AngleterreEspagneEuropa LeagueNon classé

Une finale d’Europa League alléchante !

0

Finale d'Europa League 2016

Une finale d’Europa League alléchante !

05/06/2016

► FC Séville – Shakhtar Donetsk (Aller 2-1) : avantage Séville.

Match plaisant à regardé, la demi-finale retour opposant le tenant du titre andalous au prétendant ukrainien fût engagé, joué, et surtout « Ligue 1-isé ».

En effet dès la 9ème minute de la partie, Gameiro presse les centraux du Shakhtar et récupère le ballon très haut avant d’aller défier seul Pyatov. L’ancien parisien et lorientais glisse le ballon au fond de la cage, en passant par la petite ouverture entre les jambes du portier russe pour inscrire le premier but d’une rencontre passionnante. Dominateurs mais essoufflés à partir de la demi-heure de jeu, les espagnols subissent de plus en plus avant de craquer juste avant la pause, grâce à une superbe ouverture de Marlos pour Eduardo dans l’intervalle qui déjoue Soria en une déviation en première intention pour égaliser et redonner de l’espoir aux siens.

Au retour des vestiaires, ce sont des Sévillans plus appliqués, plus concernés par le match qui foulent la pelouse du stade Sanchez-Pizjuan. Cela se ressent directement sur le sort du match puisque le score augmente grâce à un mouvement collectif bien huilé conclut par une passe de Krychowiak qui casse la ligne de défense des Ukrainiens, profitant à Gameiro qui élimine Pyatov avant de marquer dans une cage bien vide, puis de fêter son but en brandissant le maillot de son coéquipier Krohn-Dehli.

Dix minutes plus tard, Mariano reçoit le ballon de Vitolo et repique dans l’axe pour déclencher une frappe chirurgicale à 20 mètres et fusiller une troisième fois Pyatov. L’ancien Bordelais réalise le break et conforte l’avance comme la qualification des siens juste avant l’heure de jeu.

Gameiro, en confiance, tente même de s’offrir le ballon du match sur une reprise de volée qui fuit de peu le cadre. Le français sortira sous une pluie d’applaudissements et de chants à son égard. Le français, tout comme Mariano et Krychowiak, les anciens Bordelais et Rémois, a été décisif pour la qualification de son club, qui atteint la finale de la compétition pour la troisième fois consécutive après avoir remporter les deux dernières éditions (aux tirs au but face au Benfica en 2014 et 3-2 face à Dnipropetrovsk).

La fête était aussi pleine dans les travées du Sanchez-Pizjuan comme nous pouvons le voir sur la vidéo ci-dessous où joueurs et supporters de font plus qu’un au moment de célébrer cette qualification.


► Liverpool FC – Villarreal CF (Aller 0-1) : avantage Villarreal.

Porté par un public en folie, par les encouragements de Jurgen Klopp et surtout par la qualité technique du brésilien Roberto Firmino, les Reds ont réussi à faire craquer les joueurs espagnols à trois reprises. 

Absents de toute finale européenne depuis 2007, la dernière ayant été perdu contre le Milan AC en Ligue des Champions, les joueurs anglais avaient à cœur de faire un grand match et il l’ont fait.

Mené d’un but avant le match par le « Sous-marin Jaune », c’est dés la 7ème minute que le retard était déjà refait. En effet, sur un centre fort de Clyne repoussé habillement par le gardien français Alphonse Aréola, Roberto Firmino réussi à remettre ce centre du côté opposé fort devant le but en direction de Sturridge gênant le défenseur et capitaine Bruno Soriano malheureux de voir le ballon lui ricocher sur le genou puis rentrer.

Par la suite, les assauts incessant impulsés par le trio Firmino-Coutinho-Milner a fait énormément de mal à la défense espagnole tenant au delà de l’heure de jeu sans craquer de nouveau.

Un nouveau but était synonyme de qualification virtuelle pour l’une des deux équipes et c’est à la 63ème minute que sur une frappe manquée de Firmino (encore lui) Daniel Sturridge glissa le ballon entre les jambes du portier français esseulé qui ne parvint pas à tourner le plat du pied : poteau et but.

L’hystérie totale saisie Anfield. Les reds sont en route vers la finale.

Pour parachever le succès, la qualification et surtout pour se mettre à l’abris, Adam Lallana trompa une dernière fois le malheureux et vaillant Aréola d’un extérieur du pied astucieux suite à un cafouillage devant le but.

Une ambiance monstrueuse dans le mythique stade d’Anfield. Le « You’ll Never Walk Alone » n’a cessé de résonner dans l’enceinte des Reds de Liverpool. Un moment magique.

Basile Brigandet
Fondateur de Stadito avec pour seul religion le football. Heureux dans un stade quelque il soit, je suis né à Troyes et idolâtre Benjamin Nivet depuis mon plus jeune âge.

You may also like

More in Angleterre