est un défenseur extrêmement polyvalent, intransigeant défensivement et redoutable sur coups de pied arrêtés, il est présent lors des grands rendez-vous comme le démontre ses récentes performances en Ligue des Champions (deux buts lors des deux dernières finales disputées par le Real). Avec à ses côtés le Barcelonais Gérard Piqué, la défense de la sélection espagnole semble plus qu’au point et représente un véritable barrage pour les attaquants adverses.

Andrés Iniesta : Le milieu de terrain du FC Barcelone est le taulier de cette sélection. À 32 ans, Andrés Iniesta possède aujourd’hui l’un des plus beaux palmarès de l’histoire du football avec comme point d’orgue la victoire en Coupe du Monde avec la Roja en 2010, de plus avec le seul but de la rencontre à son compteur. Irréprochable techniquement, le petit milieu de terrain possède une vision du jeu hors du commun qui fait de lui le maître à jouer de l’Espagne. Après la désillusion du Mondial de 2014 au Brésil, le prodige barcelonais espère grandement participer à la tournée de « rattrapage » de sa nation.

andres-iniesta

Koke : Le milieu de terrain de l’Atlético de Madrid représente parfaitement la montée en puissance de son club. Le joueur âgé de 24 ans connaît une évolution constante. Formé à l’Atlético, Koke fait ses gammes dans les équipes de jeune avant de faire ses premières apparitions avec l’équipe première en 2009 mais c’est trois années plus tard qu’il obtient enfin un statut de titualire avec le départ de Diego. Par la suite, il enchaîne les matchs et prend part à sa première sélection avec la Roja le 14 août 2013. Le Madrilène en est désormais à 22 sélections et plus de 250 rencontres disputées avec les Colchoneros et espère bien étoffer encore davantage ses statistiques dans quelques jours.

→ Au poste de gardien de but, Vicente Del Bosque est face à un véritable dilemme : faire confiance à la légende Iker Casillas malgré des performances en baisse ces derniers temps ou laisser s’épanouir David De Gea au poste de titulaire. Au milieu de terrain, Sergio Busquets aura également un rôle fondamental. Doué à la fois techniquement et à la récupération, c’est lui qui fait le lien entre le milieu de terrain et la défense. Offensivement, la sélection d’Espagne pourra s’appuyer sur ses petits gabarits très techniques à l’image de Pedro, David Silva ou encore Santi Cazorla.

► Lieu de résidence durant l’EURO 2016

Sans-titre-26

Le double champion en titre a opté pour l’air iodé et le charme de l’île de Ré pour s’entraîner pendant l’Euro. Les joueurs espagnols doivent arriver après-demain. Ils poseront leurs valises à l’Atalante, relais Thalasso quatre étoiles à Sainte-Marie-de-Ré. Ils s’entraîneront à une dizaine de kilomètres de leur hôtel, à Saint-Martin-de-Ré. Pour l’occasion, la pelouse des deux terrains a été refaite afin d’optimiser au mieux la préparation des coéquipiers de Sergio Ramos.

Avec une préparation proche de la perfection, les Espagnols abordent cet Euro 2016 avec pour ambition de le remporter, comme le proclame Vicente Del Bosque qui souhaite « relever le défi de remporter l’Euro pour la troisième fois consécutive ». Un objectif en adéquation avec un effectif alliant jeunesse et expérience qui pourrait bien faire oublier la désillusion de l’été 2014.

Rédigé par Ermadito – Rédacteur Stadito

You may also like

More in Espagne