37ème journée : Celle qui va compter ! - Stadito

37ème journée : Celle qui va compter !

Retour en images sur la 37ème journée de Ligue 1 !

Samedi 7 mai 2016, une date que tous avaient cochés sur le calendrier en sachant dans le coin de la tête qu’elle aurait une saveur particulière quoi qu’il arrive. Entre tension et angoisse, suspens et cauchemar, folie et néant cette 37ème journée de Ligue 1 nous a fait plaisir une avant-dernière avant de fermer le rideau samedi prochain sur les coups de 23h. C’est parti pour revenir match par match sur les moments forts en tribunes et sur le terrain des 10 rencontres de ce samedi soir haletant.

Multi Ligue 1 c'est parti !

 

► FC Girondins de Bordeaux – FC Lorient, Stade Matmut Atlantique de Bordeaux (23 117 spectateurs).

Malcom Diabaté
Le Brésilien Malcom a marqué son premier but en Ligue 1 © QUENTIN SALINIER

 

 

Dans un match maîtrisé en long en large et en travers, les girondins de Bordeaux ont offert un bouquet final flamboyant à leurs supporters après une saison très difficile marqués par le départ de Willy Sagnol remplacé par le gardien mythique des girondins Ulrich Ramé. Dans ce match, deux hommes se sont distingués : le jeune brésilien Malcom et le légendaire Cheick Diabaté. Les Bordelais ont mené très rapidement dans ce match en marquant à deux reprises durant les trente premières minutes. Malcom trouva en premier la faille à la 12′ trompant Lecomte d’un plat du pied sur un service en retrait du géant malien. Ce même Diabaté enfila ensuite par deux fois le costume de buteur dans un premier temps à la 21′ suite à un cafouillage dans la surface puis au retour des vestiaires à la 48′ d’une frappe forte dans l’angle fermé du portier lorientais.

► Bordeaux 3 – 0 Lorient

 

 

► SC Bastia – Angers SCO, Stade Armand Césari de Furiani (11 817 spectateurs)

Bastia hommage à Modesto
L’Hommage rendu à l’un des joueurs emblématiques du Sporting Club de Bastia : François Joseph Modesto.

Une soirée sans grand enjeu de part et d’autre qui débouche sur un match avec un seul but signé par le capitaine Yannick Cahuzac à la 43′ et comme fil conducteur des hommages à certains joueurs comme Gaël Angoula (joueur d’Angers passé par l’Ile de Beauté et son maillot Turchinu). Pour parachever la soirée, c’est tout un club qui a rendu hommage à un grand homme ayant annoncé durant la semaine l’arrêt de sa carrière : François Modesto.

► Bastia 1 – 0 Angers

► Olympique Lyonnais – AS Monaco, Stade des Lumière, Parc OL de Lyon (56 696 spectateurs).

Joie des joueurs de l'OL
Les joueurs de l’OL à la fête dans un match plus que décisif en vue d’une qualification en Ligue des Champions contre l’AS Monaco.

De la folie douce. Voici comment l’on peut résumer ce match. Un feu d’artifice avant le feu d’artifice.

Si l’on se met dans la peau d’un supporter lyonnais se rendant au Parc OL samedi soir, la pression était assez forte mais, malgré la place du club rhodanien inférieure à celle monégasque, l’espoir était entier. Fort d’une invincibilité dans son nouveau stade depuis son inauguration en janvier 2016, avec notamment une victoire sur le leader parisien (2-1 le 28 février dernier), les lyonnais était peut-être finalement en position de force pour arracher cette deuxième place au rival du Rocher.

Lyon, Lacazette
Alexandre Lacazette homme de la soirée a fait pleurer la défense de Monaco.

Un match totalement écrasé par la machine lyonnaise. Avec à la baguette un Alexandre Lacazette des grands soirs marquant un triplé et un Mapou Yanga-M’biwa double buteur rien de pouvait arriver de mieux pour les Gones. En emballant le match dés la 3ème minute par l’intermédiaire de Rachid Ghezzal, un premier coup derrière la tête des monégasques fut asséné. Dans la foulée,  Lacazette marque le premier but de sa soirée (8′) avant que M’Biwa (34′) et de nouveau Laca’ ne porte la marque à 4-0. Devant 56 696 spectateurs dont 782 monégasques, la fête battait son plein. La soirée cauchemar de l’AS Monaco se poursuivi en seconde mi-temps handicapés par l’expulsion du grand Lacina Traoré (23′) après deux cartons jaunes concédés en deux minutes.

L’OL obtient donc son billet pour la Ligue des Champions au terme d’une soirée de rêves. La deuxième est en leurs mains définitivement.

► OL 6 – 1 Monaco

 

► Toulouse FC – ES Troyes AC, Stadium de Toulouse (29 444 spectateurs).

toulouse Didot
La folie au Stadium suite au but de Trejo bien emmené par l’emblématique Etienne Didot !

Sur le papier, le match paraissait triste et peu alléchant au Stadium. Le dernier se déplaçait chez l’avant-dernier, à savoir Toulouse qui accueillait Troyes. Pourtant, les enjeux avant le match sont énormes : si Toulouse gagne et que les concurrents au maintien réalisent une contre-performance, Dupraz et le peuple Violet sort de la zone de relégation, qu’ils occupent depuis octobre. Forcément, les haut-garonnais montrent les crocs et se montrent dangereux d’entrée. Cependant, et grâce notamment à un Dreyer impeccable dans sa cage, Troyes résiste aux assauts locaux et n’encaissent aucun but dans la première mi-temps. Cependant, peu avant l’heure de jeu, Dupraz fait rentrer Trejo… qui marque une minute plus tard sur un bel enchaînement contrôle-dribble-frappe croisée qui termine dans le but, hors de portée des gants du portier adverse. Les toulousains montreront même des envies de break tout le reste de la deuxième mi-temps et même si le but a semblé réveillé les offensifs aubois qui se montrent parfois dangereux dans les dernières minutes de la partie, le Téfécé conserve la victoire et peut croire en sa fille « Remontada » entamée à l’arrivée du prolifique Pascal Dupraz. 

► Toulouse 1-0 Troyes

 

► Lille OSC – EA Guingamp, Stade Pierre Mauroy de Lille (30 298 spectateurs).

Briand Amadou LOSC EAG
Un match marqué par les duels comme ici entre le lillois Ibrahim Amadou et Jimmy Briand.

Pas de grand spectacle sur la pelouse du stade Pierre Mauroy ce samedi entre lillois et guingampais. Second match non prolifique de cette journée de Ligue 1 après celui entre Bastia et Angers. Peu de choses à se mettre sous la dent si ce n’est un penalty « non sifflé » qui aurait pu l’être en faveur de Guingamp et un bon match du gardien danois de l’En Avant Jonas Lossl. On ne retiendra pas ce match. 

► LOSC 0 – 0 Guingamp

 

► Olympique de Marseille – Stade de Reims, Stade Vélodrome de Marseille (20 767 spectateurs).

Reims OM
L’OM a renoué avec la victoire grâce à un but de renard de michy Batshuayi bien aidé par le portier Rémois Kossi Agassa.

Que ce fut long pour l’OM. La victoire à domicile est là.

Une semaine après avoir validé son maintien en gagnant à Angers, les joueurs marseillais faisait leur retour sur un terrain qui leur est paradoxalement hostile : le Stade Vélodrome. Privés de victoire depuis le 13 septembre 2015 (victoire 4-1 sur Bastia) les joueurs marseillais possédaient une ultime chance de renouer avec la victoire en accueillant Reims ce samedi : C’est chose faîte.

Chose faîte oui mais que ce fut difficile une fois de plus pour les joueurs entraînés par Franck Passi et Basile Boli suite au départ de Michel il y a deux semaines. Loin d’avoir été impressionnant dans ce match, l’OM aura bénéficié de l’aide du gardien rémois Kossi Agassa trop lent dans sa relance se faisant contrer par le belge Michy Batshuayi qui marqua l’unique but dans ce match à la 56′.

Cette erreur du gardien rémois va surement coûter cher au club champenois perdant un point et se retrouvant désormais devancé par Toulouse. Avec seulement 36 points Reims devra battre l’OL et espérer les défaites de ses concurrents directs Toulouse (à Angers) et le Gazélec Ajaccio (à Lorient).

 

► OM 1 – 0 Reims

► OGC Nice – AS Saint-Etienne, Allianz Riviera de Nice (35 596 spectateurs).

Les aiglons, poussés par tout un peuple, ont conquis les places européennes.

Dans un match où l’enjeu était très présent, le public niçois a su répondre présent. Dans un premier temps pour accueillir les joueurs faisant leur arrivée pour la dernière fois dans leur antre puis en tribunes pour les pousser jusqu’à la victoire acquise à la fin avec l’envie.

Une dernière pour bon nombre de joueurs niçois, par exemple Valère Germain (prêté par l’AS Monaco) ou encore très certainement Hatem Ben Arfa (en fin de contrat), qui fut réussi. L’émotion était à son apogée aux vues de la saison effectuée par le Gym et les supporters ont remercié chaleureusement leurs joueurs.

L’enjeu de ce match entre le 4ème (ASSE) et le 5ème (OGC Nice) était européen. Le vainqueur s’assurait de joueur la Ligue Europa la saison prochaine.

Haut en intensité, les 22 acteurs se sont donnés corps et âme. Parfois dans l’excès comme pour le stéphanois Kévin Malcuit écopant de deux cartons jaunes en deux minutes (54′-56′) ou encore Frank Tabanou perdant totalement le contrôle de ses gestes à la 75′ balayant Jérémy Pied alors que le ballon sortait en touche.

Réduit à 9, les verts ont finalement craqué dans les dix dernières minutes sur une percée du très bon Valère Germain (80′) et sur un second rush de ce même Germain à la 89′ inscrivant ses 13 et 14èmes buts de la saison en Ligue 1.

► Nice 2 – 0 ASSE

Nice-ASSE
Valère Germain (Nice) à la lutte avec les défenseurs de l’AS Saint-Etienne.

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *