Clermont Foot 63FranceInterviewitoLigue 2

Stadito interroge… Mathias Pereira Lage, néo-professionnel

1

Mathias-Pereira-Lage

Stadito interroge… Mathias Pereira Lage, néo-professionnel

Arrivé à Clermont il y a plus de dix ans, le Franco-Portugais de 19 ans Mathias Pereira Lage a effectué ses premières apparitions en Ligue 2 en fin de saison passée. Alors qu’il vient de signer professionnel, il s’est confié à Stadito : l’occasion d’en savoir plus sur les qualités et les ambitions de ce jeune amené à devenir de plus en plus régulier dans l’équipe de Corine Diacre.

– Quel a été votre parcours durant votre formation ? Avez-vous toujours évolué sous les couleurs clermontoises ?

« Non, je suis arrivé au Clermont Foot en 2005 en provenance de l’AS Saint-Jacques, club de quartier à proximité du logement de mes parents. J’ai ensuite suivi toutes les catégories au club, en passant également au centre de préformation de Vichy durant deux années (2009/2010 et 2010/2011), et aujourd’hui je suis donc footballeur professionnel au Clermont Foot. »

– À quel poste évoluez-vous ? Comment définiriez-vous votre style de jeu ?

« Je suis milieu de terrain plutôt offensif mais je peux également jouer en tant que milieu défensif. Je suis assez polyvalent, j’ai une bonne vision du jeu, j’essaie de récupérer le maximum de ballons pour ensuite, grâce à ma qualité technique, créer du danger soit par la passe, soit individuellement. J’essaie de jouer le plus possible de l’avant. Cela peut être un point à travailler car il faut des fois savoir être lucide entre les temps forts et les temps faibles. Je viens tout juste de débarquer dans le monde professionnel et je sais que j’ai encore beaucoup de choses à travailler. »

– Vous avez découvert le monde professionnel la saison dernière. Vous y avez même disputé votre premier match le 11 avril 2016 à Ajaccio. Comment avez-vous vécu cela ?

« Ma première apparition était un peu particulière car je suis rentré lorsque un coéquipier s’est blessé, il y avait 2-0 pour Ajaccio et à peine rentré, les Ajacciens marquaient un troisième but. Je n’avais donc pas de pression particulière, il fallait juste jouer comme je savais le faire. »

– Quels changements notables avez-vous remarqué ?

« La différence que j’ai pu constater entre la CFA2 et la Ligue 2 c’est qu’il y a beaucoup moins de duels puis c’est beaucoup plus juste, plus propre mais aussi plus compliqué dans les derniers mètres. »

– Sur le banc clermontois, on retrouve Corinne Diacre qui est devenue la première femme entraîneuse chez les professionnels en France. Ressentez-vous qu’elle compte sur vous lors de vos discussions ?

« Lorsque j’ai intégré le groupe il y avait pas mal de blessés à mon poste ce qui m’a permis de grappiller quelques minutes en Ligue 2. La coach ainsi que le groupe m’ont bien intégré ce qui m’a permis de m’épanouir à l’entraînement et en match.
Depuis que la coach est au club il y a eu beaucoup de changements ce qui a permis au Clermont Foot de se développer et d’avoir un peu plus d’ambition pour les saisons à venir. »

– Vous avez donc signé votre premier contrat professionnel le 26 mai dernier. À partir de là, quels objectifs vous fixez-vous à court et à long terme ?

« Pour la saison prochaine je vais beaucoup apprendre, mais surtout travailler pour gagner ma place et enchaîner les matchs.
Je vis les choses au jour le jour, pour la suite je me prend pas la tête, je joue, je prend du plaisir et on verra où cela m’amène. »

– Clermont a terminé à la septième place du classement lors de la saison passée. Comment cette performance est-elle vue en Auvergne ?

« C’est une très bonne performance qui aurait pu être encore meilleure car durant l’année nous avons été sur le podium à plusieurs reprises. Malheureusement ils nous a manqué quelques petites choses pour pouvoir accéder au championnat supérieur. C’est ce genre de saison qui permet d’apprendre et donc de s’améliorer pour les années suivantes.»

 

 

Basile Brigandet
Fondateur de Stadito avec pour seul religion le football. Heureux dans un stade quelque il soit, je suis né à Troyes et idolâtre Benjamin Nivet depuis mon plus jeune âge.

You may also like